Lundi 04 mars 2024

Société

« Il faut plutôt les comprendre pour mieux les soigner »

18/04/2017 1
Un des trois toxicomanes présents à l’atelier témoignant des effets des drogues.
Un des trois toxicomanes présents à l’atelier témoignant des effets des drogues.

«Cela fait 25 ans que je consomme des drogues », témoigne Daniel Sadiri, lors d’un atelier sur la réduction des méfaits liés à l’usage des drogues, ce lundi 17 avril, au Best Outlook Hôtel. Il est passé par la case prison à deux reprises pour ce délit. Il confie que sa famille et sa femme l’ont abandonné. Pour s’acheter de la drogue, il demande à ses anciens amis une petite somme d’argent prétextant une maladie. « Si les infirmiers découvrent que nous sommes des toxicomanes, ils refusent de nous soigner. Seul un centre de santé de l’Alliance Burundaise contre le Sida (ABR) accepte de nous prendre en charge. »

Adja Akimana, 20 ans, consent à des rapports sexuels tarifés pour se procurer de la drogue. Elle avoue avoir abandonné l’école. En situation de manque, elle souffre de tremblements, d’insomnie, de crampes, de maux de tête, de tendance suicidaire, etc.

« Au Burundi, cette catégorie de personnes est stigmatisée », fait savoir Pierre Claver Njejimana, psychiatre au Centre National Psychiatrique de Kamenge(CNPK). «Il faut plutôt les comprendre pour mieux les soigner.» Il recommande au gouvernement de demander à l’OMS une licence d’importation de médicaments qui peuvent remplacer les drogues.

Pour Dismas Ntakibirora, conseiller juridique à l’inspection générale de la police nationale, il faut plutôt punir les trafiquants et les producteurs. Et de déplorer que la plupart des anciens détenus pour cause de consommation de stupéfiants récidivent avec des drogues plus dures.

Ancien toxicomane, Richard Nininahazwe, assure que par faute de moyens, ils partagent une seule seringue à cinq ou à dix. Il indique que dans la phase de dépendance, le toxicomane peut abandonner son travail. Lui-même a dû renoncer à son métier de journaliste.

ABR

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. MURANTUNGA

    Malheureusement, la vie « moderne » a ses lots de bonnes et de mauvaises choses. Les Etats et les peuples qui s’adaptent, cherchent des solutions aux nouveaux problèmes seront forts. Les autres risquent de disparaître.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 2 065 users online