Mercredi 12 mai 2021

Société

L’AUF stimule l’envie de créer des entreprises chez les universitaires

09/04/2021 Commentaires fermés sur L’AUF stimule l’envie de créer des entreprises chez les universitaires
L’AUF stimule l’envie de créer des entreprises chez les universitaires
La remise de certificat aux bénéficiaires du projet PAPUBU

Dans le cadre du Projet d’Appui à la Professionnalisation des Universités du Burundi (PAPUBU), l’Agence universitaire de la Francophonie a décerné des certificats aux lauréats d’un processus entrepreneurial structuré, composé de formations et d’accompagnement à la création d’entreprises, entre autres activités d’appui. Les bénéficiaires s’en réjouissent.

40 finalistes et diplômés des universités du Burundi ont pu créer des entreprises, parmi plus de 70 qui ont bénéficié de formations, grâce au Projet d’Appui à la Professionnalisation des Universités du Burundi (PAPUBU). C’est un projet mis en œuvre par l’Agence universitaire de la Francophonie et financé par l’Ambassade de France au Burundi. « Au lieu de rechercher de l’emploi, ces jeunes en produisent. C’est une initiative qui est prometteuse vu le nombre de bénéficiaires satisfaits. Une composante dynamique du fait de ses innovations et de ses résultats », a indiqué Alexis Kwontchie, directeur de l’Antenne Afrique des Grands Lacs de l’AUF. C’était ce 31 mars 2021 à l’Université des Grands Lacs, campus Ngagara.

C’était au cours d’une double cérémonie de clôture de la promotion de 2020 et de lancement de la promotion 2021. Ces jeunes ont été formés par le Burundi Business Incubator (BBIN), un partenaire technique de l’AUF. Selon Bruce Vaillant Ntangibingura, directeur des programmes au BBIN, ces jeunes ont eu l’occasion de participer à des formations, à diverses compétitions d’idée d’entreprise, à des actions de valorisation et de coaching.

« Nous avons été transformés. Nous basculons du statut de chercheur d’emploi au créateur d’emploi. Au Burundi, il y a des milliers de jeunes diplômés sans emploi qui méritent d’avoir des capacités entrepreneuriales pour contribuer au développement de notre pays », témoigne un des bénéficiaires du PAPUBU.

L’entrepreneuriat, la voie prometteuse

Pour le représentant du ministère de l’Education nationale et de la Recherche scientifique, monsieur Apollinaire Baryana, la sélection a été vraiment objective. Ils ont appris et ils ont un bagage suffisant, qu’ils en profitent. « N’éteignez pas vos lampes. Soyez de bons exemples pour la jeunesse burundaise dans la culture entrepreneuriale. Le ministère sera toujours auprès de vous », a-t-il insisté.

L’ambassadeur de France au Burundi, monsieur Stéphane Gruenberg, a tenu à féliciter les bénéficiaires de ce projet. Il leur a souhaité détermination, passion et persévérance dans la poursuite de leurs projets d’entreprise. « A vous les bénéficiaires de la promotion de 2021, le processus de formation et d’accompagnement va bientôt commencer. Un seul conseil : imiter vos prédécesseurs et essayer de faire mieux ». Il a souligné que la situation socio-économique actuelle du Burundi montre bien que la voie de l’entrepreneuriat, de l’auto-emploi et de la création des emplois est l’une des plus prometteuses. « N’abandonnez donc pas à la première difficulté. Sachez que le processus que vous intégrez est compétitif », a-t-il conclu.

Le directeur de l’Antenne Afrique des Grands Lacs de l’AUF, Alexis Kwontchie a fait savoir que le projet tient compte de l’aspect genre, 30 % de femmes en sont bénéficiaires. Les personnes vivant avec un handicap, les réfugiés, les rapatriés et les déplacés y sont également favorisés. Les anciens bénéficiaires sont souvent sollicités pour encadrer les processus suivants. Les candidats retenus sont ceux qui souhaitaient entreprendre ou qui avaient au moins une idée d’entreprise. Il a aussi exprimé son souhait de pouvoir étendre l’initiative aux provinces éloignées de Bujumbura comme Gitega, Mwaro, etc.

Notons que le volet entrepreneuriat regroupé avec la professionnalisation de filières de formation universitaires et le tutorat de MOOCs constituent l’une des trois composantes sur quatre du projet PAPUBU qui sont déployées par l’AUF. Les deux autres sont : appui à la recherche appliquée et à l’école doctorale de l’Université du Burundi (soutien aux doctorants, et aux encadreurs de thèses, de l’école doctorale) et création d’un Master en Traduction et Interprétariat (MTI) à l’Université du Burundi.

AUF

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 2 064 users online