Mercredi 19 juin 2024

Sécurité

«Il n’y a pas à s’alarmer, les fusils saisis sont des jouets»

08/01/2020 Commentaires fermés sur «Il n’y a pas à s’alarmer, les fusils saisis sont des jouets»
«Il n’y a pas à s’alarmer, les fusils saisis sont des jouets»
Un de ces jouets en forme de kalachnikov saisis

Depuis lundi 6 décembre, une information circule sur les réseaux sociaux, surtout WhatsApp faisant état d’une probable saisie impressionnante de plus de 74 fusils de type AK 47 (Kalachnikov) au poste-frontière de Kobero. Une intox, assure Moïse Nkurunziza, porte-parole de la police nationale.

Selon lui, «lesdits fusils» ne sont que des jouets pour enfants. Dans l’après-midi du lundi 6 décembre, rapporte-t-il, un camion en provenance de la Tanzanie arrive au poste-frontière burundo -tanzanienne de Kobero.

Comme à l’accoutumée, les formalités d’usage pour le dédouanement débutent. D’après des sources sur place, elles seront finalement interrompues. Pour cause: un des cartons du camion inspecté vient d’attirer l’attention de l’agent de l’OBR qui est en train de faire le procès-verbal.

«En plus des matériaux de construction dont des fers à béton, le camion contient des jouets en forme de fusils », raconte Moïse Nkurunziza. Suite à cette similitude, fait-il savoir, cela attire l’attention des passants, le moment choisi par l’un d’eux de les prendre en photo et de les partager sur les réseaux sociaux.

Sur le coup, le porte-parole de la police indique que les agents de l’OBR comptent 115 jouets ayant la forme des fusils d’assaut russes de type AK47. Il y a également des mitrailleuses avec bipieds.

Selon lui, le propriétaire de la cargaison est un certain Adatia, un Indien résidant à Bujumbura. Et au risque d’être utilisés pour de mauvaises fins, le porte-parole, fait savoir que ces jouets ont été saisis par les forces de l’ordre.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 921 users online