Samedi 27 février 2021

Politique

La CNIDH lance un cri d’alarme face à la recrudescence de la violence armée

17/10/2015 Clarisse Shaka 4
Jean Baptiste Baribonekeza : « Les violeurs des droits de l’homme doivent à tout prix être punis »
Jean Baptiste Baribonekeza : « Les violeurs des droits de l’homme doivent à tout prix être punis »

Dans une déclaration sortie ce vendredi 16 octobre, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme(CNIDH) exprime sa profonde préoccupation face aux actes de violences observés ces derniers jours.

Deux événements récents touchent particulièrement la CNIDH : le carnage du 3 octobre à Mutakura et Cibitoke qui a occasionné la mort d’au moins 9 personnes et celui de Ngagara Q3 qui a provoqué la mort de 10 personnes dont le journaliste de la RTNB, Christophe Nkezabahizi et toute sa famille.

«La CNIDH note avec préoccupation que les différents appels lancés à ceux qui détiennent illégalement des armes pour les remettre, n’ont pas été répondus », déplore Jean Baptiste Baribonekeza, président de la CNIDH. Ce dernier exhorte tous les protagonistes de la crise actuelle à mettre fin à la violence, à commencer le dialogue sans délai et sans conditions.

Enfin, la CNIDH exhorte les autorités judiciaires à déployer tous les moyens possibles pour enquêter rapidement sur tous les cas de violation des droits de l’homme et prendre les mesures qui s’imposent.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Ragiryabohambere

    Déclaration formelle,incomplète. J’ ai ej’ ai écouté en direct ce communiqué mais je n’ ai rien compris du message. Ce communiqué ne fait que répéter le même message que Bunyoni utilise pour encourager sa police à mater la population anti 3 ème mandat. Contenu du message est vraiment vide.

  2. Verite Guess

    Ikibwirwa n’icymva, icerekwa ni ikibona.

  3. Bizos

    Une déclaration de trop, pas de proposition concrète. Je me demande à quoi cette commission sert à part grignoter le budget de l’état. Où se trouve le médiateur de la République????

    • Elle sert à appuyer les actes gouvernementaux quelle que soit leur nature. Il parle des gens qui détiennent illégalement des armes, implicitement pour dire que les victimes de Ngagara étaient armées. Il se réveille trop tard. Même ceux qui sont à plus de 10.000 km de Bujumbura ont déjà condamné ces actes!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Main basse sur les morgues

Où sont passées les valeurs morales et humaines, l’« Ubuntu » chanté par les Burundais à longueur de journée ? Depuis un certain temps, avoir accès aux chambres froides dans les hôpitaux publics de Bujumbura relevait d’un parcours du combattant. Des gens qui (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 072 users online