Vendredi 19 août 2022

Société

Marché de Ngagara : des commerçants dénoncent la pénurie d’eau et d’électricité

23/02/2022 1
Marché de Ngagara : des commerçants dénoncent la pénurie d’eau et d’électricité
Le marché de Ngagara fait face à la pénurie de l’eau et d’électricité

Les commerçants exerçant au marché de Ngagara déplorent le manque d’eau potable et d’électricité dans ce marché. Le président des commerçants promet l’alimentation de ce marché en électricité dans les prochains jours.

11 heures ce 22 février au marché de Ngagara. Les robinets sont à sec. Quand les commerçants ont besoin de l’eau, ils doivent se rendre vers les latrines dans le coin du marché où sont installés les seuls robinets alimentés en eau.

Un bidon de 20 litres s’achète à 50 BIF. Les commerçants disent que cela ne facilite pas leur travail, surtout que certains ont besoin d’eau suffisante pour la propreté de leurs marchandises et plus d’hygiène.

« Cela fait plus d’un an qu’on n’a pas d’eau dans ce marché. Les robinets sont là, mais on a coupé l’eau. Nous continuons de payer les taxes à la mairie, mais cette dernière ne veut pas améliorer les conditions de travail », lâche une vendeuse de légumes dans le même marché, pointant du doigt des robinets qui ne fonctionnent plus.

Elle explique qu’en tant que vendeuse de légumes, elle a besoin plus d’eau pour que ses marchandises restent propres. Et de demander à la mairie de réalimenter le marché en eau pour faciliter son travail.

Même son de cloche avec les bouchers. Ils témoignent qu’ils enregistrent de pertes énormes suite au manque d’eau et d’électricité, en plus de celui de la clientèle.

« Nous avons installé des compteurs, mais on ne les a pas encore alimentés en électricité », regrette un boucher. Il confie que la chambre froide qui s’y trouve n’est pas fonctionnelle, il n’y a pas de courant.

Ainsi, pour conserver les viandes, les bouchers doivent emprunter des frigos dans les ménages avoisinant du marché. Ils déplorent aussi le manque d’eau potable, ce qui fait que l’hygiène laisse à désirer.

Selon des propriétaires de magasins, certains commerçants peinent à s’installer dans ce marché suite à la pénurie d’eau et d’électricité : « On ne peut pas travailler dans ces conditions. Vous verrez que le marché est presque vide. Les commerçants qui devraient remplir ce marché préfèrent s’installer dans d’autres marchés plus modernes que celui-ci ».

Selon le vice-commissaire du marché, Isaac Minani, il n’y a pas de pénurie d’eau dans le marché de Ngagara : « On a décidé que les robinets alimentés en eau soient installés seulement du côté des latrines. C’était après avoir constaté qu’il y avait du gaspillage de l’eau lorsque tous les robinets étaient alimentés ».

En ce qui est de l’électricité, Isaac Minani accuse les commerçants de ne pas vouloir payer pour les installations électriques dans leurs stands respectifs.

Il indique que les techniciens de la mairie sont disponibles pour alimenter ceux qui en ont besoin et ayant leurs compteurs. « L’alimentation de tout le marché en électricité se fera dans les plus brefs délais », promet-il.

eau

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Makurumeza

    Merci M.Egide Harerimana. Cependant après lecture de votre article, on ne sait pas qui a raison ou tord entre les commerçants et le vice commissaire du marché. Y-a-t-il eu gaspillage d’eau ou pas après vérification ? Celui qui paie pour l’installation de l’électricité, c’est fait ou pas ?
    Merci

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Entre espoir et résilience

En attendant la manne pétrolière promise aux Burundais par le Sieur Methussela Nikobamye, alias Pasteur Habimana, un ancien rebelle reconverti en importateur de produits pétroliers avec sa compagnie « Gasen Petroleum Group Africa Limited Burundi SA », – comme lui, prononcez « ça » (…)

Online Users

Total 1 697 users online