Vendredi 19 avril 2024

Économie

OBR : L’impôt, un véritable casse-tête pour les vendeurs de téléphones

OBR : L’impôt, un véritable casse-tête pour les vendeurs de téléphones
Les vendeurs de téléphones portables demandent plus de temps pour chercher l’argent à payer

Lors d’une descente pour les opérations de vérification de la conformité fiscale effectuée dernièrement par l’Office burundais des recettes (OBR) en mairie de Bujumbura, certains magasins de la galerie Idéale ont été fermés par les agents de l’office. Certains vendeurs de téléphones portables à cet endroit en sont affectés et demandent de la souplesse.

Il est 10h. Nous sommes au centre-ville de Bujumbura, devant les galeries Idéale et Bata. Certains magasins de ces galeries sont fermés. D’autres sont ouverts. Les vendeurs de téléphones sont fâchés. Et pour cause, l’impôt qu’ils payaient à l’OBR a augmenté sans qu’ils soient préalablement avisés, disent-ils.

Les vendeurs de téléphones dans la galerie Idéale se disent choqués par la hausse de l’impôt de l’OBR et qu’ils ne peuvent rien y faire. Ils ne comprennent pas par exemple comment l’OBR peut demander à quelqu’un de payer un impôt de 500 dollars alors qu’il a des marchandises qui ne dépassent même pas un million.

Un parmi les vendeurs de téléphones témoigne avec tristesse que « C’est catastrophique pour nous. Je peux utiliser ce terme parce qu’hier je suis venu ici pour travailler comme d’habitude. Soudain, des agents de l’OBR sont venus. Ils m’ont demandé les papiers et je leur ai montré les factures que j’avais payées à l’OBR. Malheureusement, ils ont mis un cadenas sur la porte de mon magasin en me disant qu’il y avait un autre papier que je devais avoir en provenance de l’ARCT. Je ne savais même pas que l’ARCT travaille avec l’OBR ».

Furieux, le vendeur continue à expliquer que : « Ce qui nous a rendu beaucoup plus malheureux ce sont les frais de l’impôt qui sont en dollars. Me demander 500$ sans même m’expliquer comment on les calcule n’est pas juste. Les agents de l’OBR m’ont dit que je dois payer même les arriérées en me référant à l’année où j’ai commencé ce commerce. J’ai même demandé qu’ils me laissent travailler pour voir si le lendemain je pouvais avoir cet argent mais en vain. Ils m’ont également signifié que j’allais payer 5$ de plus pour le cadenas mis sur la porte du magasin. Je suis alors rentré les mains sur la tête ».

Un autre vendeur de téléphone « plus ou moins chanceux » (puisque son magasin n’a pas été fermé) n’est pas loin du précédent récit. Il raconte en effet que « les agents de l’OBR sont venus dans mon magasin pour la vérification de la conformité fiscale. Comme je savais que j’ai déjà payé l’impôt, je leur ai présenté les papiers que j’avais sur moi. Ils m’ont alors dit qu’il y avait un autre papier de l’ARCT qui manquait. C’est ainsi qu’ils m’ont présenté une facture de l’impôt y relative. Je me suis alors empressé pour régler cela car je devais me conformer à la loi »

Certains autres vendeurs de téléphones précisent davantage que l’OBR les impose en dollars entre 100$ et 1000$. Heureusement qu’ils paient l’équivalent en francs burundais avec le taux de la BRB (Banque de la république du Burundi), se réjouissent-ils.

Des explications

Visiblement, les vendeurs de téléphones ne sont pas contre le paiement des impôts mais ils sont contre le timing et la procédure. Ils s’accordent en effet pour demander à l’OBR de prendre du temps pour expliquer bien avant et clairement aux redevables les changements intervenus dans le paiement des impôts. Surtout qu’avant, selon leurs dires, ils payaient en tranches.

Ce qui leur permettait d’avoir assez de temps afin de chercher l’argent à payer comme impôt. Raison pour laquelle ils demandent à l’office d’alléger la situation en leur accordant du temps pour chercher l’argent afin qu’ils puissent être en ordre avec la loi.

Le porte-parole de l’OBR, Stany Ngendakumana informe que plusieurs messages de sensibilisation à l’endroit des contribuables de l’OBR sont régulièrement donnés. Il estime que ces messages devraient inciter tout opérateur économique à la conformité fiscale. Il précise également que l’opération de vérification fiscale allant jusqu’à la fermeture de certains magasins non conformes est légale.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Abibi

    Comme au Zaïre ou Haïti.
    Ce sont nos references

    • Ngomanziza

      Il est difficile de comprendre qu’est-ce que le gouvernement fait avec les taxes payées par les burundais.Ils devraient rendre des comptes pour que tout le monde comprenne pourquoi ils paient des taxes de toutes sortes sinon cela devient du vol.La transparence quant aux taxes collectées par l’OBR et leur utilisation doit prévaloir.Oui il faut payes mais pour avoir quoi en échange?

      • Saleh

        Si vous ne savez pas à quoi servent les impôts, il faudra se demander ce qui se passerait :

        – Si on demandais à tous les policiers d’arrêter leur travail pendant un mois
        – Si on demandais à tous les services de santé étatiques de prendre leur congé pendant un mois
        – Si on demandais à tous les enseignants et professeurs de prendre congé pendant un mois
        -etc….

        Si à ce moment tu n’as pas encore compris à quoi sert l’impôt qu’on paie, alors je dirais que j’ai echoué à te convaincre

  2. Jean Pierre Hakizimana

    Bonjour @Alexandrine Ndayishimiye

    Pourriez vous, svp, nous expliquer pourquoi l’OBR demande les commerçants de payer les impots en US $?

    Merci.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 2 937 users online