Vendredi 17 mai 2024

Environnement

Météo: Une pluviométrie supérieure à la normale climatologique attendue dans tout le pays

08/09/2023 3
Météo: Une pluviométrie supérieure à la normale climatologique attendue dans tout le pays
Carte de prévisions pluviométriques (de septembre à décembre 2023)

Selon les prévisions fournies par l’Institut géographique du Burundi (IGEBU), une pluviosité et une température supérieures à la moyenne climatologique sont attendues au Burundi dans la période de septembre à décembre 2023. Les services techniques du ministère de l’Agriculture sont appelés à encadrer les agriculteurs en conséquence.

« La prévision météorologique saisonnière valable de la période de septembre à décembre 2023 communément appelée « Agatasi » montre que le Burundi aura une pluviométrie supérieure à la normale climatologique dans toutes les régions naturelles du pays », indique Déogratias Babonwanayo, directeur de l’hydrométéorologie et de l’agrométéorologie à l’IGEBU, dans une note sur la prévision météorologique saisonnière de septembre à décembre 2023.

Cette prévision montre que le début effectif de la saison pluvieuse est prévu entre la deuxième et la troisième décade du mois de septembre dans les régions naturelles d’Imbo, Mirwa, Mugamba, Bututsi, Buyenzi, Bweru, une partie de Bugesera et une partie de Kirimiro.

Pour le reste des régions naturelles du pays, cette saison débutera entre la troisième décade du mois de septembre et la première décade du mois d’octobre 2023.

Selon cette même prévision, les dates probables de fin de la saison dite « Agatasi » 2023 sont prévues dans la troisième décade du mois de décembre.

Et de prévenir une température supérieure à la moyenne climatologique dans toutes les régions naturelles du pays dans cette même période.

Le directeur de l’hydrométéorologie et de l’agrométéorologie invite tous les secteurs sensibles aux effets du changement climatiques à consulter chaque fois les prévisions journalières, hebdomadaires et mensuelles qui font la mise à jour de cette prévision.

Dans un atelier d’information sur cette prévision météorologique, ce 6 septembre, le ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage a exhorté ses services techniques d’encadrer les agri-éleveurs compte tenu de cette prévision afin qu’elle leur soit une opportunité au lieu d’une menace.

La présence d’El niño, signe de la forte pluviosité dans la région

Selon Déogratias Babonwanayo, les conditions d’El Niño (un phénomène climatique caractérisé par des températures anormalement élevées dans la partie sud de l’océan Pacifique) se poursuivront jusqu’en janvier 2024.

C’est selon les prévisions et occasionneront des fortes précipitations dans la majeure partie de l’Afrique de l’Est en général et au Burundi en particulier. Ainsi, poursuit-il, de fortes précipitations dans la région pourraient occasionner des inondations dans certaines zones.

Il prévient que des températures plus chaudes que la normale sont probables dans toute la région, en particulier sur Djibouti, l’Érythrée, le Soudan, le nord-ouest du Soudan du Sud, le sud et le nord-est de l’Ethiopie, le nord de la Somalie, le nord et l’ouest du Kenya et certaines parties du sud-est et de l’ouest de la Tanzanie.

Et d’expliquer que les conditions positives du dipôle de l’océan Indien pour cette période contribuent au renforcement des conditions plus humides dans la région et au Burundi au cours de cette saison pluvieuse de septembre à décembre 2023.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Yan

    C’est oublier souvent d’admettre que souvent les mêmes causes produisent les mêmes effets.

  2. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« Les services techniques du ministère de l’Agriculture sont appelés à encadrer les agriculteurs en conséquence… »
    2. Mon commentaire
    Ces intemperies vont aussi menacer l’immobilier et les infrastructures routieres par exemple.
    Les gens devraient renforcer les toits de leurs maisons et faire des rigoles pour que l’eau de pluie n’envahisse l’interieur des maisons.
    Au Burundi nous avons toujours cet espoir que rien de mauvais ne va nous arriver parce que le Bon Dieu veille toujours sur nous.

    • Yan

      « Au Burundi nous avons toujours cet espoir que rien de mauvais ne va nous arriver parce que le Bon Dieu veille toujours sur nous. »;

      jusqu’à ce que ce qui devait arriver nous arrive.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 2 005 users online