Vendredi 15 octobre 2021

Société

Les déplacés du site Sobel, incapables d’envoyer leurs enfants à l’école

08/09/2021 Commentaires fermés sur Les déplacés du site Sobel, incapables d’envoyer leurs enfants à l’école
Les déplacés du site Sobel, incapables d’envoyer leurs enfants à l’école
L’entrée du site Sobel de Maramvya

1.317 élèves et écoliers du site Sobel de Maramvya vont rejoindre l’école ce dimanche 12 septembre. Mais il leur manque le matériel scolaire et les uniformes. Les parents de ces enfants se disent pauvres et appellent les bienfaiteurs au secours.

A l’entrée du site Sobel de Maramvya en commune Mutimbuzi, des enfants sont en train de jouer. Dans ce site, Issa, le responsable adjoint de ce site échange avec ses collègues.

Interrogé, il témoigne : « Nous avons 1317 élèves et écoliers qui vont rejoindre l’école ce lundi 13 septembre. 636 sont des garçons tandis que 381 sont des filles. Malheureusement, aucun de leurs parents n’a pas les moyens pour les envoyer à l’école », révèle-t-il.

Des hommes et des femmes sont assis devant leurs tentes. Ils forment des groupuscules où ils parlent de tout et de rien. Interrogés, ces derniers affirment ne pas être en mesure d’acheter les cahiers, stylos, lattes et crayons pour leurs enfants. « Nous n’avons pas l’argent pour acheter le matériel scolaire et les habits à nos enfants », indiquent-ils.
F.N., mère de six enfants, ne mâche pas les mots. « Nous n’exerçons aucun métier ici. Dans ce cas, cela devient difficile de payer le minerval pour nos enfants », confie-t-elle.

Mélanie, une autre maman, se dit inquiète de voir ses enfants adopter de mauvais comportements. « Lorsque l’enfant n’est pas à l’école, il peut se livrer soit au tabagisme, au banditisme, etc. »

Ces parents appellent le gouvernement ou tout autre bienfaiteur à leur venir en aide. « Qu’ils nous donnent des cahiers, des stylos, des lattes, des crayons pour nos enfants. Qu’ils nous donnent des uniformes et des sacs à dos car nos enfants n’en ont plus. Que toute âme charitable ait pitié de nous », concluent-ils.

C’est le même son de cloche chez Issa Minani, responsable adjoint de ce site. Il affirme que la plupart des enfants de ce site n’ont pas d’uniformes.

Rappelons que ces déplacés sont arrivés à ce site suite à la montée des eaux du lac Tanganyika et aux crues de la rivière Rusizi qui ont endommagé leurs maisons et leurs champs depuis mai 2020.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 1 108 users online