Samedi 20 juillet 2024

Économie

Le BBN appelle le secteur pétrolier à être vigilant

26/01/2024 Commentaires fermés sur Le BBN appelle le secteur pétrolier à être vigilant
Le BBN appelle le secteur pétrolier à être vigilant
Séverin Sindayikengera : « Le BBN est là pour la protection des consommateurs. »

Dans une réunion tenue le 25 janvier 2024 avec les responsables des stations-services, le Bureau burundais de normalisation et de contrôle de la qualité met en garde contre les pompes qui ne remplissent pas les normes et volent les clients. Ce bureau signale aussi que les sanctions vont être augmentées pour les stations qui ne respectent pas les conditions d’hygiène.

Devant plusieurs responsables des stations-services, Séverin Sindayikengera, directeur général du Bureau burundais de normalisation et de contrôle de la qualité, BBN, fait savoir que plusieurs stations-services ont des pompes défaillantes. Il appelle ces responsables à être vigilants pour assurer le bon service parce que le BBN est là pour la protection des consommateurs.

M. Sindayikengera soulève certaines inquiétudes par rapport aux mesureurs internes des pompes qui ne sont pas fiables. Ce qui provoque souvent des mésententes entre clients et distributeurs de carburant.

Le directeur chargé de la normalisation et métrologie au BBN dit qu’il existe des clients qui appellent le BBN pour une fausse tricherie. « Dans le centre-ville, un client qui voulait monter à l’intérieur du pays a insisté pour être servi tout en étant averti que la pompe était en panne. Mais il est revenu appeler le BBN. Après notre constat, nous avons pu réaliser que les clients aussi exagèrent puisque ce client n’avait pas raison », témoigne-t-il.

Les pétroliers à leur tour ont soulevé le besoin d’un comité formé par des responsables des stations qui n’existe plus. Onesphore Ndirikirirenza évolue dans le secteur pétrolier depuis plusieurs années. Il est parmi les premiers pétroliers du Burundi. Il estime que la mise en place de ce comité leur permettra d’avoir un cadre d’échange de nature à inspirer de meilleurs services en faveur des clients.

Quant à Audace Nzabampema, superviseur des stations-services, un autre problème est celui des pompistes qui ne savent pas modérer leur tempérament devant les clients. D’où la nécessité d’un encadrement et d’une sensibilisation à leur endroit. Il fait savoir que, des fois, les pompes se dérèglent et causent des désagréments.

Dans sa conclusion, Séverin Sindayikengera a pris bonne note des recommandations de ces responsables des stations-services. Il leur a alors promis une réunion dans les jours à venir pour mettre en place le comité souhaité. Pour ce qui est de l’encadrement des pompistes, il fait savoir le budget alloué au BBN a été majoré passant de 300 millions à 2 milliards de francs burundais aujourd’hui. Cet encadrement pourra être envisagé.

BBN

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 868 users online