EN

Société

Rumonge : les villages de paix débordés

13/02/2020 Félix Nzorubonanya Commentaires fermés sur Rumonge : les villages de paix débordés
Rumonge : les villages de paix débordés
Un nouveau marché s’improvise au rond-point de Mutambara, l’ancien étant débordé.

Créés il y a plus de 10 ans, les villages de paix où résident les rapatriés et autres personnes vulnérables souffrent de l’insuffisance ou du manque de certaines infrastructures sociales.

Installés en 2007 et 2008, les villages de paix ont été construits sur les collines de Mutambara et Busebwa en commune de Rumonge pour accueillir uniquement les rapatriés sans adresses et sans références ainsi que d’autres personnes vulnérables. Mais selon Jacques Ntunzwenimana, chef de zone Gatete, ils se sont transformés en grands villages. Certaines infrastructures sociales dont les écoles, les marchés, les centres de santé, les centres pour jeunes et les terrains de jeux ont été construites. Aujourd’hui, elles sont débordées compte tenu du nombre élevé de personnes qui y vivent.

Le village de paix de Mutambara ressemble à un véritable bidonville car beaucoup de personnes ont construit plusieurs maisons à côté le rendant un quartier cosmopolite comme l’indique Boniface Ndikuriyo, chef de colline. La gestion des personnes devient de plus en plus difficile à cause de leur diversité culturelle et de leurs croyances religieuses.

Ecoles, centres de santé et marchés dépassés 

De grands effectifs des élèves dans les salles de classe sont visibles, les centres de santé accueillent beaucoup de malades en soins ambulatoires, les marchés n’ont plus la capacité d’accueillir tous les commerçants et clients, les terrains de jeux sont insuffisants.

Un plan d’extension des infrastructures sociales s’avère urgent pour rendre la vie dans ces villages de paix facile et adéquate.

Des unités de police devraient être déployées dans ces villages de paix pour assurer le maintien de la paix et de la sécurité compte tenu de la montée du banditisme, de la dépravation des mœurs et autres infractions de droit commun.

Les malades de ce village disent se rabattre sur d’autres centres de santé voisins pour se faire soigner car tous les jours le centre de santé est bondé de malades et ils y passent beaucoup de temps pour être consultés.

Mariam Niyukuri, une habitante du village de Mutambara demande à ce qu’il soit alimenté en courant électrique pour permettre un accès aux différents services. L’eau potable n’est pas suffisante dans ce village. Certaines personnes se rabattent sur l’eau de la rivière Murembwe, ce qui occasionne de temps en temps des maladies des mains sales.

Contacté, Célestin Nitanga, administrateur communal de Rumonge indique que le problème est connu et que des efforts sont en train d’être consentis avec l’appui des partenaires. D’après lui, certains marchés viennent d’être construits par la commune avec l’appui du PNUD pour désengorger les marchés locaux.

La population s’organise pour la fabrication des briques et la province leur donne des tôles pour la construction des écoles.

Sachez que la commune de Rumonge compte aujourd’hui 5 villages ruraux intégrés et un site qui héberge les victimes des catastrophes naturelles.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un recensement polémique

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Un recensement polémique

Il est sous les feux de critiques, accusé de tout et de son contraire. Le recensement des fonctionnaires en cours est attaqué sur le fond et la forme. Ces derniers estiment que les questions sont trop nombreuses et manquent d’objectivité. (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 272 users online