Mardi 18 janvier 2022

Économie

« Le manque de carburant, une équation à plusieurs inconnues »

04/09/2021 5
« Le manque de carburant, une équation à plusieurs inconnues »
Une station-service à sec

Bujumbura se heurte depuis la fin du mois de juillet à un grand un manque réccurent de carburant, ce qui cause d’énormes pertes pour les transporteurs avec ses corollaires sur l’économie. Selon un analyste interrogé, plusieurs problèmes dont le manque de devises seraient derrière ce problème.

« Il n’y a pas de carburant ici, allez chercher ailleurs ». Voici la réponse en passe de devenir banale, donnée aux automobilistes en quête de carburant sur pas mal de stations-services à Bujumbura.

Sur plus d’une dizaine de stations-services visitées, le manque de carburant est flagrant. Les différents pompistes approchés ne cachent pas leur colère et ne machent pas les mots.

« Il faut que nos autorités disent la vérité. Le mois dernier, le ministère de l’Hydraulique, de l’Énergie et des Mines a promis de remédier au problème de défaillances dans la distribution qui s’observent dans l’octroi du carburant. Jusqu’à présent, rien n’a changé », martèle un pompiste de la station-service Kobil rencontré dans la zone Rohero.

Il affirme craindre de perdre son emploi. « Je viens de passer plus d’une semaine sans mazout ni essence. Vous entendez bien que mon patron peut me chasser d’un jour ou l’autre », fait-il savoir.

Sur la station-service New Oil Company située sur la chaussée Prince Louis Rwagasore, un pompiste affirme qu’il ne donne de l’essence qu’aux abonnés. « Suite à l’insuffisance actuelle de carburant, mon patron m’a ordonné de donner uniquement l’essence ou le mazout à ses abonnés », confie-t-il.
Comme en témoignent les pompistes interrogés, les stations-services de Kobil et Top One Company desservent, elles aussi, du carburant uniquement à leurs abonnés.

Sur la station-service Kigobe City Oil, on dessert à tout chauffeur le carburant. « Lorsque nous avons de l’essence ou du mazout, nous le distribuons à tout chauffeur sans distinction aucune », fait-il savoir.
Ils indiquent qu’ils éprouvent un problème d’approvisionnement, la quantité demandée est ces derniers jours en dessous de celle demandée. « Notre fournisseur ne nous donne pas la quantité suffisante en carburant comme avant lors de l’approvisionnement. Il nous donne 5 mille litres contre une commande de 20 mille litres », indique-t-il.

Un chauffeur de taxi rencontré en zone Bwiza affirment vivre le calvaire. «Je peux passer sur cinq stations-services à la recherche du carburant, sans pour autant en trouver la moindre goutte », raconte-t-il .

Un gérant d’une station approché affirme qu’un pays a besoin du carburant pour se développer. « C’est comme si nos dirigeants ne faisaient aucun effort pour résoudre ce problème de manque de carburant », insiste-t-il.
Selon lui, ce serait utopique de parler de développement. « Le manque de carburant a un impact direct sur l’économie du pays. Comment un pays peut-il se développer sans mobilité des marchandises et des personnes ? »

Le manque de devise en est-il la cause ?

Selon lui, le manque de carburant est peut-être dû au manque de devises. « Même si je n’en suis pas sûr, il faut se mettre à l’évidence que le manque de devises est à l’origine de ce manque de carburant », raconte-t-il.

Selon les pompistes et les chauffeurs interrogés le manque de carburant est un problème tentaculaire. « C ’est une équation à plusieurs inconnues. Si ce n’est le cas, l’Etat aurait déjà pu le résoudre », disent-ils ?

Rappelons que le 19 août, dans un point de presse, le ministère de l’Hydraulique, de l’Énergie et des Mines, en commun accord avec les importateurs, avait pourtant promis de ravitailler les stations-services en carburant dès ce même jour. « Cela reste en paroles jusqu’à présent », selon les gérants de stations-services interrogés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Paul

    Tout cela devrait servir de leçon aux futurs et actuels dirigeants burundais,en ce qui concerne la rapidité avec laquelle les mauvaises décisions en politique peuvent dégrader l’économie d’un pays.

    Toutes ces pénuries de devises étrangères ne sont le résultat des sanctions économiques prises contre le Burundi par divers bailleurs de fonds dont l’Union Européenne depuis 2015,en raison du fameux 3e mandat présidentiel.

  2. Pablo

    Leta Nkozi sans devises ubukozi bwayo buzohava bugorana !!!!

  3. Benit

    Le manque des devises est un problème très sérieux dans un pays, cela fait que memes les investisseurs aient peur de venir investir au Burundi, imaginez vous venez avec vos devises, vous le changez pour créer une entreprise de retour vous ne pouvez meme pas avoir les devises en échange de la monnaie locales que vous avez gagne pour acheter la matière premiere pour faire fonctionner votre entreprise. Plusieurs personnes que j’ai rencontrées a l’extérieur du Burundi que ca soit les étrangers ou meme les compatriotes ont ce meme inquiétude , je pense que le gouvernement devait faire tout pour assainir ce problème des devises.

  4. H

    Le problème du carburant est la suite de toutes les incuries que l on’ retrouve dans ce pays
    Comme dans le même ordre d idée la chute de la, valeur du Fbu
    Est ce que la BRB gère encore
    Y a t il un pilote dans, L avion ??
    Et C est toute l economie qui en pâti.
    Des entreprises vont fermer
    On exportera presque plus rien
    Comme manque de devises on importera plus grand chose et à des prix faramineux
    Qui va investir ? Même plus la diaspora gouvernentale !!
    Et in fine c est de nouveau le peuple qui va trinquer
    Et le Président va pleurer…

    • Va ou est entrain…

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Burundi-Rwanda : vers le réchauffement diplomatique

La rencontre entre le chef d’Etat rwandais avec une délégation burundaise, porteuse d’un message de son homologue ce 10 janvier, est qualifiée de décisive dans la normalisation des relations entre les deux pays. « Le but de la visite était (…)

Online Users

Total 3 802 users online