Santé

Journée mondiale de la lutte contre le cancer, l’alerte de Bujapath

05/02/2020 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur Journée mondiale de la lutte contre le cancer, l’alerte de Bujapath
Journée mondiale de la lutte contre le cancer, l’alerte de Bujapath
Dr Jean-Marie Harimenshi : « Le cancer est présent au Burundi. Ce n’est plus une maladie des Blancs seulement».

A l’occasion de la célébration mondiale de la lutte contre le cancer, l’association Bujapath (Bujumbura pathology center) parle d’un état dramatique de cette maladie au Burundi.

« Le cancer au Burundi, c’est un grand défi de la santé publique », indique Dr Jean-Marie Harimenshi, directeur du centre de dépistage du cancer, Bujapath. C’était ce mardi 4 février lors d’une conférence sur la problématique de la prise en charge des malades du cancer au Burundi.

D’après lui, au Burundi, il y a beaucoup de cas de cancer qui malheureusement sont tardivement diagnostiqués et dont le traitement n’existe pas dans le pays. Dr Harimenshi confie que sur 351 patients qui ont été diagnostiqués au Bujapath, dans ces six derniers mois, 130 avaient le cancer.

Selon Gabriel Nahayo, représentant légal de Buraca (Burundi action against cancer), cinq cas de cancer sont plus fréquents au Burundi. Il cite le cancer du col de l’utérus, le kaposi (ou le cancer de la peau), le cancer de la prostate, le cancer du sein et le cancer du colorectal (ou le cancer du gros intestin). Et d’ajouter que ces cancers sont dépistés et diagnostiqués au Burundi.

Comme prise en charge déjà disponible pour les malades du cancer au Burundi, c’est l’opération. Mais, le président de la Buraca précise que ces opérations réussissent seulement lorsque le cancer est diagnostiqué de manière précoce.

Les obstacles à soulever

L’ignorance et l’insuffisance des moyens, ont été soulevées comme défis majeurs rencontrés dans la prise en charge des malades du cancer. « Le cancer est présent au Burundi. Ce n’est plus une maladie des Blancs seulement», indique Dr Jean-Marie Harimenshi.

A ce manque des moyens financiers, Gabriel Nahayo déplore aussi le manque de traitement. Il confie que faute de chimiothérapie et de radiothérapie non disponibles au Burundi, les malades sont contraints d’aller se faire soigner à l’étranger.

Soulevant l’insuffisance des structures sanitaires spécialisées dans la prise en charge du cancer ainsi que la question de la mutualité, le directeur du Bujapath propose qu’il y ait une réunion entre le ministère de la Santé publique et les associations des malades du cancer pour résoudre cette problématique de la prise en charge de ces malades.

Agrippine Nyandwi, la représentante de l’association des malades du cancer sensibilise la population burundaise à faire des dépistages précoces. Et quant aux malades déjà diagnostiqués, elle leur demande de respecter les consignes médicales.

Moeti Matshidiso, directrice régionale de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), dans sa correspondance sortie ce 4 février, annonce que le taux de mortalité par cancer a augmenté de 13% depuis 2012 en Afrique subsaharienne et que plus de 500 mille décès suite au cas ont été enregistrés en 2018.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Police de roulage. Balayer aussi le salon…

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a annoncé aux hauts responsables du ministère la tolérance zéro à quiconque se rendra coupable de la corruption et de la criminalité, priorité du gouvernement. Il a aussitôt joint l’acte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 240 users online