EN

Politique

Les Nations unies font les yeux doux à Gitega

20/11/2020 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Les Nations unies font les yeux doux à Gitega
Les Nations unies font les yeux doux à Gitega
Thierry Vircoulon : « Echec et mat pour l'opposition burundaise.»

Un nouveau chapitre semble s’ouvrir entre les Nations unies et Gitega. Dans son rapport adressé au Conseil de sécurité, le Secrétaire général des NU, António Guterres, utilise un langage plus que conciliant. Ce qui ne plaît pas à l’opposition et à certaines organisations de la société civile. Relâchement ou stratégie de ramener Gitega à la table des négociations ? Les avis sont partagés.

« Echec et mat pour l’opposition burundaise », analyse le chercheur Thierry Vircoulon, après la sortie du rapport du secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Pour lui, l’opposition part perdante dans l’histoire. «Les Nations unies profitent d’une petite porte comme un changement à la tête du régime pour s’engouffrer dedans, car ils n’avaient pas beaucoup de marge de manœuvre », renchérit un autre observateur de la politique burundaise. Selon lui, l’ONU est désarmée face à la division du Conseil de sécurité. « A voir les différentes résolutions qui n’ont pas abouti à cause des vetos des Russes et des Chinois, ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas trouver un compromis. Ils s’adaptent à la situation. Il suffit de comparer les conclusions du rapport du Secrétaire général et celui de la commission Diène, une branche des Nations unies, il y a une grande différence. Les uns parlent d’évolution et d’autres du contraire. »

Pour cet activiste, la touche de Bintou Keita dans ce rapport est visible, car elle a été en poste à Bujumbura. « C’est l’enfant chérie du CNDD-FDD. Toutefois, l’ONU a échoué à contribuer positivement. Même la petite résolution d’envoyer les 228 policiers n’a pas abouti à cause du refus de Gitega. Elle avait déjà épuisé ses cartouches d’une part et l’apport de Bintou Keita compte aussi».

Que propose António Guterres ?

« Le Burundi est mû par une volonté forte et réelle d’opérer un changement positif. La communauté internationale a la possibilité d’aider le Gouvernement et le peuple burundais à tirer parti de cette dynamique, en les assistant activement dans la transformation souhaitée par le pays, tout en facilitant la réconciliation, la mise en place d’un système politique inclusif et la promotion des droits humains et des libertés fondamentales pour tous les Burundais et Burundaises. »

D’après lui, la disposition du président Evariste Ndayishimiye et du gouvernement burundais à collaborer avec les acteurs régionaux et internationaux est louable et contribuera grandement à la réalisation d’une réconciliation complète et de la transformation recherchée. « À cette fin, je réitère la détermination de l’Organisation des Nations unies à soutenir le gouvernement et le peuple burundais dans leur cheminement vers un avenir pacifique et prospère. » Selon M. Guterres, le processus électoral de 2020 a été considéré comme globalement pacifique « nonobstant quelques incidents de violence ouverte entre le parti au pouvoir et l’opposition ainsi que des allégations d’irrégularités. » Toutefois, poursuit-il, la situation demeure fragile. « Certaines parties prenantes ont fait part de leur préoccupation face au contrôle écrasant exercé par le parti au pouvoir, dans les institutions de l’État et à tous les niveaux de l’administration. Une autre préoccupation a été exprimée au sujet de la nomination de militaires et de policiers à des postes ministériels et des postes de gouverneur clés, qui est perçue comme une militarisation de l’administration. »

Malgré tout cela, l’Organisation des Nations Unies est prête à saisir cette occasion pour collaborer avec le gouvernement, ainsi qu’avec les Etats membres de la Communauté d’Afrique de l’Est, la Commission de l’Union africaine et d’autres partenaires internationaux, afin d’étudier les meilleurs moyens de continuer à promouvoir un processus de réconciliation nationale authentique et inclusif « en tenant compte de la préférence du président pour un processus de dialogue dirigé et contrôlé par le Burundi. » Dans la foulée, il recommande la prolongation du Bureau de l’Envoyé spécial pour le Burundi jusqu’au 31 décembre 2021. « Une telle présence reconfigurée des Nations Unies pourrait également encourager et soutenir, le cas échéant, un véritable dialogue sur les questions clés entre les autorités et les représentantes et représentants des groupes d’opposition, l’opposition interne et les membres de la diaspora, y compris celles et ceux qui sont en exil, ainsi que les dirigeantes et dirigeants de la société civile, en mettant l’accent sur la recherche d’un consensus pour la pérennisation de la paix, par la promotion de la réconciliation, de la cohésion nationale et de la construction et de la consolidation de la paix. » S’agissant de l’impasse dans laquelle se trouve le dialogue inter-burundais, propose le Secrétaire général des NU, une option pourrait consister à passer d’un dialogue inter-burundais dirigé par la Communauté de l’Afrique de l’Est à un dialogue dirigé et contrôlé par le Burundi, avec l’appui de l’Organisation des Nations Unies, de l’Union africaine et de la Communauté de l’Afrique de l’Est.

« Quant au rôle des Imbonerakure dans la sûreté et la sécurité publiques reste un point de controverse parmi les Burundais et Burundaises. Avec l’accord du Gouvernement, l’Organisation des Nations Unies pourrait aider les autorités à faire face à ces préoccupations, en apportant un soutien aux activités qui facilitent l’insertion socioéconomique des membres des Imbonerakure. Si besoin, des programmes spéciaux de collecte d’armes pourraient être conçus pour assurer une paix et une sécurité durables dans le pays et la région. »

Une dualité déconcertante

Clément Boursin : « On voit que le gouvernement a un besoin urgent d’argent et de reconnaissance. »

Nombre d’observateurs se posent des questions sur le fonctionnement du système des Nations unies. « J’ai le sentiment que les NU ont de nouveau la volonté d’avoir de bonnes relations avec les nouvelles autorités burundaises à voir les termes utilisés dans le rapport. On sent une volonté d’être conciliant. On a un rapport politique alors que la commission d’enquête sur le Burundi indique que la situation n’a pas évolué», souligne Clément Boursin, Responsable des programmes et plaidoyers Afrique au sein de l’ACAT France.

Selon lui, on remarque une certaine cacophonie au sein de la communauté internationale. « Il y a une dualité. La communauté internationale est divisée. »

Il prend acte que les Nations unies disent que les nouvelles autorités sont en train de mettre en place un système politique inclusif basé sur la promotion des droits de de l’Homme, nous prenons acte. « Nous allons juger sur les actes. On aimerait par exemple voir dans l’immédiat les journalistes et les défenseurs des droits de l’Homme injustement et arbitrairement emprisonnés libérés. Les enquêtes des disparitions forcées comme celle de Jean Bigirimana et Marie Claudette Kwizera soient menées et les responsables traduits en justice. Les organisations des droits de l’Homme nationales et internationales admises à travailler au Burundi. On attend les gestes des autorités. Pour le moment, ces gestes ne sont pas visibles».

Pour lui, le gouvernement a besoin d’ouverture et le retour des aides. Il a mis en place un plan national de développement, souligne-t-il, c’est pourquoi il demande à ce que la situation burundaise ne soit plus débattue au conseil de sécurité. Il souhaite que la suspension de l’aide budgétaire soit levée. Il souhaite que les grandes entreprises et autres bailleurs reviennent. Mais, d’après lui, il faut qu’en contrepartie il y ait une amélioration des droits de l’Homme. « On voit que le gouvernement a un besoin urgent d’argent et de reconnaissance. Si la communauté internationale joue bien le jeu, elle peut permettre aux Burundais de se réconcilier. Il faut rester vigilant. »

Toutefois, poursuit-il, il y a une proposition qui a semblé incohérente. « Un dialogue dirigé par les autorités burundaises. Elles font partie de la crise. Je suis étonné. »

Pour le juriste et défenseur des droits de l’Homme, Gustave Nzeyimana, il faut distinguer le siège politique de l’ONU, donc, le Secrétariat général et le Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme. « A New York, c’est souvent des décisions et rapports à caractère politique qui se manifestent beaucoup plus et ces décisions ou rapports n’interfèrent pas aux décisions prises à Genève en matière des droits de l’Homme. Le 6 octobre 2020, le Conseil des Droits de l’Homme a pris la résolution du renouvellement de la Commission d’enquête onusienne sur le Burundi étant donné qu’il s’était rassuré de la dégradation du respect des droits de l’homme au Burundi. » Pour lui, ce rapport ne pourra pas remettre en cause la matérialité des faits de non-respect des droits de l’homme déjà établi par le Conseil des droits de l’Homme. Il pense que ce rapport est inhérent à une approche douce du Secrétaire général des NU à l’égard du Burundi afin de pouvoir susciter des pourparlers ou dialogue entre le gouvernement et les opposants politiques. « Eu égard du comportement du Burundi de 2015 à 2020, l’approche de l’ONU risque d’accoucher d’une souris. » C’est aussi l’avis de Thierry Vircoulon : «L’ONU caresse tout le monde dans le sens du poil. Est-ce que ça change quelque chose ? »

Toutefois, une épine dans le pied de Gitega

Un bémol, pas de demande de retrait du Burundi sur l’agenda du Conseil de sécurité. Un retrait qui tient à cœur Gitega. « C’est difficile de retirer le Burundi de l’agenda du Conseil de sécurité alors qu’une branche des Nations unies continue de dire que les crimes continuent. C’est le seul obstacle qui reste», indique un observateur de la politique burundaise Selon lui, c’est une épine dans le pied du gouvernement burundais. « Le pays est fiché comme un pays non fiable. Même les investisseurs sont réticents à placer leur argent. Ils doivent être sûrs que le pays est politiquement stable. De plus, le risque de sanctions est réel, car c’est un cas qu’on suit périodiquement de peur qu’il bascule dans les violences extrêmes. » D’après lui, le fait que Gitega demande et redemande de ne plus figurer sur l’agenda, c’est qu’il est conscient de cette épée de Damoclès.

Le gouvernement burundais n’a pas voulu réagir sur le rapport. « Pas de commentaire », a répondu Prosper Ntahorwamiye, Secrétaire général et porte-parole du gouvernement.


>>Réactions

Kefa Nibizi : « Nous avons maintenant des institutions qui donnent un nouvel espoir.»

« Les Nations unies ont fait un constat de la situation après avoir écouté les différentes parties prenantes. L’ONU ne fait qu’accompagner les efforts des Burundais. », indique le président du parti Sahwanya Frodebu Nyakuri, Kefa Nibizi, Il estime que « nous avons maintenant des institutions qui donnent un nouvel espoir et donnent de bonnes promesses. Je pense qu’il faut leur donner le crédit et les accompagner dans leurs efforts de développement du pays. Je n’ai jamais cru que ce soit l’ONU ou d’autres organisations mondiales ou régionales vont changer les choses dans notre pays. C’est plutôt nos efforts positifs qui vont contribuer au changement. »

Hamza Venant Burikukiye : « Pourquoi continuer à maintenir le Burundi sur l’agenda du Conseil de sécurité des NU?»

 

Hamza Venant Burikukiye, représentant légal de l’Association Capes+ abonde dans le même sens. Pour lui, il faut emboiter le pas à la Francophonie « qui a reconnu les efforts consentis et lever les sanctions ». Et de s’interroger : « Pourquoi continuer à maintenir le Burundi, pays stable et prospère, sur l’agenda du Conseil de sécurité des NU ? Pire encore, renouveler le mandat des soi-disant experts onusiens des droits de l’Homme au Burundi alors que tous les mécanismes nationaux de promotion et du renforcement des Droits Humains sont opérationnels au Burundi et leurs bonnes réalisations sont reconnues par les NU. »

Simon Bizimungu : « Comment une des parties prenantes au conflit peut-elle diriger un dialogue ? »

Un bémol. « Il y a un problème entre New York et Genève. On se demande s’il y a des intérêts que les uns et les autres défendent », réagit Simon Bizimungu, secrétaire général du CNL. Le rapport indique que tout le monde a accepté les résultats des élections, poursuit-il, mais au CNL, nous n’avons pas accepté les résultats. « Nous avons même porté plainte. On ne sait pas si les Nations unies ont demandé au parti CNL ce qu’il en pense».
Le Secrétaire général du CNL se demande quelle mouche a piqué Antonio Guterres pour demander que le dialogue soit dirigé par le gouvernement burundais. « Comment une des parties prenantes au conflit peut-elle diriger un dialogue ? C’est quel genre de dialogue ? Il doit y avoir un médiateur pour recueillir les avis des uns et des autres».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Revivre l’« amitié entre les peuples »

La Rédaction Commentaires fermés sur Revivre l’« amitié entre les peuples »

En moins d’une année, trois étudiants burundais sont morts dans des circonstances non encore élucidées en Russie. Le décès des deux derniers, Jolivet Makoroka et Egide Nkengurutse, sera annoncé en moins d’un mois, soit le 25 octobre 2020 et le (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 359 users online