Mercredi 12 mai 2021

Société

Intempéries : une personne morte et plus de 600 maisons détruites (Bilan provisoire)

22/03/2021 2
Intempéries : une personne morte et plus de 600 maisons détruites (Bilan provisoire)
Quelques dégâts en Mairie de Bujumbura

Les pluies torrentielles de ce 21 mars ont causé des dégâts énormes dans plusieurs coins de Bujumbura : dans la commune Muha, une étudiante en quatrième de médecine de l’Université du Burundi, Chanciella Kaneza, est décédée près de son domicile. La victime ayant glissé, s’est appuyée sur un câble électrique et est morte électrocutée.

Chancielle Kaneza, morte électrocutée.

Dans la même commune, l’administration fait état de 232 maisons détruites dont 73 dans la zone Musaga, 159 dans la zone Kanyosha ainsi que 6 églises et deux écoles dont les salles de classe se sont effondrées. Six poteaux électriques ont également démolis.

A Gatumba dans la commune Mutimbuzi, l’administration avance provisoirement le chiffre de 110 maisons détruites. 140 maisons et 11 salles de classe du Lycee Kirwati II ont été dévastées. D’après toujours l’administration, ce bilan désastreux pourrait s’alourdir.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. doris barro

    Jac
    Qu’est ce que vous proposez ? Ne dites surtout pas qu’il faut payer de l’argent sans savoir qui va l’utiliser ? Car il risque d’atterrir dans la poche de certains caciques a Buja ? Ce n’est pas que je suis contre une contribution des gens , je suis contre la manière de gérer le fonds qui sera mis en place s’il est par des fonctionnaires . Il faut un comité de spécialistes et de privés indépendants .
    Et puis on a toujours dit qu’il faut aménager les bassins versants des contre forts de Buja, qu’attend on ? Que toute la ville de Buja soit détruite ?

  2. Jac

    Je pense qu’il est temps de passer à l’action!
    Je propose aux ingénieurs et techniciens burundais et autres amis et personne interessée de créer une task force avec un seul objectif;
    UN PLAN DE RÉAMENAGEMENT DE LA VILLE DE BUJUMBURA.
    Indépendamment des autorités mais avec leur collaboration, bien sûr.
    Ibisigaye ; uburyo n’ibindi tuzovyironderera. Igikenewe canecane n’ishaka !

    Sincifuza gusubira gukoma induru, ndababwira que la ville de Bujumbura ishobora gusenyuka mumwanya mutoyi, itwawe n’inzuzi, n’ikiyaga Tanganyika be n’imisozi yo Mumirwa.

    Ikibazo; ntabwo ari la méchante nature mais abantu; ubujuju no kutamenya!

    Il est temps, croyez-moi!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 259 users online