Société

Musigati : Grossesses en milieu scolaire, des chiffres inquiétants

11/07/2019 Felix Haburiyakira Commentaires fermés sur Musigati : Grossesses en milieu scolaire, des chiffres inquiétants
Musigati : Grossesses en milieu scolaire, des chiffres inquiétants
Abel Ndihokubwayo : « Il y a un manque de communication entre les parents et leurs enfants sur la question de la sexualité.»

Le phénomène des grossesses dans la direction scolaire de Musigati est très alarmant. Parents et responsables scolaires se rejettent la responsabilité. Les activistes des droits humains dénoncent l’impunité des présumés auteurs comme facteur aggravant.

Sur plus d’une quarantaine de  filles ayant subi le test de grosses, 10 filles se sont révélées positives, selon Abel Ndihokubwayo,  directeur du lycée technique communal de Nyamugerera, en commune Musigati, province Bubanza. Des proportions inquiétantes, indique ce responsable scolaire. Les dix filles et un garçon, présumé auteur, ont été renvoyés définitivement de l’école en application du règlement scolaire, précise-t-il.  Quatre filles ont été également renvoyées pour la même raison  au lycée communal de Musigati.

Interrogé sur les causes, ce responsable scolaire évoque la méconduite de certaines filles. En outre, il épingle le relâchement de l’autorité parentale : « Il y a un  manque de communication entre les parents et leurs enfants sur la question de la sexualité, un sujet considéré comme tabou.»

Il y a, ajoute-t-il, un mauvais exemple donné par les parents ou l’entourage. Il juge cette situation très inquiétante et inhabituelle et en appelle aux parents à plus de responsabilité.

Sylvestre Banzubaze, directeur communal de l’enseignement, déplore cette situation. Il fait savoir que la direction communale de l’enseignement, en collaboration  avec l’administration communale, a déjà entamé des enquêtes pour identifier les présumés auteurs. « Pour des raisons d’enquête, on ne peut révéler l’identité des présumés auteurs ». Et d’indiquer que le dossier a été transmis au parquet de Bubanza pour confection des dossiers.

Il faut protéger ces adolescents

Concernant les mesures préconisées pour juguler ce phénomène, Abel Ndihokubwayo signale que les responsables scolaires et les parents se sont convenus de faire des tests de grossesses chaque trimestre. Par ailleurs, il confie qu’il envisage de créer les clubs de santé à son établissement  pour sensibiliser les élèves sur la vie sexuelle et reproductive.

Claver Ngirimana, représentant des éducateurs dans le Comité de gestion de l’école, regrette ces renvois. Mais, il reconnaît qu’il faut faire respecter le règlement scolaire et renforcer la discipline. Il déplore également le manque de suivi de l’éducation sexuelle des enfants et la dégradation des mœurs. Il recommande aux parents d’être vigilants et de contrôler le mouvement de leurs enfants.  « L’éducation des enfants revient,  au premier chef,  à leurs parents ».

Les parents des victimes, quant à eux,  sont dans la désolation.  M.B. n’en revient pas : « J’attendais que mon enfant rentre avec de bons résultats. Mais elle rentre avec une grossesse. Tout mon investissement vient de tomber à l’eau.» De surcroît, déplore ce parent,  sa fille se préparait pour passer l’examen d’Etat.

Il demande à direction de l’école de surseoir à la décision afin de laisser ces enfants terminer l’année scolaire en cours. Il demande à la justice de faire son travail et d’appréhender les présumés auteurs.

Un autre parent estime que les adolescents ont besoin d’accompagnement et de protection. Pour lui, le problème étant complexe, pénaliser ces adolescents est loin d’être la meilleure solution. Ils doivent disposer d’informations sur leur vie sexuelle. Et d’insister : « Il faut commencer par briser le tabou autour de la sexualité dans la société burundaise », avant de suggérer : « Il faut introduire l’éducation sexuelle dans les programmes scolaires.»

Les présumés auteurs se la coulent douce

Antoine Icihagazeko, chef  d’antenne à Bubanza du Réseau burundais des personnes vivant avec le VIH/SIDA (RBP+, déplore cette situation en milieu scolaire. Selon lui, cette recrudescence s’explique par plusieurs facteurs. D’abord la plupart des victimes gardent le silence et ne révèlent pas l’identité des auteurs. Par ailleurs, il y a des arrangements à l’amiable qui se font entre les familles des auteurs et les familles des victimes. Et ce avec la complicité des administratifs à la base.

Antoine Icihagazeko : « La sensibilisation en milieu scolaire sur la santé sexuelle diminuerait les grossesses non désirées.»

Ensuite, poursuit cet activiste des droits humains, il y a l’impunité des auteurs. « Plus les auteurs ne sont pas punis, plus ils perpétuent ces pratiques. Et l’impunité décourage les victimes et leurs familles ».

En outre, la plupart des familles ignorent les procédures judiciaires, la préparation et la rédaction des plaintes.

Il interpelle les victimes à dénoncer les auteurs et les traduire en justice. Il leur promet  de les accompagner au niveau de la justice.

Pour M. Icihagazeko, il faut que les activistes des droits humains, l’administration à la base, la police et la justice travaillent en synergie pour dénoncer et identifier les présumés auteurs. Il interpelle la justice à diligenter les enquêtes et punir les auteurs.

Des risques sont énormes

Pour Antoine Icihagazeko, les risques sont énormes pour ces jeunes déscolarisées. Elles sont exposées à la contamination et propagation du VIH/SIDA pour avoir fait des rapports sexuels non protégés.

De surcroît, la grossesse étant non désirée, l’enfant risque de souffrir d’un manque d’affection de la part de sa mère. La fille est stigmatisée dans la société et risque d’abandonner l’enfant. En outre, certains auteurs nient la paternité de leur progéniture, ce qui empire la situation.

Cet activiste sur les questions des VBG compte organiser des sensibilisations en milieu scolaire sur les dangers des grossesses non désirées. Et d’espérer : « La sensibilisation en milieu scolaire sur la santé sexuelle diminuerait les grossesses non désirées.»

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle…

« Doom and gloom ». Cette expression anglaise désigne un sentiment de trouble, de  peur-panique. Après la proclamation des résultats provisoires par la  Ceni, le 25 mai, et leur contestation par le principal parti de l’opposition, le CNL, une psychose  a (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 357 users online