Vendredi 07 octobre 2022

Archives

Nyabikenke, dans l’œil du cyclone Imbonerakure

Mardi 1er avril, il est 15 heures à Nyabikenke, l’angoisse, le traumatisme… se lisent sur les visages des habitants. Les boutiques et cabarets sont fermés. Des hommes, des femmes et des enfants sont massés le long de la route.

Les blessés : Gérard Nyabenda, Dieudonné Ndayikengurutse et Leonidas Nzisabira ©Iwacu
Les blessés : Gérard Nyabenda, Dieudonné Ndayikengurutse et Leonidas Nzisabira ©Iwacu

« C’est pour nous réconforter afin de ne pas céder à la panique », lâche, un vieux, éreinté, victime de l’embuscade tendue la veille, selon son témoignage, par les jeunes militants du Cndd-Fdd.
Dans la masse, les victimes se démarquent. Elles portent des pansements. Parmi elles, Gérard Nyabenda, conseiller collinaire et président du parti Sahwanya-Frodebu sur la colline Rugero II, Dieudonné Ndayikengurutse et Leonidas Nzisabira et un autre, blessé au niveau de l’œil. « Une pierre lancée par ces Imbonerakure m’a atteint, j’ai failli être borgne », raconte-t-il.

Un lundi de tourmente

La nuit était cauchemardesque. Selon ces habitants dont la majorité est fidèle au parti de Ndadaye, tout commence aux environs de 17 heures par une rumeur d’une attaque imminente des ’’Imbonerakure’’ de la sous colline Shinge. Un climat malsain mêlé de peur s’installe.
Gérard Nyabenda, président du parti Sahwanya-Frodebu, et ses camarades ont peur de rentrer craignant pour leur sécurité. Ils décident de partir ensemble pour se remonter le moral. Mais arrivé au domicile de leur président, le groupe se fait attaquer par des inconnus : des coups de pierres, de bâtons, voire de couteaux… pleuvent de partout. Il fait noir.
Des policiers débarquent mais entre-temps des renforts des ’’Imbonerakure’’ arrivent. La situation devient ingérable. La police appelle à son tour des renforts après avoir tiré en l’air. Elle parvient à désarmer les belligérants. Les blessés, tous du Frodebu, sont évacués dans l’urgence.

La genèse : un tronc de bananier de la discorde

Tout remonte à dimanche 31 mars. Jour prévu pour la réunion du Cndd-Fdd au niveau collinaire. L’hôte de la journée : le gouverneur de Kirundo, Réverien Nzigamasabo. L’accueil est chaleureux: des troncs de bananiers ornent la route menant à Nyabikenke. Mais, selon différents témoignages, celui planté devant la maison d’Elias Rwasa, un membre du Frodebu, devient la source de toutes les tensions.

Réverien Nzigamasabo, gouverneur de Kirundo : « Tout est rentré dans l’ordre » ©Iwacu
Réverien Nzigamasabo, gouverneur de Kirundo : « Tout est rentré dans l’ordre » ©Iwacu

Vers 15 heures, ce bananier de la discorde se retrouve par terre. Les ’’Imbonerakure’’ accusent Rwasa de l’avoir arraché, il est tabassé. A moins de cinquante mètres, se tient une réunion du Cndd-Fdd. Et pourtant, personne parmi les autorités, d’après certains habitants de la localité, ne vient pour mettre un terme à cette violence.

« C’était l’ADC-Ikibiri contre Cndd-Fdd »

Réverien Nzigamasabo, gouverneur de Kirundo, donne son explication des faits : « Ce n’était pas le Frodebu seulement. Il y avait également des membres du MSD parmi ceux qui affrontaient les militants du Cndd-Fdd ». Mais, selon lui, tout est rentré dans l’ordre. A ceux qui accusent l’administration d’avoir relâché tous les ’’Imbonerakure arrêtés avec des armes (couteaux, gourdins, pierres…), le gouverneur défend sa cathédrale : « C’est le travail de la Police et de la Justice. Nous, nous avons fait le nôtre.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. AKAMARAMAGAMBO, MUKUNDA

    Favoritisme Iwacu Bu

  2. Kiraya Mizero

    Nta bwoko nasanzemwo ibijuju nk’ubw’abarundi,mu mimsi iheze hagitwara UPRONA abahutu bitwaza ngo igisoda nic’ubwoko bumwe,aho abahutu bo muri Frodebu,PP,PL,RPB,FNL-PH,CNDD,nabandi ntibuka basa nabasenyera ku mugozi umwe.None ubu hari CNDD-FDD,umuhutu yari muri RPB nka Nturenganywe ico gihe yavuga yita ngo abaporona bambamaze,abahutu bavuye muri Frodebu n’iyindi migambwe yari irongowe n’abahutu baciye binjira muba dd nn ubu nibo bahiga abo bari kumwe kera,none abahora bitwaza ngo Uprona-umugambwe w’abatutsi nkuko bawita ico gihe bosubira kuvuga bate ko ubu abahutu bicwa ku bwinshi kuruta abicwa hagitwara UPRONA.Umusazi araho ati: »Murabona aka kabuye mfise mu minwe,ati aka nogatererera hejuru kogaruka mu minwe maze kubabwira ico abarundi bapfa »,umu dd yari iruhande yiwe acabwira abandi ati: »uyo ntimumuzi ko ari umusazi? »Abandi bati tubwire wawa;agaterera hejuru kagarutse yababwiye ati: »MWESE MUPFA INDA »

  3. Iteka

    bizohera kandi bategrzwa kwishura tot ou tard

  4. TUBANYEBANZI

    Nashaka ncire umugani uwo mu guverneur n’abandi basangiye umugambi wo guhotora abo bajejwe kurongora, yuko « inkoni ikubise mukeba urayirenza urugo uyite kure ». Ejo canke hirya y’ejo, ishobora kuzokumena umutwe, itowe n’umwansi wawe. Birababaje kubona ingirwa bategetsi dufise ubu mu Burundi, bamaze imyaka cumi batwara, kandi bikaba vyibonekeza ko vyabananiye gutunganiriza abarundi bose, bagomba kubandanya batwara !!! Nibatubwire ikintu gishasha bazodukorera kirenze ivyo turiko turabona ubu ? Kugwiza imbonerakure ? Kuziha inkoho n’ama pistolets silencieux ? Kunyaga utuntu abarundi birondereye biyushe akuya ? Ubu ico bashigaje ni ukutwambura uduhuzu n’uturato twiguriye maze tukagende twambaye ubusa, nta kindi mbona barwanira kubandanya batwara !!! Nagira mpanure abo muri société civile n’abo muri opposition nabo bareke kuguma bahangana n’izo démons de la mort et de la haine. Erega mwibuke ko bamaze plus de 10 ans dans la forêt ata kindi bakora atari kwiga kwica no kunyaga ingenzi zihitira. Ico mbona nuko mwokwirinda kwinjira muri ico kigambwe cabo ariko ntimuje no muyindi migambwe, mwijukire gusenga Imana n’umutima ubikunze, mwibere neutre mu vya politike, mubareke bakore ivyo bigombeye. Ku musi w’amatora umuntu azotora ikiri ku mutima. Ikindi kandi, abo ni abakozi ba satani. Reka gusamazwa rero n’abo badayimoni. Aha mw’isi s’iwacu. Kandi nasomye amajambo avuga ko mu misi y’iherezo, Imana izoreka hime ku ngoma abantu bameze nka ba Farawo b’abagesera, bazokubitisha abantu b’Imana inkoni z’ivyuma. Kugira ngo bamenye ko aha kw’isi atari iwabo. Farawo lero niwe yicaye ku ngoma mu Burundi, imbonerakure nizo ngabo ziwe. Ivyo bakorera abo badahuje ivyiyumviro nizo nkoni z’ivyuma bakubitisha abantu. Reka dusabe Imana abe ariyo twisunga kugira ngo idukingire. Kandi dukure ivyizigiro ku bantu no ku bintu, twizigire Imana yonyene, kuko ariyo gitandara kitanyeganyega kandi niyo yonyene yodukiza ces démons de la haine et de la mort. A bon entendeur, salut!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 037 users online