Dimanche 20 juin 2021

Économie

Le prix de la farine de manioc en hausse

07/06/2021 2
Le prix de la farine de manioc en hausse
Un stand de sacs de farine de manioc dans une boutique de Kinama

Depuis deux mois dans les marchés et boutiques de la capitale économique Bujumbura, le prix de la farine de manioc est en hausse. Selon les commerçants interrogés, cette denrée de première nécessité pour la plupart des familles burundaise manque cruellement.

Les prix varient, tantôt c’est 1.700 francs burundais, le kilo, tantôt 1.800 francs burundais. Comme l’expliquent les commerçants « le manioc est devenu un produit rare ».

Cette situation perdure depuis bientôt deux mois et les prix montent d’une manière exponentielle : « Avant on achetait le kilo à 1.400 et on le vendait à 1.500 francs burundais, mais aujourd’hui on l’achète à 1700 mais cela dépend de là où on s’approvisionne en manioc. Le prix de Kayanza n’est pas le même que celui de Rumonge ou de Buganda à Cibitoke », explique un grossiste.

Cette pénurie de la farine de manioc se remarque aussi chez certains meuniers dans les quartiers de Bujumbura. A Bwiza, à la 6 émè avenue, il y a un moulin, l’endroit est très connu par tous les habitants de ce quartier. Une femme est en train de sécher les morceaux de manioc, pour les faire moudre après. Selon lui, la quantité de ses approvisionnements en manioc n’est plus la même «Avant j’amenais ici dans ce moulin beaucoup de tonnes de manioc mais depuis deux mois j’ai diminué la quantité parce qu’il n’y en a presque plus et c’est très cher».

Ce meunier affirme ce que cette dame avance. Aujourd’hui, son moulin reçoit beaucoup plus de céréale dont du maïs que les morceaux de manioc : « Avant il y avait beaucoup de sacs de manioc prêts pour être moulus. Mais aujourd’hui je n’ai que ces deux sacs. Aujourd’hui je mouds essentiellement du maïs », se désole-t-il.

Même son de cloche à Kinama, dans un quartier swahiliphone, une société étiquetée « Amoureux de la pâte de manioc », là aussi la farine de manioc est difficile à trouver dans certaines boutiques.

Quand on en trouve, expliquent la plupart des habitants de ce quartiers, le prix est exorbitant. Un commerçant détaillant de la farine de manioc dite ’’inyange’’ et d’un autre type de farine appelée ’’ikivunde’’ » se plaint : « Moi je ne vends que de la farine de manioc seulement, avant ma boutique était remplie de sacs de farine mais regarde, il y a que deux sacs. Ici dans ce quartier la patte de manioc est un aliment de base », laisse-t-il savoir.

Les grossistes et les détaillants ne comprennent pas la raison de cette pénurie : « Les prix ont monté à cause du manque de cette farine mais personne ne connaît les raisons de sa pénurie ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Vumiliya

    Buyenzi, Bwiza, Kamenge, Mutakura-cibitoke kinama Buterere dutunzwe n’ubugali n’agasosi k’indagala canke uduharage n’irengarenga none ubu ibintu bigiye kudukomerana !!!

    • Idi Ndagijimana

      Mwana wa mama ibi bintu tuzobikizwa n’iki?Ahantu na n’ubugali twari dusigaranye bugiye kuba ingorane ikomeye.Mungu atubariki.Turarushe n’amagogwa aguma yiyongera kira siku.May Allah protect us all.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 088 users online