Vendredi 19 avril 2024

Politique

Les nouveaux membres de la CENI investis

18/01/2024 2
Les nouveaux membres de la CENI investis
« Notre équipe fera de son mieux en respectant les règles de l’art afin que les élections à venir se déroulent correctement »

Prestation de serment devant le président de la République, le Parlement burundais ainsi que les cérémonies de remise et reprise sont les activités qui ont marqué la date du 17 janvier 2024 pour les nouveaux membres de la Commission électorale nationale indépendante.

Au Palais des congrès de Kigobe, les nouveaux membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) passent un à un pour prêter serment, la main droite levée et l’autre tenant les drapeaux, national et de l’unité nationale en disant : « Devant le président de la République, devant le Parlement investi du mandat du peuple burundais seul détenteur de la souveraineté nationale, je jure fidélité à la Charte de l’unité nationale, à la Constitution, ainsi qu’à la loi et m’engage à organiser les élections en toute indépendance, avec probité, impartialité et avec un sens aigu de patriotisme ».

Après la prestation de serment est venu le moment de signature devant le Parlement ainsi que les honneurs devant le président de la République et toute l’assemblée présente avant de sortir pour la grande photo de famille.

Dans la salle de la Ceni, c’est le moment d’acquérir les nouvelles fonctions en bonne et due forme. Mais avant, Pierre Claver Kazihise, le président sortant, prononce un petit discours de remerciement, d’abord à Dieu tout-puissant, puis au pays qui lui a fait confiance avant de se réjouir parce que : « La tâche que m’a confiée le pays est une tâche agréable mais aussi délicate. Je suis fier de ce qu’on a pu accomplir. La preuve en est que les dirigeants élus sont toujours en fonction ».

Les membres sortants et nouveaux de la Ceni signent les documents de remise et reprise. En prenant la parole, Prosper Ntahorwamiye, nouveau président de cette Commission, ne tourne pas autour du pot dans son adresse aux médias et résume tout par un adage en kirundi « Imana ntitora ababishoboye, ishoboza abatowe » qui pourrait se traduire par « Dieu ne choisit pas ceux qui sont capables mais il fait réussir les élus ».

Le nouveau président de la Ceni précise en toute confiance que rien n’est nouveau sous les cieux, mais que lui et son équipe feront tout pour arriver au bout de la mission. Il estime qu’organiser les élections est comme une femme qui est sur le point d’accoucher. « Notre équipe fera de son mieux en respectant les règles de l’art afin que les élections à venir se déroulent correctement », conclut-il.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Anonyme

    « On n’organise pas les élections pour les perdre ». -Omar Bongo

    Quand on les perd, on accepte difficilement le verdict, surtout en Afrique et même ailleurs comme aux USA. Et ça devient très difficile quand les dirigeants sortants ont (1) maltraité les opposants ou les potentiels successeurs, (2) s’ils ont des crimes politiques et ou économiques sur leurs mains, (3) s’ils pensent que leurs lendemains sont incertains quant à leur avenir, (4) s’ils ont un égo exagéré.

    • T

      Il semble que c’est l’ancien président français Jacques Chirac qui a dit un jour que la démocratie en Afrique était du luxe. Je me demande si les faits ne lui donnent pas raison de temps en temps.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 480 users online