Jeudi 06 octobre 2022

Économie

Muha : Des motocyclistes fustigent l’interdiction des réservoirs sur les stations-services

18/08/2022 Commentaires fermés sur Muha : Des motocyclistes fustigent l’interdiction des réservoirs sur les stations-services
Muha : Des motocyclistes fustigent l’interdiction des réservoirs sur les stations-services
Dans la zone urbaine de Kanyosha, des motos en attente du carburant passent trois jours devant une station-service

Des motocyclistes exerçant dans la commune Muha au sud de la ville de Bujumbura déplorent la mesure leur interdisant de s’approvisionner en carburant dans des réservoirs démontés de leurs taxi-motos. Ils appellent l’administration à leur réserver une station-service.

« Avant la mesure nous interdisant de chercher le carburant avec des réservoirs, on pouvait s’approvisionner dans le centre-ville ou dans les autres zones le matin pour reprendre le travail dans l’après-midi. Malgré la fatigue, cela nous favorisait. Avec l’interdiction, la situation empire », indique Vénuste Nyabenda, motocycliste exerçant dans la zone Kanyosha en commune urbaine de Muha.

Il regrette qu’il doive passer jusqu’à trois jours sur une file d’attente devant la seule station-service pouvant servir du carburant dans la zone Kanyosha. « Ainsi, on n’a que deux ou trois jours pour travailler dans la semaine. Comment pourra-t-on subvenir aux besoins de nos familles dans de telles conditions ? », s’interroge ce père de deux enfants.

Pour parvenir à travailler le plus de temps possible, explique-t-il, on doit recourir au marché noir où un litre d’essence s’achète à 10 mille BIF.

Pour Jean de Dieu Nkunzimana, un autre motard rencontré dans la zone urbaine de Kanyosha ce 17 août, trouver le carburant est devenu un casse-tête. Selon lui, les passagers paient aussi le prix : « Avec un litre de 10 mille, je dois veiller à ce que je trouve le versement de 12 mille pour le propriétaire et la nourriture pour la famille. Je m’excuse pour les passagers ». Et d’évoquer avec amertume des nuits passées sur les files d’attente devant les stations pour finalement rentrer sans être servi.

Des dettes difficiles à rembourser

« Ma famille mange désormais une seule fois la journée. Nous avons contracté des dettes auprès des boutiquiers et cela devient difficile de les rembourser étant dans une situation pareille », se lamente Jean Marie Minani, motocycliste et père de 6 enfants rencontré à la station Interpetrol basée à la sixième avenue dans la zone urbaine de Kanyosha.

Pour ce quadragénaire, des mesures se sont succédées pour enfoncer sa famille dans la pauvreté : « Depuis la mesure fixant la délimitation des motos, vélos et tricycles, la vie a bousculé. Nous avons respecté cette mesure. C’est étonnant qu’on nous interdise aussi de chercher le carburant avec les réservoirs en pleine pénurie ».

Comme il ne parvient plus à travailler tous les jours, il dit ne pas être en mesure d’acheter le matériel scolaire pour ses enfants. « J’enverrai à l’école un seul enfant, les autres vont rester à la maison. Je n’ai pas d’argent ». Et d’exhorter la police à laisser les motocyclistes continuer de chercher le carburant dans les autres zones avec des réservoirs.

D’autres motards demandent que l’administration réserve une station pour seulement les motos et tricycles, comme ces derniers ne peuvent pas se servir du carburant en dehors de leur zone d’opération.

Le porte-parole de la police, Désiré Nduwimana, a indiqué, ce 2 août, qu’il est interdit de s’approvisionner du carburant dans les bidons et réservoirs des motos. Il a appelé les conducteurs des motos à chercher du carburant dans des stations-services se trouvant dans leurs localités.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 984 users online