Vendredi 15 octobre 2021

Politique

Ngagara : des ménages des opossants en exil transformés en positions policières

14/05/2020 Commentaires fermés sur Ngagara : des ménages des opossants en exil transformés en positions policières

A la veille des élections, pas de répit pour les quartiers dits « contestataires ».

La police a mené ce mercredi 13 mai une fouille perquisition dans le quartier 1 de la zone Ngagara. Un des quartiers qui ont contesté contre le 3eme mandant du président Pierre NKurunziza. C’est curieusement les maisons des opposants en exil qui étaient le plus visées.

D’après les habitants du même quartier il s’agit de la maison numéro 3 d’un certain Nkengurutse Bonus membre du Mouvement pour la Démocratie et la solidarité, MSD, celle de Ntirandekura Jean, activiste de la société civile et une autre parcelle d’un militant du CNL, principal parti de l’opposition, tous en exil.

«C’était aux environs de 3 heures du matin quand j’ai remarqué que la police a ceinturé notre avenue Havyagira. J’ai pu alerter les voisins car les policiers étaient en grand nombre et armés jusqu’aux dents », a raconté un veilleur de nuit.

Comme ce veilleur, les habitats de cette avenue interrogés affirment que cette fouille était orientée vers les ménages des opposants en exil. Ils ont indiqué que les policiers accompagnés par des jeunes en tenue civile curieusement des Imbonerakure ont fouillé et pillé dans les trois ménages.

Les habitants trouvés sur place ne doutent pas que la fouille a des mobiles politiques : « La police veut à tout prix incriminer les citoyens en exil». Ils demandent un traitement égal de tous les citoyens.

Signalons que ces trois ménages fouillés ont été transformés en positions de la police. Les voisins parlent d’un acte de violation flagrante de la loi. « Une opération pareille s’est déroulée dans le quartier de Kinindo. Une maison d’une famille en exil depuis 2015 a été également transformée en position policière. Tout le monde est au courant que l’Etat veut à tout prix s’accaparer des biens des opposants qui ont fui le pays», alerte un habitant.

Nous avons contacté le commissaire municipal de la police pour plus de précisions sans succès.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 052 users online