Samedi 03 décembre 2022

Société

Les femmes exerçant du commerce transfrontalier face à mille et un défi

08/04/2021 Commentaires fermés sur Les femmes exerçant du commerce transfrontalier face à mille et un défi
Les femmes exerçant du commerce transfrontalier face à mille et un défi
les femmes exerçant le commerce transfrontalier en plein en atelier

Saisie des marchandises et tracasseries et violences, tels sont les défis majeurs auxquels font face les femmes exerçant le commerce transfrontalier entre le Burundi et la RDC. Ces commerçantes transfrontalières demandent à l’Office burundaise des recettes de leur faciliter la tâche pour l’entrée de leurs marchandises.

« Comme grand problème rencontré, c’est quand on arrive à la frontière et que nos marchandises sont saisies ou quand l’autorisation de les faire entrer dans le pays nous est refusée », témoigne, une des commerçantes transfrontalières, lors d’un atelier organisé ce mercredi 7 avril par le collectif des commerçants dénommé Cobac.
Elle ira même loin en affirmant que les commerçants transfrontaliers sont souvent obligés de payer plus de taxes que celles qui sont officiellement connues.

En plus des marchandises saisies, J.N, une autre femme exerçant du commerce transfrontalier déplore les violences auxquelles ces commerçantes sont souvent victimes. « Plusieurs de mes collègues ont été frappées ou blessées par des policiers en essayant de récupérer leurs marchandises ».

Ces commerçantes demandent à l’Obr(Office burundaise des recettes) de leur faciliter la tâche pour l’entrée de leurs marchandises achetés dans les pays limitrophes.

L’OBR reconnaît les défis soulevés par ces femmes exerçant le commerce transfrontalier. Mais, selon cet organe, ces saisies ne sont pas faites sur les frontières officielles.
«Nous ne connaissons pas les frontières dont parlent ces femmes. Les seuls postes de douane officiels qui sont à l’Ouest du pays sont le poste de douane de Gatumba et celui de Vugizo dans la commune Mutimbuzi», fait savoir Stany Ngendakumana, directeur de la communication au sein de l’OBR.

Il indique par la suite que la sensibilisation sur le respect des postes de douanes officiels, est l’un des objectifs principaux de cet atelier. Et de marteler qu’il est difficile aux agents de l’OBR de voler au secours des commerçantes dont les marchandises ont été saisies ou victimes des violences lorsqu’elles passent par d’autres frontières outre que les frontières officielles.

Signalons que cet atelier de sensibilisation organisé conjointement par le Cobac et l’OBR a vu la présence de 50 femmes exerçant dans le commerce transfrontalier.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Vaciller mais avancer

Pour un journaliste, savoir que son travail est accessible à ses auditeurs, ses lecteurs ou téléspectateurs est très important. Pendant plus de cinq ans, on nous lisait comme par effraction. Pour rappel, depuis le 10 octobre 2017, les lecteurs d’Iwacu (…)

Online Users

Total 1 948 users online