Dimanche 07 mars 2021

Société

Le ministère de la Solidarité fait son bilan, que de défis à relever

15/01/2021 jeremie Misago Commentaires fermés sur Le ministère de la Solidarité fait son bilan, que de défis à relever
Le ministère de la Solidarité fait son bilan, que de défis à relever
Imelde Sabushimike espère résoudre les contraintes rencontrées dans la planification du 2ème semestre

Le ministère de la Solidarité nationale, des Affaires sociales et du Genre a présenté le bilan de ses réalisations du 1er semestre 2020-2021 ce jeudi 14 janvier. Il parle de plusieurs défis à relever mais aussi de perspectives.

Faible niveau de couverture sociale suite aux aléas climatiques d’une grande ampleur, difficulté de répondre à la demande très élevée en assistance en vivres et non vivres suite aux catastrophes naturelles, problématique de réinstallation et relocalisation des déplacés victimes des inondations de de Gatumba, sont entre autre des défis rencontrés par ce ministère.

Imelde Sabushimike, ministre en charge de la Solidarité nationale a déploré également les problèmes liés à la prise en charge totale des enfants hébergés dans des centres surtout à leur alimentation, leurs soins et leur habillement.

« Nous menons des réflexions visant à accroître les sources de financement pour la mise en œuvre des programmes de protection sociale. Nous devons aussi poursuivre l’assistance médicale et sociale dans les limites du budget disponible», a-t-elle rassuré.

Au sujet de la problématique de la réinstallation des déplacés des inondations de Gatumba, Mme Sabushimike fait savoir que les moyens sont disponibles. « Nous attendons le rapport d’une commission mise en place. Il va nous renseigner sur les catégories à soutenir et comment le faire. Il y a ceux dont les maisons ont été détruites, pour d’autres leurs parcelles restent habitables, il y a également la question de ceux qui étaient des locataires, etc… »

Malgré les efforts consentis par le ministère pour la réintégration et réinsertion des enfants en situation de rue dans les familles d’origine, ils retournent dans la rue le lendemain.

La ministre Imelde Sabushimike espère résoudre le défi en s’attaquant au nœud du problème : « Malgré les efforts fournis, ces enfants une fois arrivés dans leurs familles, ne s’y attardent pas. Pour y remédier, nous avons pensé s’enquérir auprès de leurs familles d’origine afin de savoir les causes exactes de leur départ et monter des projets en conséquence», a-t-elle précisé.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

A qui profite l’adhésion de la RDC à l’EAC ?

« Un seul peuple, une seule destinée ». C’est la devise de la Communauté d’Afrique de l’Est plus connue sous son acronyme anglais d’EAC (East African Community). Lors du 21ème Sommet par vidéoconférence samedi 27 février, les Chefs d’Etat de (…)

Online Users

Total 1 069 users online