EN

Santé

La surfacturation, une menace pour la politique de la gratuité des soins

01/02/2020 Mariette Rigumye Commentaires fermés sur La surfacturation, une menace pour la politique de la gratuité des soins
La surfacturation, une menace pour  la politique de la gratuité des soins
Dr. Thaddée Ndikumana : « Le gouvernement ne va rembourser que les factures qui correspondent aux soins offerts»

Le ministère de la Santé publique dénonce le gonflement des frais de soins octroyés aux femmes qui accouchent et aux enfants de moins de cinq ans dans certaines structures sanitaires.

Fausses déclarations des prestations sanitaires offertes, lacune observée par le ministère de la Santé publique dans plusieurs établissements sanitaires qui sont sous le contrat de la politique gouvernementale de la gratuité des soins pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes qui accouchent.

C’est le constat sans appel dressé ce jeudi 30 janvier par Dr Thaddée Ndikumana, ministre de la Santé publique, lors d’une réunion d’échange entre son ministère et tous les docteurs provinciaux ainsi que les cadres intervenant dans la mise en application de cette politique.

A titre d’exemple, le ministre confie qu’il y a certaines formations sanitaires qui déclarent avoir fourni des soins sanitaires à dix enfants alors que les soins n’ont été offerts qu’à huit seulement. Il ajoute aussi que ces erreurs ont été remarquées dans les déclarations des soins censés avoir été octroyés aux femmes enceintes.

Le ministre Ndikumana révèle que si ce problème de surfacturation venait à être résolu, il y aura une diminution de la somme d’argent alloué à ce secteur. Et d’avertir que des sanctions ont été déjà envisagées. Les factures erronées ne vont pas être remboursées. « Le gouvernement ne va rembourser que les factures qui correspondent aux soins offerts».

Et quant aux titulaires des structures qui ont fait de fausses déclarations, dans le but de tricher, M. Ndikumana précise qu’une sanction leur sera infligée.

Et à ceux qui ont fait de fausses déclarations suite à l’ignorance, il confie qu’une formation administrative leur sera dispensée. Et en cas de récidivisme, le ministère procèdera à la pénalisation.

Pour éviter d’autres erreurs dans les déclarations des données, le ministre de la Santé demande à tous les docteurs provinciaux, les cadres du comité de vérification et de la validation des données au niveau de chaque province ainsi que les titulaires des formations sanitaires, de collaborer ensemble lors de la vérification des données.

Signalons que lors des classements des structures sanitaires sous contrat de la politique de la gratuité des soins qui travaillent correctement, 10 structures sur 47 de la province de Bururi ont été classées dans la catégorie des formations sanitaires qui ont abusivement triché.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. L’heure est grave

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Covid-19. L’heure est grave

« 41 nouveaux cas positifs ont été notifiés sur 1 242 tests réalisés, soit un taux de positivité de 3,3 %. Parmi ces cas, 35 sont de transmission locale, soit 85,37 % et 6 cas importés, soit 14,63 %. Ce (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 205 users online