Vendredi 21 juin 2024

Société

Ntabariza-SPF demande une application rapide de la grâce présidentielle

03/01/2020 Commentaires fermés sur Ntabariza-SPF demande une application rapide de la grâce présidentielle
Ntabariza-SPF demande une application rapide de la grâce présidentielle
Jean-Marie Nshimirimana : «Il y a des prisonniers qui ne sont pas libérés alors qu’ils ont été graciés »

Dans son message à la Nation du 31 décembre dernier, le président Nkurunziza a accordé une grâce présidentielle à quatre catégories de prisonniers. Ntabariza-SPF demande que cette faveur soit appliquée dans les meilleurs délais.

Les prisonniers dont la peine d’emprisonnement ne dépasse pas cinq ans, les femmes enceintes et allaitantes, les prisonniers qui ont un handicap visible et ceux qui ont déjà purgé la moitié de leur peine, sont ceux qui ont été graciés par le président de la République, ce 31 décembre.

Jean-Marie Nshimirimana, représentant légal de l’association Solidarité avec les prisonniers et leurs familles (Ntabariza-SPF) demande aux membres du Comité chargé d’appliquer cette faveur de s’y mettre sans tarder : «Nous sommes conscients que des fois vous êtes dépassés mais nous vous demandons de faire le plus vite possible pour que ces prisonniers graciés soient relâchés ». Un appel lancé au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 02 janvier par ladite association.

Son représentant fait savoir que souvent le suivi fait défaut. Et comme conséquence, très peu de prisonniers sont relâchés. Jean-Marie Nshimirimana demande à la ministre de la Justice d’appliquer la libération conditionnelle, car la loi perme lui donne ce droit.

Cependant, le représentant légal de l’association Ntabariza-SPF révèle qu’il y a des prisonniers qui ne sont pas libérés alors qu’ils ont été graciés. D’après lui, en plus de la peine d’emprisonnement, certains procureurs infligent des amendes excessives aux prisonniers alors que ces derniers sont insolvables.

M. Nshimirimana demande aux procureurs d’imposer des amendes payables et non ceux qui prolongent la durée de la peine. Il dénonce certains cas de tricheries. Selon lui, certains procureurs en profitent pour mettre sur la liste des prisonniers graciés, ceux qui ne sont pas éligibles.

Pour les prisonniers acquittés à la veille des élections de 2020, M. Nshimirimana leur conseille d’éviter tout comportement qui les pousserait à la récidive. Il demande à leurs familles et à la communauté de les accueillir à bras ouverts.

Selon le représentant de l’association Ntabariza-SPF, 3.219 prisonniers ont été graciés l’année passée. Il précise aussi que le Burundi compte 11 prisons et deux centres de rééducation pour mineurs qui hébergent en tout 12 mille prisonniers.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La mobilisation des « radins » pour les quatre bougies de Neva

Comme il se doit en pareille situation, les festivités marquant les quatre ans au pouvoir du président Evariste Ndayishimiye, organisées à Nyabihanga, en pleine province de Mwaro, une contrée de citoyens jouissant à tort ou à raison d’une légendaire réputation (…)

Online Users

Total 1 885 users online