Jeudi 25 avril 2024

Politique

« La légitimité d’un chef d’Etat dépend de la façon dont il a accédé au pouvoir »

05/11/2019 Commentaires fermés sur « La légitimité d’un chef d’Etat dépend de la façon dont il a accédé au pouvoir »
« La légitimité d’un chef d’Etat dépend de la façon dont il a accédé au pouvoir »
Les politiques Tatien Sibomana et Kefa Nibizi divergent sur ce projet de loi.

Un chef d’Etat élu démocratiquement et celui qui a accédé au pouvoir par coup d’Etat ou par transition n’auront plus le même statut, les mêmes avantages, conformément au projet de loi qui vient d’être adopté au conseil des ministres.

« Un président qui a accédé au pouvoir par coup d’Etat ou par un simple consensus d’un groupe de politiciens n’a pas la même considération qu’un président élu démocratiquement. » Ainsi motive ce projet de loi portant modification de la loi du 9 décembre 2004 sur le statut du Chef de l’Etat à l’expiration de ses fonctions. Un projet adopté dans le dernier conseil des ministres, mercredi 30 octobre, sur proposition de la ministre de la Justice, Laurentine Kanyana.

D’après le conseil des ministres, la légitimité d’un chef d’Etat dépend de la façon dont il a accédé au pouvoir. La loi en vigueur en rapport avec le statut du chef d’Etat n’a pas distingué le traitement réservé aux anciens chefs d’Etat par rapport à la manière dont ils ont accédé au pouvoir. « Le présent projet vient faire cette distinction. »

Ce projet de loi prévoit aussi des avantages qui remplacent le privilège de sénateur, automatiquement, qui ne figure plus dans la Constitution.

« Discrimination et égoïsme »

L’acteur politique Tatien Sibomana parle d’une discrimination et de l’égoïsme. Pour lui, ce traitement inéquitable n’est pas logique. « Le président élu démocratiquement n’est pas forcément celui qui dirige correctement le pays. »

Quant à Kefa Nibizi, président du parti Sahwanya Frodebu Nyakuri, il parle d’un projet de loi « tout simplement logique ». D’après lui, un chef d’Etat élu au suffrage universel est incomparable à celui qui a accédé au pouvoir par coup d’Etat militaire. Ce dernier, à défaut d’être sanctionné pour usurpation d’un droit qui appartient au peuple, ne mérite aucun avantage, selon M. Nibizi.

Par contre, souligne-t-il, celui qui est élu par un consensus surtout dans des conditions qui ne permettent pas les élections ne devrait pas être mis dans le même sac qu’un putschiste. « Mais non plus, il ne peut pas être au même niveau que le président élu par le peuple. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 690 users online