Samedi 20 juillet 2024

Société

Redéploiement : des enseignants se déchaînent

03/01/2020 Commentaires fermés sur Redéploiement : des enseignants se déchaînent
Redéploiement : des enseignants se déchaînent
Quelques enseignantes font le sit-in devant le ministère de l’Education.

Mines tristes, fatigués, larmes aux yeux… Une dizaine d’enseignants font le sit-in au ministère de l’Education, jeudi 2 janvier. Une enseignante est en pleurs, une autre tient un bébé dans les bras.

Redéployés dans les provinces Bubanza, Cibitoke et Bujumbura rural, ils demandent d’être réaffectés en mairie de Bujumbura, conformément à la décision de la ministre, il y a plusieurs mois.

Selon l’un de ces enseignants, tout commence en 2017. 60 enseignants de la mairie de Bujumbura sont redéployés à l’intérieur du pays. Mais le ministère leur promet qu’une fois les places disponibles, ils reviendront. « Le ministère vient de faire un recrutement pour la 2e fois en mairie, mais nous ne sommes pas sur les listes. C’est injuste».

Après le premier recrutement, ces enseignants disent avoir réclamé. La ministre leur a donné gain de cause. Elle a adressé une lettre à la Direction provinciale de l’enseignement (DPE mairie) demandant de les rétablir dans leurs droits. « Mais le DPE nous dit toujours d’attendre».

Ces enseignants disent être fatigués de se déplacer tous les jours pour réclamer. Ils doivent dépenser de l’argent et, parfois, loger chez des inconnus.

Interrogé, le porte-parole du ministère de l’Education indique que seule la ministre est apte à répondre à cette question. « Elle n’est pas disponible en ce moment».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 305 users online