Samedi 20 juillet 2024

Archives

Le marché de Kamenge, un véritable dépotoir

On est accueilli par de mauvaises odeurs provenant d’un tas d’immondices tout près du marché. Des vendeuses de fruits et arachides sont assises à moins d’un mètre de là …

Les vendeuses de fruits à côté des immondices au marché de Kamenge ©Iwacu
Les vendeuses de fruits à côté des immondices au marché de Kamenge ©Iwacu

« Tous les déchets du marché sont jetés ici, nous en souffrons parce que nous ne respirons que de la mauvaise odeur. Cela fait presque un mois que ces immondices ne sont pas évacuées, » déplore J.M., une vendeuse d’oranges au marché de Kamenge.
Elle indique que quand il pleut, les asticots montent jusqu’à leur lieu de travail. « Je ne comprend pas pourquoi nos autorités n’enlèvent pas régulièrement ces immondices qui nous causent des maladies, alors que nous payons chaque jour une taxe de 100Fbu à la mairie,» se lamente-t-elle.

Edouard Ngenzahayo, un gardien de parking de taxis vélos du marché, abonde dans le même sens. Il précise qu’à cause de ces immondices, la majorité des travailleurs vont en dehors du marché pour prendre leur déjeuner. « Auparavant, nous n’avions pas besoin de nous déplacer pour chercher à manger », insiste-t-il.

Nestor Cishahayo, le Commissaire du Marché de Kamenge, explique que, chaque vendredi, les camions de la Setemu doivent évacuer les déchets collectés du marché. « Mais, cela fait plus ou moins trois semaines qu’ils ne passent pas, » signale-t-il. Et d’ajouter : « On est en train de construire un nouveau marché qui sera beaucoup plus propre. »
Du coté de la SETEMU, on explique que les véhicules ont été affectés aux travaux de réhabilitation des quartiers nord de la capitale, suite aux dégâts occasionnés par les pluies diluviennes du 9 février dernier.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Method

    Kuberik aticw numwanda ntamagara mab dufis bamwebamw?

  2. Bora

    Nibara tout simplement murabafasha yemwe abo banyesoko.

  3. Leopold NZORIJANA

    A mon humble avis, la ville de Bujumbura est peuplée de beaucoup de personnes mal éduquées en matière de salubrité, d’hygiène et de propreté! Les autorités administratives devraient prendre le taureau par les cornes et exiger un standard minimum pour prétendre habite Bujumbura la Capitale, je sais , ce n’est pas facile, il y a là un réservoir de potentiels électeurs en cas d’élection, mais il faut a tout prix éduquer la population.

  4. Naramubonye

    C’est très intéressant de savoir qu’  » On est entrain de construire un nouveau marché qui sera plus propre » . Mais , qu’est-ce qui pourrait justifier un tel optimisme par rapport au marché actuel?

    En effet l’indisponibilité des camions des Setemu affectés à une situation d’urgence et irrégularité de l’enlèvement des immondices du fait de cette situation pourraient survenir même avec un nouveau marché. 

    Le problème semble plutôt être celui de l’incapacité des Setemu de faire face à plusieurs situations urgentes en raison de moyens insuffisants .

    En effet le non enlevement des immondices pendant 3 semaines devient une situation urgente pour la population concernée.

    Les pistes de solutions pourraient être que les Setemu accroissent leurs moyens et capacités d’intervention ou alors qu’ils sous-traitent avec des privés pour enlever ces immondices lorsque, pour des raisons quelconques, ses propres moyens ne lui permettent pas d’agir.

  5. King James

    Ntaco basha nta murundi yicwa n´umwanda

    • Gloria

      Nous sommes tous des « Ntaco ». Qu’il y ait de mauvaises odeurs à Kamenge, c’est pas grave! C’est pas à Kiriri ni à Gasekebuye n’est-ce pas ? Alors, Kamenge, Buyenzi et j’en passe, ce ne sont que des dépotoirs si vous ne le saviez pas.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 820 users online