Samedi 18 mai 2024

Société

Les cinq défenseurs des droits humains libérés

28/04/2023 3
Les cinq défenseurs des droits humains libérés
Les cinq défenseurs des droits humains libérés ce 28 avril

Comme le confirme leur avocat Me Pascal Runyange, les cinq défenseurs des droits humains arrêtés le 14 février dernier viennent d’être libérés dans l’après-midi de ce 28 avril. Ils avaient comparu, le 27 février, devant le Tribunal de Grande Instance de Ntahangwa en itinérance à la prison centrale de Mpimba.

Il s’agit de Me Sonia Ndikumasabo, présidente de l’Association des Femmes Juristes du Burundi (AFJB), ancienne commissaire à la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (Cnidh), de Marie Emerusabe, coordinatrice générale de cette association, d’Audace Havyarimana, représentant légal de l’Association pour la Paix et la Promotion des Droits de l’Homme (APDH), de Sylvana Inamahoro, directrice exécutive de cette association et de Prosper Runyange, coordonnateur du projet foncier au sein de l’APDH.

Les quatre premiers avaient été arrêtés à l’aéroport Melchior Ndadaye de Bujumbura, dans la matinée de mardi 14 février, par des agents du Service National de Renseignement alors qu’ils s’apprêtaient à s’envoler pour Kampala afin de prendre part à une rencontre avec des partenaires. Prosper Kinyange avait été arrêté à Ngozi, sur mandat du procureur et conduit au SNR à Bujumbura.

Ils avaient été transférés à la prison centrale de Mpimba dans la soirée de jeudi 16 février, après avoir été auditionnés par le substitut du procureur du Parquet de Ntahangwa au Tribunal de Grande Instance de Ntahangwa.

Ces membres de la société civile burundaise étaient accusés d’« atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat », de « rébellion » et d’« atteinte au bon fonctionnement de l’économie nationale ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kanda

    Bonne nouvelle. Enfin libres. Au Burundi, leur cas c’est du vite fait !
    Après la pluie, le beau temps.

  2. TD

    Au moins ça. Une bonne nouvelle dans la marée de lugubres annonces.

  3. hakizimana

    c’est une bonne nouvelle et merci a la justice burundaise qui a fait sa noble mission . Concernant les infractions qui pesaient sur eux , je constate qu’elles sont presque semblables à celles qui pèsent sur le récent ancien premier ministre du Burundi. surement que lui aussi fera un emprisonnement de courte durée si jamais il advenait pour lui de visiter cette prison de musaga.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La vie chère de plus en plus chère

Les incompréhensions sont profondes. La hausse constante des prix dans le panier de la ménagère devient un sujet de préoccupation majeure pour de nombreuses familles. Les consommateurs voient et décrient l’augmentation exponentielle des prix. La plainte retentit de toutes parts. (…)

Online Users

Total 2 017 users online