Société

La mendicité prend de l’ampleur à Gitega

Sur les places publiques, devant les restaurants et les magasins, les personnes qui demandent l’aumône deviennent de plus en plus nombreuses. La population demande que l’administration s’y implique pour stopper ce phénomène.

Une foule des demandeurs d’aumônes devant une pharmacie de la ville de Gitega ©Iwacu
Une foule des demandeurs d’aumônes devant une pharmacie de la ville de Gitega ©Iwacu

Habitués à voir les handicapés et les vieux, aujourd’hui même les personnes valides sont entrées dans la danse. Dans chaque coin les files de personnes qui demandent l’aumône sont toujours longues.
Selon certains habitants de Gitega, la mendicité est devenue un moyen pour gagner facilement la vie : « Si l’administration ne prend pas garde, la mendicité risque d’être un gagne-pain pour beaucoup. Nous étions habitués à voir des personnes invalides, mais même ceux qui ont la force de travailler participent dans cette pratique honteuse », s’indigne Léonidas qui venait d’apercevoir son voisin dans la foule des mendiants.

A en croire les autres, ces mendiants surtout les femmes qui habitent les environs de la ville louent les enfants qui sont nés avec une infirmité pour aller les exposer dans les places publiques en vue de quémander quelques pièces de monnaie auprès des passants. L’argent récolté va directement dans la poche de la personne qui l’a loué pour cette journée.

Chacun a ses méthodes

Ernest est un petit garçon qui vit dans la rue. Selon lui, il a quitté sa colline natale à cause de la pauvreté qui sévit dans sa famille. Ses parents n’étaient plus capables de nourrir 8 enfants.
« Quand maman n’allait pas travailler dans les champs des voisins, nous dormions le ventre vide. J’ai choisi la rue car même à la maison c’est le même enfer », assure-t-il. Les personnes âgées quant à elles louent une chambrette moins chère dans les quartiers populaires. La plupart partagent une pièce à deux ou à trois.

D’après le conseiller socioculturel du gouverneur de la province Gitega, il n’y a pas de solution miracle pour le moment. Seulement une sensibilisation approfondie pourrait atténuer la situation.
Et de déclarer : « Je crois que la mendicité n’honore personne. La population doit être éduquée à se prendre en charge. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Clean PP

    Ca fait tres mal au coeur. Et ca va durer jusque quand? Aux politiques de trouver des solutions urgentes. Sinon c’est une bome a retardement.

  2. UMUNYAGIHUGU

    C’est un phénomène lié à la pauvreté. Le pays va mal et tous les indicateurs économiques sont au rouge : Une inflation galopante, un taux de croissance très faible (4%), une corruption à grande échelle.
    Au journal IWACU/ou Parcem : La BRB ( banque centrale du Burundi) affiche un résultat négatif de 15 milliards. Pourriez vous entrer en contact avec le gouvernorat de la BRB et nous donner les raisons de ce résultats pour une institution comme la BRB?

  3. Nzobandora

    C’est dans tout le pays!!!!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Au-delà de Nyarugusu…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Au-delà de Nyarugusu…

Lorsque l’on évoque les pays limitrophes qui hébergent les réfugiés burundais, la tendance est  de ne citer que la  Tanzanie  et  le Rwanda. Les camps de Nduta, Nyarugusu, Mtendeli et Mahama viennent directement à l’esprit. Rares sont ceux qui mentionnent (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 140 users online