Mercredi 30 novembre 2022

Rédaction

Léandre Sikuyavuga

01/05/2012 Commentaires fermés sur Léandre Sikuyavuga

leandre sikuyavugaBiographie
«
Tu as fait le chemin inverse », aiment me taquiner les amis : « Commencer par la politique pour terminer en journalisme ? »
C’est un choix, bon en plus : être journaliste, pour moi, c’est contribuer à faire avancer la liberté d’expression, la justice, la démocratie. Je sens que j’ai une grande responsabilité. C’est pourquoi  je m’efforce de comprendre chaque fois. Aller au-delà des apparences pour être un vrai watch dog de la société :  » Depuis que je suis journaliste, je me sens affranchi car je suis à l’écoute de tout le monde : je ne suis pas limité aux seuls membres de mon organisation sociopolitique, de mon ethnie, de ma région ou de ma religion. Comme rédacteur en chef au groupe de presse Iwacu, j’ai appris à travailler sous la pression d’échéances rapprochées, le deadline. Ce qui me pousse à développer la rigueur, la précision, l’équilibre de l’info, l’esprit de synthèse. Des vertus essentielles dans ce métier. »

Ma phrase préférée : « Le meilleur est encore à venir. »

Articles sur IWACU

E-mail : [email protected]

Retour à la présentation de la direction

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 920 users online