Jeudi 01 décembre 2022

Santé

La santé mentale fait face aux multiples défis

11/10/2022 2
La santé mentale fait face aux multiples défis
Alexis Hatungimana : « Il faut disponibiliser des psychotropes et embaucher des infirmiers en psychiatrie. »

Le 10 octobre de chaque année, le monde célèbre la Journée internationale de la santé mentale. Alexis Hatungimana, coordinateur national, volet communautaire dans le programme d’intégration des soins de santé mentales dans les soins primaires au sein de Thars, relève des défis qui hantent le secteur de la santé mentale au Burundi.

Plusieurs menaces préoccupent les intervenants dans la santé mentale : « Non-accessibilité au service psycho-sociaux communautaire, non-accès aux psychotropes au niveau des structures sanitaires, l’insuffisance des prestataires formés en santé mentale et l’absence de programme approprié dans ce domaine sont des difficultés qui minent la santé d’esprit »

D’après Alexis Hatungimana, les autorités devraient comprendre qu’il y a des problèmes sociaux dans la société. Selon lui, les infirmiers sont là mais ils ne sont pas au service. « Des lauréats qui ont fait la psychologie à l’Institut de santé publique ne sont pas recrutés alors qu’ils sont formés pour être au service des malades », souligne le coordinateur.

Il indique que les maladies mentales sont souvent confondues avec des objets de possession démoniaque ou d’ensorcellement. Et de déplorer : « Les malades mentaux sont stigmatisés et discriminés dans la communauté. Ils sont parfois ligotés et incarcérés alors qu’ils sont malades ».

Les facteurs expliquant la recrudescence des maladies mentales sont nombreux. Selon M. Hatungimana, des Burundais vivent encore dans les séquelles du passé qui n’ont pas trouvé de traitement. Le manque de quoi manger, le chômage, la consommation des stupéfiants, la peur replongée dans le passé, les violences basées sur le genre, le veuvage et l’orphelinage, le stress du quotidien sont à l’origine des maladies psychiques.

D’après lui, les impacts des troubles nerveux sont nombreux. On observe la multiplication des cas de suicide et les séparations familiales. Le manque de vision provoque chez les gens la peur du lendemain et ils s’adonnent au banditisme. Des élèves abandonnent l’école.

Il informe que des maladies mentales réapparaissent encore lorsque le malade a recouvert sa santé. « La pauvreté contraint plusieurs personnes à s’acheter des médicaments. L’absence des prestataires capables d’aider des personnes guéris à surmonter les difficultés d’adaptation quand ils sont en situation de doute ou de difficultés et la non-acceptation des gens guéris dans la société exacerbe la récidive » indique M. Hatungimana.

Ce coordinateur plaide pour la mise en place d’un programme de santé mentale comme le ministère a fait pour la lutte contre le sida. Il exhorte le ministère à faire une priorité la conscientisation et la disponibilisation des prestataires formés. « Il faut passer à la sensibilisation de la population à tous les niveaux du sommet à la base » insiste cet intervenant en santé mentale.

En 2019, une enquête de l’Institut de Statistiques et d’Etudes Economiques du Burundi (Isteebu) a révélé que quatre Burundais sur dix présentaient des troubles psychologiques.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Maniraho

    « …En 2019, une enquête de l’Institut de Statistiques et d’Etudes Economiques du Burundi (Isteebu) a révélé que quatre Burundais sur dix présentaient des troubles psychologiques. »
    Tutavuwe turahasigara. Tuze turasubiranamwo hanyuma iterambere ntiriboneke !!! Iyo ngwara yoba yavuye mukugene twaje turatwagwa nabi ?

    • sakubu

      Ndemeza neza atakurya umunwa ko ugutwagwa nabi harimwo uruhara rukomeye cane.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 2 042 users online