Mardi 27 juillet 2021

Politique

Le ministère de l’Intérieur dément l’insécurité rapportée dans les camps burundais en Tanzanie

21/06/2019 Commentaires fermés sur Le ministère de l’Intérieur dément l’insécurité rapportée dans les camps burundais en Tanzanie
Le ministère de l’Intérieur dément l’insécurité rapportée dans les camps burundais en Tanzanie
Tharcisse Niyongabo, assistant du ministre de l’Intérieur (gauche) et Gogo Hukportie, représentante du HCR (droite), lors d’une conférence conjointe.

«La sécurité est totale et de tous les pays limitrophes, la Tanzanie ne cause aucun problème. Nous travaillons main dans la main. C’est plutôt le Rwanda qui empêche les volontaires à rentrer», a fait Tharcisse Niyongabo, assistant et porte-parole du ministère de l’Intérieur.

C’était ce jeudi 20 juin lors de la célébration de la journée internationale des réfugiés organisée par le HCR Burundi à Bujumbura.

Cette déclaration intervient après que 397 réfugiés burundais des camps de réfugiés tanzaniens de la Nyarugusu, Nduta et Mtenderi, sont rentrés au bercail mardi 11 juin. «L’insécurité dans les camps nous a contraints à  retourner au pays. Des tirs nourris étaient régulièrement entendus dans les camps et certains réfugiés ont été blessés. Des corps sans vie étaient retrouvés dans des forêts dans les environs. Les auteurs  et les mobiles ne sont pas encore connus. Des femmes à la recherche du bois en dehors des camps étaient régulièrement violées », avaient-ils témoigné à leur arrivée à Rumonge.

L’assistant du ministre de l’Intérieur fait savoir 78000 réfugiés sont  déjà rentrés par leur volonté. Ils sont venus la  plupart, dit-il, de la Tanzanie, la RDC, l’Ouganda et le Kenya

Les représentants des réfugiés burundais dans les camps de Lusenda dénoncent aussi l’insécurité dans la zone où le camp est installé.harcisse

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Nyakamwe » n’est pas seul

Cinq ans après la disparition du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu, sa famille porte toujours le deuil avec douleur. On sent chez elle une sorte de résignation stoïque suite à la perte de son cher fils, qui était aussi un pilier (…)

Online Users

Total 1 606 users online