Mercredi 30 novembre 2022

Environnement

Kamenge : Des décharges des déchets grandissent au bord de la rue et la rivière

09/11/2022 1
Kamenge : Des décharges des déchets grandissent au bord de la rue et la rivière
Des déchets ménagers se trouvant au bord de la rivière.

Au quartier Songa de la zone Kamenge, commune Ntahangwa de la mairie de Bujumbura, des détritus s’observent sur le bord de la rue et de la rivière Nyabagere. Pour la population c’est une menace pour la santé et pour l’environnement.

Mardi 8 novembre, il est 14 heures 22 min sur la rue séparant la clôture du Centre jeune Kamenge et l’Eglise évangélique des Amis. Des agents de Lumicash et Ecocash font le transfert d’argent avec leurs téléphones mobiles. Des vendeuses exposent leurs légumes. A moins de deux mètres se forme petit à petit une montagne d’ordures. Une odeur nauséabonde flotte.

Des passants interrogés confient que les habitants des environs jettent des détritus au bord de la rue pendant la nuit. « Certains ménages font appel aux ramasseurs pour se débarrasser des détritus moyennant une petite somme. Nous les enlevons pendant les travaux communautaires, mais ils ne cessent pas de s’entasser », indique les cordonniers rencontrés sur place.

A 42 m de cette immondice se trouve un ravin au bord de la rivière Nyabagere. C’est un véritable dépotoir des déchets ménagers. Des bouteilles en plastique, des restes de feuilles de manioc et de maïs, des amarantes, des avocats en décomposition, des coquilles et des vitres cassés menacent les berges de la rivière. Une odeur nauséabonde se dégage. Malgré cela, des jeunes gens fouillent ces détritus pour trouver de quoi manger.

Un veilleur de l’Eglise des Amis indique qu’ils sont largement dépassés : « Nous les avons depuis longtemps interdits de jeter des déchets dans ce ravin, mais ils n’ont pas entendu. Autrefois, nous y cultivions des légumes. Cela est devenu pratiquement impossible », déplore le veilleur.
Selon les habitants, l’administration ne s’intéresse pas beaucoup à la salubrité. Ce sont de simples gens qui sanctionnent les ramasseurs par une petite amende et obligent ces derniers à les évacuer vers une autre place.

Un étudiant rencontré dans ces environs trouve que ces déchets constituent une menace pour la santé et pour l’environnement. « Lorsque les saletés débordent, elles tombent dans la rivière et dégradent les écosystèmes. Il y a la pollution de l’environnement, car la population brûle les ordures sèches sur place. »

La population demande à l’administration communale de prendre des mesures pour décourager les gens qui détruisent l’environnement.
Contacté, l’administrateur de la commune Ntahangwa a accepté de s’exprimer ultérieurement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mpore

    Complexe la gestion des déchets ménagers en milieux urbains !!! Cela nécessite des moyens et une organisation sans faille. Nos gestionnaires des communes devraient être formés et comprendre que la représentation politique ne suffit plus. Elle est complétée par des compétences de gestionnaire aguerri !

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 926 users online