Lundi 17 juin 2024

Sports

Inès Nezerwa, du terrain de Toyota aux parquets de Jacksonville College

12/12/2016 1

Après sa coéquipière Florence Kalume, alias Dada, elle est la deuxième burundaise à rejoindre cette bourgade texane pour y poursuivre ses études.

Inès Nezerwa, lors du tournoi de Memorial Gisembe à Kigali
Inès Nezerwa, lors du tournoi de Memorial Gisembe à Kigali

« Giti » de son patronyme, c’est l’histoire d’une gamine avec une précocité impressionnante. Une vraie pépite du basketball qui, à peine arrivée dans la deuxième division de l’ACBAB, ne joue que quelques minutes pour conquérir les cœurs de tous les supporteurs du ballon orange.

2007, Lazare Niyonkuru, alors coach de Berco Star, également entraîneur de l’équipe de basketball du lycée Ngagara (ex-ENE) la remarque dans un match interscolaire. Fine dans ses mouvements de finition, élégante dans la conduite de la balle. M.Niyonkuru est vite charmé par cette jeune joueuse du lycée SOS, dégageant une grâce inouïe dans ce sport qui ne réussit pas à bas âge aux burundaises. Elle a alors 13 ans.

« J’ai directement été conquis quand elle a mis son premier panier. Le genre de joueuses qui pique d’un coup à l’œil », se souvient M.Niyonkuru.

Et de poursuivre en souriant : « Ce jour-là, elle nous a collé des paniers de grandes classes qu’à la fin du match, je me suis retrouvé en train d’ovationner son nom ». A ce moment-là , l’innocente Giti ignore que sa carrière va prendre de l’envol.

Elancée (environ 1m 90), avec un corps fuselé, l’ancien coach de Berco Stars fera d’elle l’une des meilleures joueuses au poste 5 (pivot) que le pays n’ait jamais connu.

Après une prestation bien remarquée durant les play-offs avec l’équipe de la deuxième division (saison 2007-2008). Elle intègre la même année, l’équipe A, celle des Bélyse Mugisha, Bico Kamariza, Melyse Irakoze etc.Cette dernière a régné en maîtresse absolue sur le basketball national dans les années 2010.

Alexis Hakizimana, un mentor exceptionnel…

Certes pétrie de talents, maisun peu trop molle physiquement et mentalement pour se faire une place au sein de cette armada à tout rafler des Bico et Melyse. La très prometteuse Giti s’en remet alors à l’ancien capitaine d’Urunani, Alexis Hakizimana. Grâce aux conseils de celui qu’elle appelle affectueusement « Manager », sa carrière part en flèche.

Expérimenté, Alexis la prend sous son aile. A deux, ils aménagent un timing pour des séances d’entraînement supplémentaires pour affiner la conduite du ballon, les mouvements pour attaquer le panier adverse et surtout les astuces de la défense pour un bon marquage sans faute sur des pivots de grands gabarits.

« S’entraîner avec elle, un régal. Elle pouvait répéter les mouvements qu’on avait appris la veille avec  maîtrise et esthétique, que je me demandais si ce n’était pas moi qui étais entrain de la copier », raconte Alexis.

Physiquement et mentalement bien rodée, il ne restait que la conquête des titres .Un vœu qui est vite exaucé. Avec Dada, elles forment un duo d’enfer. Berco Stars va tout rafler sur son passage tant sur le plan national qu’international. Le couronnement majeur vient en 2015, quand à la surprise générale, elles remportent à Kigali le tournoi de Zone 5 (qualificatif pour la Coupe d’Afrique), une première pour un club féminin burundais.

Après ce sacre, plusieurs clubs de la sous-région commencent à vouloir s’attacher  ses services. Finalement, elle opte pour Ubumwe du Rwanda, pour des facilités académiques. Un choix payant car, il lui a permis de briller de mille feux .Comme en témoignent ses belles performances au dernier tournoi de Zone 5, tenu en octobre à Dar-es-salaam. En plus d’être nommée meilleur pivot ”best rebondeur”, elle est devenue la première joueuse de la sous-région à croquer 45 points dans un match. « Une performance qui certainement à aidé dans son recrutement par le collège de Jacksonville », note Richard Ngwijuruvugo, actuel coach de Berco Stars.

Âgée de 23 ans, Inès Nezerwa est la deuxième d’une fratrie de six enfants, elle aime plus que tous ses amis et déteste  la défaite.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Uwimana J

    Et il n’y a personne pour s’émerveiller ou célébrer Inès???aucun commentaire! Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis sidérée ou choquée mais quand même,la déception est là.
    Prenons l’habitude de prêter notre attention à tout. Le bon et le mauvais sont souvent côte à côte, si nous ne pouvons plus voir le bon alors, ils auront réussi..
    bref, bravo Inès et bonne continuation.
    je suis très fière du basketball féminin en général et de Berco Stars en particulier, moi-même je suis une ancienne de cette équipe.
    Des talents il y en a, puissions-nous les voir et les polir un peu plus tôt que 23ans..go Richard et cie

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 1 964 users online