Jeudi 01 décembre 2022

Politique

Le président tanzanien, John Pombe Magufuli n’est plus

19/03/2021 Commentaires fermés sur Le président tanzanien, John Pombe Magufuli n’est plus
Le président tanzanien, John Pombe Magufuli n’est plus

Le président John Pombe Magufuli est décédé le soir du mercredi 17 mars à l’âge de 61 ans à l’hôpital Emilio Mzena de Dar es Salam. C’est l’annonce de sa Vice-présidente, Samia Suluhu Hassan, indiquant qu’il est mort de complications cardiaques. Retour sur sa biographie.

Réalisé par Félix Haburiyakira, Mariette Rigumye, Alphonse Yikeze, Jérémie Misago et Pacifique Gahama

Né à Chato, dans le nord-ouest de la Tanzanie, le 27 octobre 1959, John Pombe Magufuli est titulaire d’un doctorat en Chimie obtenu en 1988 à l’Université de Dar es Salam. Il travaille pendant un an comme professeur de chimie et de mathématiques avant de reprendre des études supérieures. Il a travaillé pendant quelques années comme chimiste industriel avant de démissionner en 1995 pour se présenter aux élections législatives dans sa propre circonscription de Chato.

Fervent catholique, pragmatique et membre du parti Chama Chama Mapinduzi (CCM), il a connu un parcours politique fulgurant. Il a occupé plusieurs portefeuilles, dont celui de l’Elevage et la Pêche, les Terres, le Logement et les Travaux publics entre 2000 et 2015. Il tire de ce parcours politique son surnom de « Tingatinga », c’est-à-dire « le bulldozer », pour son engagement dans la construction de plusieurs routes. Il est aussi loué par ses partisans pour ses projets d’infrastructures ou encore pour la renégociation de contrats miniers.

C’est le 29 octobre qu’il est élu président de la République pour un premier mandat de 5 ans. Il a été élu pour un second mandat en octobre 2020.

Le président John Pombe Magufuli est élu sur un programme de reconquête de la souveraine économique face aux institutions financières internationales. Il est surtout connu pour sa campagne de réduction des dépenses publiques.

Dès le lendemain de son investiture, il entame un vaste plan de réduction des dépenses publiques en réduisant notamment de 100 mille à 7000 mille USD les frais en rapport avec les cérémonies d’inauguration du nouveau Parlement. Il revoit aussi à la baisse le budget des événements et des déplacements officiels en limitant le nombre de membres composant les délégations ou encore la suppression des indemnités des séances des députés et l’annulation de la fête de l’Indépendance nationale.

Il donne lui-même un bon exemple en réduisant son salaire de 15000 mille à 4000 mille USD par mois devenant ainsi l’un des chefs d’Etat africains touchant un salaire le moins élevé. Son mandat s’est caractérisé par une lutte énergétique contre la corruption et les malversations économiques. Il mène aussi une lutte farouche contre l’absentéisme au travail et « les travailleurs fictifs » dans la fonction publique.

Dès la fin du mois de février, il n’était plus vu en public, ce qui a suscité des rumeurs sur son état de santé.
Selon la Constitution tanzanienne, c’est la Vice-présente, Samia Suluhu Hassan, qui va lui succéder.


>>Réactions

« Un grand leader, un vrai panafricaniste »

« Je suis terriblement attristé d’apprendre le décès de mon ami et frère, John Pombe Magufuli, président de la République-Unie de Tanzanie. Mes pensées et mes prières vont au gouvernement et au peuple de Tanzanie et à sa famille pour la perte d’un grand leader, un vrai panafricaniste », lit-on dans le message de condoléances du président Evariste Ndayishimiye.

Selon le twitter de Ntare House, le gouvernement du Burundi vient de décréter un deuil national de 7 jours, à partir du 18 jusqu’au 25 mars 2021. Les drapeaux seront en berne sur tout le territoire national et dans toutes les ambassades du Burundi accréditées à l’étranger, à partir du vendredi 19 mars jusqu’au jour de son inhumation.

« Repose en paix »

« On se souviendra toujours d’un grand panafricain et d’un leader fort et dévoué », peut-on lire dans le message de condoléances du parti Cndd-Fdd adressé au peuple tanzanien via son compte Twitter, après la mort du président John Pombe Magufuli ainsi qu’à son ancien parti Chama Chama Mapinduzi (CCM).

Pour le parti de l’aigle, feu Magufuli a servi pour sa région ainsi que le continent africain. « Repose en paix excellence John Pombe Magufuli », termine-t-il son message.

« Il s’est entièrement consacré à son pays »

Pour le leader du Ranac, Aloys Baricako, John Pombe Magufuli a été un président pour qui l’extérieur ne comptait pas. « Il s’est entièrement consacré à son pays ».

A son actif, M. Baricako retient la construction de belles routes surtout dans les campagnes. Et d’ajouter que le président tanzanien défunt a également réussi à désengorger les portes d’entrée des grandes villes comme Dodoma et Dar es Salam. « Il y a avait souvent des embouteillages monstres à ces niveaux-là ».

« On perd un grand homme »

Simon Bizimungu, secrétaire général du CNL se dit profondément attristé par le décès de John Pombe Magufuli, président de la Tanzanie. Pour lui, on perd un grand homme, un président qui a travaillé avec abnégation pour le développement de son pays. « C’est une perte aussi pour la région. Certains dirigeant pourraient s’en inspirer ».

Il n’a pas manqué d’évoquer aussi les bonnes relations d’amitié qui existent entre le Burundi et la Tanzanie. Et de rappeler que cette dernière a toujours accueilli et hébergé des centaines de milliers de réfugiés burundais sur son sol. Il a néanmoins fustigé son attitude vis-à-vis de ses opposants politiques.

« Les intérêts de son pays, avant tout autre intérêt extérieur »

« Nous avons appris avec tristesse et une grande consternation le décès du président John Pombe Magufuli de la République unie de Tanzanie », regrette avec amertume Kefa Nibizi, président du parti Frodebu Nyakuri.

Selon lui, l’illustre disparu a servi de leçon et a soutenu le Burundi. Et d’ajouter que c’est un grand chef d’Etat qui a joué un rôle important dans la sous-région, notamment dans la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et l’Union Africaine. Par ailleurs, poursuit-il, il était un président africain qui met en avant les intérêts de son pays avant tout autre intérêt extérieur. « Nous saisissons cette occasion pour adresser nos sincères condoléances au peuple et au gouvernement tanzaniens, mais aussi à sa famille de sang, pour la perte d’un grand homme».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 061 users online