Samedi 16 octobre 2021

Société

Médias/Verbatim : le Président de la République s’en prend à deux journalistes

01/09/2021 25
Médias/Verbatim : le Président de la République s’en prend à deux journalistes

« Il nous reste deux journalistes qui détruisent le pays »
Lors de sa rencontre avec les jeunes au stade Intwari ce mardi 31 août, le Président de la République s’en est pris à deux journalistes. Verbatim

Verbatim : Kirundi Verbatim français
Umumenyeshamakuru nawe ni umurwizatunga… Un journaliste est aussi un entrepreneur.
Hariho abamenyeshamakuru atakindi bakora atari kurwiza ubukene gusa. Malheureusement, il y a des journalistes qui ne font que promouvoir la pauvreté dans le pays.
None nkumwe (Esdras Ndikumana de RFI, NDLR) yirirwa aravuga ngo ibitaro vyose vyuzuye korona, ngo abantu bahonye, ngo ntuhonyore mu Burundi corona iruzuye, urya si umurwizabukene nga ntuzewe? Mugabo yiyita umumenyeshamakuru mpuzamakungu ariko ni umurundi. Bigenda gute ngo wanke igihugu cakureze, kikagukuza? Il y en a un (Esdras Ndikumana de RFI, NDLR) qui dit toujours que la covid-19 fait rage au Burundi, que tous les hôpitaux du Burundi sont pleins de malades de covid-19 et que la pandémie emporte plusieurs vies humaines. Est-ce qu’il n’est pas promoteur de la pauvreté ? Mais il se reconnait journaliste international. Il est burundais. Comment se fait-il qu’on haïsse le pays où l’on a grandi ?
Dusigaranye abamenyeshamakuru babiri basambura igihugu mugabo
hariho uwo numvuse yisokoye ngo yababwiye ati jewe ndabihevye. Ubutumwa bwaramushikiye.
Il ne nous reste que deux journalistes qui détruisent notre pays. Mais un s’est ravisé. Il a reçu notre message.
Muramubwira uti ni sawa ko wikosoye. Dis-lui qu’il a bien fait de se ressaisir.
Barambwiye ko Kaburahe yavuze ngo singisubira ndabihevye. Muramubwira muti yavuze ngo wakoze. On m’a confié que Kaburahe a dit qu’il ne le fera plus. Dites-lui que c’est bien .
Uti uce ubwira nurya mugenzi wawe nawe abihebe. Uti umukuru w’igihugu n’ umupfu kuko ntuzi aho azopfira mugabo uburundi ntibuzopfa bupfuye. Dites-lui de dire aussi à son ami de de se raviser. Le président est mortel mais le pays restera éternellement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

25 réactions
  1. Umwenegihugu

    Jew nibaza ko ubwigenge bw’abamenyeshamakuru canke ibimenyeshamakuru butoroshe na gato, kandi si ikibazo co mu Burundi gusa ni kw’isi hose. Simvuze ngo abamenyeshamakuru bo mu Burundi ngo ivyo bavuga ni ibinyoma na gato, haba harimwo ukuri, ariko bivanye n’inyungu zimeze uku canke kuriya, izi canke ziriya, za barya canke bariya, inkuru irashirwamwo indenzarugero canke igakurwamwo ibikurubikuru biyigize, mbere no mu gihe iba iriko iravugwa n’abamenyeshamakuru babinonosoye.

    Kiramvu ngirango ntawutibuka akajambo yakunda kuvuga dans ses édito ngo ni “akamuna”. Iryo jambo burya ntiryemewe mu mvugo y’umumenyeshamakuru kuko ntashobora kuronka ingene arigerura kugira yemeze koko ko ari akamuna. Turetse n’ivyo, iryo jambo ryategerezwa gukoreshwa mu gihe ibintu vyose “vyayangaye” ku buryo koko uwariwe wese yinjira vyoroshe dans ce registre d’akamuna.

    Rero no muri ibi bihe igihugu gihiteyemwo guhera muri 2015 ariko kiriko kiravamwo, hariho abamenyeshamakuru batigeze banyegeza aho bonyene ubwabo bahagaze ariko binyegeje inyuma y’umwuga ariko simvuze namba Kaburahe, yaragerageje kuko nta vyera ngo de. Turetse rero ko no mu bindi bihugu, bivanye n’inyungu izi canke ziriya, bivanye kandi n’aho abanyamwuga bahagaze, bivanye kandi n’abafasha ibimenyeshamakuru, vyama vyashitse bakavuga inkuru zitari zo, kandi mbere zikanashigikirwa.

    Ntawutibuka inkuru z’ibirwanisho ruhonyanganda vyavuzwe muri Irak cane n’abamenyeshamakuru ukamenga baranazifitiye ivyemezo vyose,…n’uyu munsi ntawutazi Corona igitangura ingene chaque matin hama hari ama mise à jours cataclysmiques aho wasanga bavuga ngo mu masaha 24 gusa abantu 2000 bishwe na Corona, eka n’ibindi. ariko muri ico gihe Malaria canke Paludisme yariko irasasika inganda mu bihugu vya Afrika, na Asiya y’ubumanuko kandi ibitigiri vy’abahitanwa na malaria vyasumba na kure ivyabicwa na corona.

    Murazoza murumviriza abamenyeshamakuru karuhariwe b’Abanyaburayi ingene bavuga ingorane z’ibihugu vyabo. Barafise aho bagarukira, bakibuka ko ari ibihugu vyabo bariko barashira ku karubanda nyamwinshi avec les conséquences bijana navyo. Abamenyeshamakuru b’Abarundi nabo nyene ni uburenganzira bwo kuvuga ibitagenda neza mu Burundi kandi mbere birafasha biri muvyo bahamagariwe (gukebura), ariko ntibabivuge mu mvugo ndenzarugero ahubwo babivuge mu mvugo mpanuzi irondera guhindura ibintu ku neza ya bose.

    Ni yaba akazi k’umumenyeshamakuru ari ukumenyesha amakuru aba mu gihugu, nta nahamwe bavuga ko umumenyeshamakuru avuga gusa amakuru atagenda neza, ni bavuge ibitagenda neza bongere banarate ibigenda neza. Niho n’abafise ishaka ryo guhindura ibintu bumva ko batewe intege hakwama wumva ngo ibintu biracika kandi nawe uriko ukora ibishoboka vyose ngo ibintu bihinduke ku neza ya bose. Twige kuvuga ibitagenda neza ariko tudasize inyuma ibigenda neza kuko ivyo bigenda neza nivyo biha intege abariko barabikora kugira bahinyanyure ivyo bindi bitagenda neza….

    Ahasigaye, nsomye muri verbatum… nabonye umukuru w’igihugu atavuze nabi Kaburahe, kuko yavuze ngo yarumvise ko yavuze ko atazosubira kuvuga nabi igihugu, niyaba yaramubesheye bivanye n’abamumuvuzeko, numva ataco bitwaye kuko dejà afise isanamu nziza guhera ubu…uwo nawe Esdras niyaba arenza urugero, nahindure avuge Uburundi uko buri mu ngorane zabwo n’amahirwe bufise kuko arahari…Gwira.

  2. Fernand

    Concernant le cas du Covid-19 au Burundi je pense que ce n’est pas l’erreur des journalistes plutôt certains hôpitaux qui exagèrent. Par exemple je ne comprends pas comment peut-on testé positif quelqu’un alors que toute sa maison, ses collègues et les gens qu’il côtoie chaque jour sont tous testés pour une maladie qui se transmet facilement comme le covid. Il y a un cas aussi de quelqu’un qui a été testé positif mais quand il est allé se faire tester sur un autre hôpital il a été testé positif. Autres choses qui devrait faire objet de notre hypothèse, c’est le malaria. Nul n’ignore que le taux de mortalité de Covid-19 est de très loin faible que celui du malaria mais ces derniers temps, tous les morts sont attribués au Covid-19 comme si le malaria n’existe plus. En plus les symptômes du malaria sont presque semblables à ce du Covid-19. Est-ce ne ce pas
    la faiblesse de notre système de santé qui ne parviens pas à tester correctement le covid ?

    • Fernand

      Correction d’erreurs de frappe:
      1. … alors que toute sa maison, ses collègues et les gens qu’il côtoie chaque jour sont tous testés négatifs….
      2. …quand il est allé se faire tester sur un autre hôpital, il a été testé négatif…

  3. Marvin Gaye

    Ngo Kaburahe yarabihevye??Ibiki?? Yavuze iki gisambura igihugu ??Esdras Ndikumana nawe ivyo yabivuze peut-être aronse source itameze neza, on peut démentir tout simplement ,mais j’estime qu’ en aucun cas les deux journaliste veulent détruire le Burundi , et sont source de pauvreté au Burundi comme l’affirme Mr le Président!!

    • SAKUBU

      “Peut-être yaronse source itameze neza”: umushikiriza wigitutsi niwe mutukanyi. C’est au journaliste de vérifier et revérifier ses sources d’information avant de publier du “sensationnel” mensonger et nuisant l’image du pays.

      • Kibinakanwa

        En quoi est ce mensonger?
        L’image est déjà mauvaise.

  4. Vich

    Il faut une petite formation aux administratifs au journalisme pour faire découvrir le métier, ils s’en prendraient peut être moins à ses professionnels, Ils auraient compris comment ça marche.

  5. Jereve

    Il y a des malades du covid dans les hôpitaux, il y a aussi des morts. Ce sont des faits, le journaliste a exagéré peut-être par manque d’information fiable (au fonds, qui les a en ce qui concerne le Burundi?) ou pour alerter, car on minimise un peu trop l’état sanitaire. Ou pour d’autres raisons qu’il faut lui demander. Mais dire tout de go que ce journaliste est un frein à la bonne marche du pays, qu’il voue une haine viscérale contre son pays, qu’il veut sa destruction… bref l’ennemi public numéro un. C’est aussi une exagération. Les débats sur le covid sont toujours enflammés ici comme ailleurs, il nous faut rester dans la bonne mesure.

    • FREDERIC NZEYIMANA

      MALHEUREUSEMENT C’EST LE CAS.
      CA EXISTE DES CITOYENS BURUNDAIS JOURNALISTES OU AUTRES
      QUI TROUVENT VRAIMENT PLAISIR Ā DIRE QUE DU MAL DE LEUR PATRIE
      Certains citoyens haïssent a mort le Burundi tel qu’il est aujourd’hui. Je vous renvoie au commentaire que j’avais fait sur l’article d’un certain Samy RUBANYI soi-disant canado-burundais, intitule « Carnet de voyage : Monsieur le Président, écoutez la science!
      (…)
      COMMENT PEUT-ON TROUVER PLAISIR Ā MAUDIRE SA PATRIE ?
      Monsieur Samy, tu viens de passer un mois de vacances au Burundi? Moi je viens d’y séjourner plus de deux mois. Par deux fois j’ai prolongé ma date de retour tellement on s’y sentait bien. Moi et mon épouse.
      J’ai fait Bujumbura-Gitega. Rutana-Makamba.
      Bururi-Rumonge. Matana-Jenda. Kayanza-Ngozi.
      Tout allait bien. Très bien. Pas de masque du tout. Sauf en Probox. Nous étions contents, moi et moi femme, d’échapper un peu à cet enfer du Canada.
      Donc tu mens. Et tu le fais en connaissance de cause.
      Tu n’es certainement pas Canadien. Car si tu l’étais, tu aurais perçu la différence entre la situation qui prévaut au Canada et celle qui prévaut au Burundi pour ce qui est du COVID-19.
      Deux mondes complètement différents.
      S’il te plait, Arrêtes de mentir.
      Tu devrais retirer cet article de ce réseau
      Tout simplement, tu n’aimes pas ton pays.
      Tu le hais à mort. Ce n’est pas vrai. Si c’est vrai que tu y es allé. Tu n’y étais pas allé pour des vacances. Tu as certainement été payé pour aller rapporter ces ignominies sur ta patrie.
      Attend juste une année ou deux. Et tu sauras par toi-même à quel point tu es un menteur. Qui ne souhaite que dire mal à son propre pays. Si tout s’y déroule selon ta logique, ils devraient être tous morts de COVID-19 d’ici une année ou deux. Alors tu pourras aller y passer tes vacances à l’aise sans traces de COVID-19. Et y rester autant que voudras! Content non?

      • Jereve

        Certaines vérités font mal à certains. Mais les dire ne veut pas dire faire du mal au pays. Au contraire.

      • Balame

        If Canada is like hell.
        Why did you return there?

        • Akabanga

          Bonne question😁😁

      • Muntu

        Tu viens de reporter 2 fois le retour au Canada, ce qui veut dire que tu comptes y revenir et que tu connais même la date de ton retour. Si le Canada est l’enfer, pourquoi tu ne t’installes pas définitivement au Burundi.

        • Benit

          Mon cher ami, dire que le Canada est l’enfer ne signifie pas qu’il ne peut pas y retourner , il a des raisons qu’il ne peut pas étaler sur cette plate forme qui fait qu’il y retourne, comme nous tous nous y vivons parceque nous avons des obligations de la vie qui font qu’on y reste mais au font nous sommes dans l’enfer et nous attendons le moment apportin pour retourne dans notre paradis le Burundi, ou tu as du soleil toute l’année ,ou si tu veux avoir un peu de froid tu prend ta voiture a moins de 15 minutes tu es a Bugarama tu prend ta brochette au bulobe et le soir tu descend tranquillement a Buja. y a t’il de paradis plusque ca, un pays ou on mange bio.je pense qu’il a tout a fait raison, ce monsieur qui a écrit cet article devait retirer ce qu’il a écrit sur le Burundi, c’est un malhionnette des imperiaste, qui ne rêvent qu’a détruire notre cher patrie. au debut de la penderie n’était ce pas qu’ils avaient prédit qu’il y aura de l’hécatombe en Afrique? que les cadavres seront partout dans les rues en Afrique ? Comme l’homme propose et Dieu dispose cet hécatombe s’est passe chez eux, demandez a ce Burundo canadien les morts qu’on a trouve dans une maison de repos a Montreal au debut de la pandémie, mais cela ne ne s’est jamais passe ni au Burundi ni ailleurs en Afrique,la je donne juste un exemple du Canada sans parler de USA ni de l’Europe.

          • Muntu

            Y a-t-il une maison de repos au Burundi? S’il y en avait une, peut être que la situation serait la même qu’à Montréal. Dans les écoles et les universités à Montréal, il n’y a rien d’alarmant par rapport au covid. Donc, si les hôpitaux ne sont pas pleins de patients atteints du covid-19 au Burundi, ce n’est pas du tout un miracle comme certains aiment le dire, c’est probablement parce qu’il n’y a pas de maisons de repos.

          • philipo

            Je suis certain que tu n’es pas au Canada, il y a beaucoup d’éléments, notamment les termes utilisés qui le prouvent. Ceux qui sont au Canada vont constater ces termes et, toit, je te souhaite de rester bien dans ton paradis! Quand tu utilise le mensonge dans ton combat, c’est que tu as déjà perdu.

          • Benit

            @philipo, dire que je ne connais pas le Canada tu as tord, je connais le Canada plus que mon pays natal, de Montreal a Sherbrooke et Quebec city , Calgary , Vancouver , Winniperg et Toronto, j’ai vécu ce pays pendant 25 ans, donc c’est ma deuxieme patrie, la seule difference avec vous est que je ne peut jamais aime un autre pays plus que mon pays natal ( Aho nataye urusogi), c’est un paradis , j’ai fait que plusieurs étrangers viennent y rendre visite et ils ont approuve ce que je suis entrain de vous dire, j’aimerai invite a tout burundais d’être l’ambassadeur de notre beau pays partout il sont . moi je suis très content d’être ne dans ce beau pays le Burundi.

      • Burundais denbas

        Monsieur,

        On peut aimer son pays et regretter que son pays soit à la traîne dans tous les domaines ou presque (sauf ds la mauvaise gouvernance).

        Connaissez-vous un pays ou les dirigeants (vaccinés eux) découragent la vaccination? Moi oui.,,,,

        • Yan

          Il y a une différence entre aimer (ou détester) le pays et aimer (ou ne pas aimer) ses dirigeants. Souvent il y a une confusion entre les deux.

  6. Bob

    Jewe niyumvira ko tudakwiye ku dramatisa ibibazo biba hagati y’abamenyesh’amakuru n’abategetsi.

    Ivyo n’ibintu bishaje, vyakera cane, hariho n’uburorero bwinchi cane.
    Abamenyesh’amakuru n’abategetsi sinovuga ko ar’inkoko n’akagomba, ahubwo novuga ko ari “aba judocas”. Nomuri ibi bihugu vyitwa ko biteye imbere; ivyo bibazo biriho. Igikomeye n’uko abategetsi batotwaga n’ishavu ngo bace batoteza ubuzima bw’abakeba babo; “abamenyeshamakuru bigenga”.

    Ivyandikwa canke bivugwa kuma radio na Président arazi ko harimwo ukuri, n’abamenyeshamakuru barazi ko mubiriko biraba muBurundi harimwo akarusho kagaragara.

    M’ukuri; Esdras n’abandi bakora ivyo bategerezwa gukora na Evariste akora ivyo ategerezwa gukora! Ahubwo nibabandanye gutyo; iyo niyo démocratie!!!

  7. ndikubwayo

    Le Président se trompe de cible. Il s’en prend à deux professionnels honnêtes, crédibles et respectés au Burundi et à l’étranger. Le problème du Burundi ce n’est pas Kaburahe et Esdras Ndikumana

    • arsène

      C’est la parole de quelqu’un qui a clamé haut et fort avoir vu Dieu les yeux dans les yeux.

      C’est triste tout de même d’entendre ce discours du président mais ça montre qu’il ne se contente pas seulement des programme de la RTNB. Peut-être tirera-t-il des leçons de ces informations ô combien importantes constamment censurées par le CNC!

    • Joe

      Nous partis en vacances juillet-août au Burundi,
      Nous n’avons pas vu les hôpitaux plein des malades du covid.

      Soyons patriotes tout simplement .

      Joe

      • JIGOU MATORE

        umu “come from”!

        Cher Joe,
        Akariho karavugwa. Je ne suis pas “come from”, je vis au Burundi. Les contaminations au corona ces derniers jours sont inquiétantes, la maladie se répand de façon exponentielle, il y a des morts aussi. Mais les mesures prises ne sont pas à la hauteur de la menace! Même les mesures prises ne sont pas respectées. L’enfoncement comme disent les anglais- je ne trouve pas l’équivalent en Français- a des faiblesses notoires.
        Moi je connais les malades et les morts du covid-19, les autres aussi. Si on faisait la somme, peut-être ce serait des milliers. Il est vrai la majorité guérit sans problème. Je ne suis pas spécialiste mais de façon profane je me dis que “la jeunesse” de notre population y est pour quelque chose.
        Seulement- je ne sais pas pour quelles raisons- le Gouvernement ne veut pas qu’on communique la réalité là dessus pour alerter.
        Si le Président s’en est pris à des journalistes qui se trouvent à l’étranger, que ferait-il sur des journalistes se trouvant sur le territoire burundais qui communiqueraient sur des choses que le Président “Never” ne veut pas ? Ce message est implicitement adressé en particulier aux journalistes burundais. Ils doivent dire seulement des choses qui plaisent au pouvoir, même si ce sont des mensonges.
        C’est vraiment ignorer le rôle que peuvent jouer les journalistes dans la lutte contre cette pandémie. Mais on les en empêchent et c’est pathétique.

        • Joe

          Cher Maître,
          Je vous comprends totalement,
          Si vous permettez, je vous copie le msg de @ANTOINNE KABURAHE :

          Notre rôle( LES JOURNALISTES) est de toujours nous interroger, de douter, d’investiguer dans la mesure de nos moyens. Dans une démocratie, les citoyens doivent être bien informés et notre mission est fondamentale. Nous sommes au service des citoyens, sans être les ennemis des autorités.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 014 users online