Samedi 16 octobre 2021

Société

Mukaza : le new-look promis par l’administrateur peine à se concrétiser

07/10/2021 2
Mukaza : le new-look promis par l’administrateur peine à se concrétiser
Rénovat Sindayihebura : « Une commune propre et prospère reste notre priorité »

La mesure de l’administrateur de Mukaza d’infliger une amende à toute personne jetant les ordures hors des poubelles publiques ou piétinant les plates-bandes plantées de fleurs n’a pas encore porté les fruits escomptés. Les habitants de cette entité municipale recommandent plutôt une sensibilisation au lieu de recourir aux sanctions.

Partout où nous sommes passés, l’insalubrité s’observe dans toutes les zones de la commune Mukaza. Les restes des bouteilles en plastique jonchent les rues, les avenues et les caniveaux. Les eaux usées coulent dans les avenues de la zone Buyenzi, Des flaques d’eaux stagnent dans certains quartiers comme à la 1e avenue de la zone Buyenzi, et à la 9e avenue de la zone Bwiza. Elles dégagent une odeur nauséabonde.

Des tas d’immondices s’observent autour du marché de Jabe et de Buyenzi. Les ordures ménagères ne sont pas régulièrement enlevées. A Bwiza, une semaine peut passer sans que ces ordures soient enlevées. La salubrité laisse à désirer dans presque dans les coins et recoins des quartiers de cette commune.
Les plates-bandes plantées de fleurs ou de gazons sont délibérément piétinées par des passants pressés. Certaines poubelles installées sont déjà trouées et laissent passer les ordures.

Il faut une sensibilisation accrue de la population

Les habitants de cette entité administrative interrogés recommandent une sensibilisation et une formation sur l’hygiène et l’assainissement. « Il faut que les services municipaux mènent des campagnes tous azimuts à l’endroit des citadins sur l’hygiène et l’assainissement », suggère un habitant de la zone Rohero. Il fustige l’amende instaurée par l’administration communale. Il recommande l’installation de plusieurs poubelles publiques.
Rénovat Sindayihebura, administrateur de la commune Mukaza multiplie les appels. Il demande à ses administrés de respecter les mesures d’hygiène.

Selon lui, plus question de tergiverser, les contrevenants à la mesure d’hygiène seront toujours sanctionnés. Et de marteler : « La devise, une commune propre et prospère, reste notre priorité ».
D’après lui, une sensibilisation sur l’hygiène a été menée. « Même les partis politiques, les administratifs, les leaders religieux et communautaires ont été associés dans cette activité ».

Cette autorité municipale promet d’installer d’autres poubelles publiques en commençant par celles (une cinquantaine) que la Banque commerciale du Burundi (Bancobu) lui a octroyées ce mardi. Il envisage installer une poubelle à 300 m sur chaque avenue. Les besoins étant estimés à 500 poubelles dans toute la commune.

Par ailleurs, M. Sindayihebura recommande aux ménages d’avoir une poubelle et de signer un contrat écrit avec les sociétés chargées d’enlever les ordures ménagères. « Ce contrat aidera en cas de différends. Les administratifs joueront le rôle d’arbitres ». Et aux usines d’aider dans le ramassage des déchets plastiques et de respecter le principe universel du « pollueur-payeur ».

Signalons que l’administrateur a institué, il y a deux semaines, une amende de 10.000 BIF à toute personne jetant les ordures hors des poubelles publiques ou piétinant les plates-bandes plantées de fleurs. Pour le seul jour du 1er octobre, la commune a pu collecter 500000 BIF d’amende. Selon l’administrateur, les montants obtenus seront versés dans les caisses de la mairie et en retour aideront dans les travaux de développement de la commune.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Kayo

    En matière de projet il ne faut pas fixer la barre haute sans avoir toutes les ressources à sa disposition

  2. Kayo

    En matière il ne faut pas aller ci vite

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 871 users online