Lundi 22 juillet 2024

Société

«On ne crée pas une radio sur un coup de tête»

14/02/2020 Commentaires fermés sur «On ne crée pas une radio sur un coup de tête»
«On ne crée pas une radio sur un coup de tête»
Frédéric Nahimana : «Le ’’volontariat indéterminé’’ dans certaines radios est à dénoncer»

A l’occasion de la Journée mondiale de la Radio célébrée ce jeudi 13 février, le ministre de la Communication et des Médias, Frédéric Nahimana, dénonce le travail sans rémunération de nombreux journalistes radio. Il s’exprimait ce jeudi à la Maison de la Presse au cours de la célébration de cette journée.

Le ministre Nahimana n’y est pas allé par quatre chemins à l’endroit de certains patrons de radios «On ne crée pas une radio sur un coup de tête.» Il dénonce ce qu’il appelle « un volontariat indéterminé » dans certaines radios et précise que ceux et celles qui veulent créer des radios doivent s’assurer qu’ils seront capables de rémunérer leurs employés.

Pour Frédéric Nahimana, c’est déplorable qu’il y ait des propriétaires des radios qui ne s’acquittent pas de ce devoir, un droit pour les journalistes. Il les met en garde et invite les journalistes concernés à s’adresser aux autorités compétentes pour que leurs cas soient analysés, s’il existe des contrats signés avec leurs employeurs.

Certains patrons des radios avouent qu’ils ont des soucis financiers pour rémunérer leurs employés. Onésime Harubuntu, président de l’ABR, l’association burundaise des radiodiffuseurs admet que certaines radios ne payent pas leurs journalistes même s’il reconnaît que cela est dû au manque de moyens de quelques stations.

Le ministre de la Communication et des Médias a affirmé que les procédures requises pour l’agrément des radios comportent des « vices de forme ». Selon lui, il faut qu’ils soient corrigés dans une prochaine loi.

ABR

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 500 users online