Mardi 21 septembre 2021

Société

Trafic humain : le phénomène prend de l’ampleur à Rumonge

09/04/2021 Commentaires fermés sur Trafic humain : le phénomène prend de l’ampleur à Rumonge
Trafic humain : le phénomène prend de l’ampleur à Rumonge
Un bateau en provenance du port de Rumonge part pour le Tanzanie, des trafiquants utiliseraient ce genre d’embarcations

Des départs de femmes et même des jeunes hommes vers les pays du Golfe à la recherche du travail sont signalés ces derniers mois sur certaines collines de la commune de Rumonge.

Le représentant de l’Observatoire national de lutte contre la criminalité transfrontalière « ONLCT, où est ton frère » en provinces de Bururi et Rumonge indique que dans le centre urbain de Rumonge et sur plusieurs collines de cette commune des départs de femmes et des jeunes hommes y sont signalés.

Plusieurs sources contactées précisent que ces femmes partent vers les pays arabes comme Oman, l’Arabie saoudite, le Koweït, tandis que les jeunes hommes partent vers les pays de l’Afrique australe dont l’Afrique du Sud, le Mozambique et les pays limitrophes du Burundi comme la Tanzanie et la R.D.C.

Ce représentant de cette ONG locale souligne qu’il y aurait un réseau de trafiquants qui collabore avec ceux des autres pays pour faciliter le transport et le transfert de ces personnes.
La population se demande comment ces gens franchissent les frontières alors qu’elles sont surveillées à cause de la Covid-19. « C’est clair qu’il y a des personnes qui travaillent en réseau pour le recrutement, le transport et le transfert de ces personnes ».

Démanteler le réseau des trafiquants, une urgence

Des informations émanant de certains pays de la sous-région comme le Kenya et l’Ouganda font état d’arrestations de femmes burundaises victimes du trafic par la police en transit vers les pays arabes.

Le représentant de l’organisation « ONLCT, où est ton frère » demande l’engagement et la collaboration des Etats pour démanteler ces réseaux de trafiquants des êtres humains, une sorte d’esclavage moderne.

Selon lui, il faut un travail en synergie de la police, l’administration territoriale, des ONG de défense des droits humains, les confessions religieuses, la population. Il demande surtout à la population de dénoncer les personnes qui viennent opérer des recrutements.

Une personne qui a requis l’anonymat résident dans le quartier Swahili de la ville de Rumonge confirme ces départs et indique que ces personnes partent à cause du chômage.

Elle précise que les jeunes filles, les jeunes femmes et les jeunes hommes se bousculent pour être candidats dans la clandestinité souvent à l’insu de leurs parents.

Cette personne demande aux opérateurs économiques, à l’Etat de créer ici au Burundi des opportunités d’emploi pour que ces jeunes gens puissent être embauchés ou développer les techniques d’entrepreneuriat pour pouvoir gagner leur vie étant chez eux.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 518 users online