Vendredi 23 février 2024

Société

Mukaza : Des commerçants opposés à la démolition des stands autour du marché de Ruvumera

12/04/2023 2
Mukaza : Des commerçants opposés à la démolition des stands autour du marché de Ruvumera
Des stands érigés autour du marché de Ruvumera

Des commerçants exerçant autour du marché de Ruvumera dans la zone Buyenzi en mairie de Bujumbura fustigent une mesure qu’ils qualifient d’injuste, visant à démolir leurs stands et boutiques. Ils appellent la mairie à suspendre ou surseoir à cette mesure.

Dans un communiqué de ce 20 mars, la mairie de Bujumbura a mis en garde les commerçants qu’elle procédera à la démolition des stands et boutiques construits anarchiquement autour du marché de Ruvumera, qui ne seront pas encore démolis jusqu’au 3 avril : « Les frais de démolition seront payés par les propriétaires et les matériaux ne leur seront pas remis ». La mairie fait savoir qu’elle avait donné du temps aux propriétaires de ces stands pour les détruire eux-mêmes.

« Cette mesure est injuste et vient nous déstabiliser. C’est la mairie qui nous a octroyé ces places. J’y exerce depuis plusieurs années. Nous ne causons pas de l’insécurité ou autres problèmes au marché », indique un propriétaire d’une boutique à l’extérieur du marché de Ruvumera.

Selon lui, les commerçants concernés par cette mesure travaillent la peur au ventre craignant que les services de la mairie viennent démolir leurs stands et boutiques d’un moment à l’autre.

Il regrette que malgré cette mesure, la mairie n’a pas montré aux commerçants une autre place où ils peuvent exercer : « Nous aurions déjà démoli et serions partis, mais nous n’avons pas de places à l’intérieur du marché, car c’est plein ». Et de demander à la mairie de surseoir à cette mesure.

Un autre commerçant confie que les propriétaires de ces stands et boutiques érigés autour du marché de Ruvumera paient, depuis des années, du loyer mensuel et de la taxe municipale annuelle à la mairie de Bujumbura. « Je paie 40 mille par mois de loyer.

Certains paient jusqu’à 200 mille. Les prix dépendent de la taille du stand. En plus du loyer mensuel, chaque propriétaire paie 30 mille par an représentant la taxe municipale annuelle. On met tout cet argent sur les comptes bancaires de la mairie ».

Et de se demander le fondement de cette mesure : « Cela fait des années qu’on paie les recettes. Est-ce aujourd’hui que la mairie constate que nous travaillons dans l’illégalité ? »

Pour lui, si la mairie maintient cette mesure et démolie ces stands, il retournera dans sa province natale de Ruyigi : « Le commerce est notre gagne-pain. Beaucoup d’entre nous ont de petits capitaux. Nous ne pouvons pas même aborder une place à l’intérieur du marché. Si on quitte cette place, on ne pourra plus subvenir aux besoins de nos familles ».

Lui aussi demande à la mairie de suspendre ou de revoir cette mesure pour laisser ces commerçants travailler tranquillement.
Contacté, le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, indique qu’il est en train d’examiner cette mesure, sans donner des précisions.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Bite

    Mettre les chose en ordre s’est bien mais il faut une autre mesure consensuelle parce que c’est Mairie qui a donné ces places.

  2. Kanda

    Quand l’Etat se rend compte qu’il a organisé l’anarchie et doit rectifier le tir.
    Manque de vision et de planification et après les yeux s’ouvrent.
    Problème: la survie du peuple est en jeu.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Démocratiser le débat sur le marché public

Brouille entre le gouvernement du Burundi et la société Sogea Satom autour des travaux de réhabilitation de la route nationale 3, tronçon Rumonge-Gitaza. Le ministre en charge des infrastructures a pris la décision de suspendre le paiement des frais additionnels (…)

Online Users

Total 1 374 users online