Société

Gitega : Un écolier battu à mort par son enseignant

26/10/2018 Chanelle Irabaruta Commentaires fermés sur Gitega : Un écolier battu à mort par son enseignant
Gitega : Un écolier battu à mort par son enseignant
Le cercueil de Cédric Bigirimana avant sa mise en terre.

Cédric Bigirimana (12 ans), élève en 5ème année primaire à l’Ecofo de Bihanga, en commune et province Gitega, a été battu à mort par son enseignant Mathieu Mbarushimana, mercredi 17 octobre.  Il était à l’école lorsque son enseignant lui a assené des coups de pied et de bâton occasionnant une fracture de sa colonne vertébrale. L’enfant avait oublié d’amener le torchon à l’école. Il a été hospitalisé au centre de santé Béthanie. Cédric a succombé une semaine plus tard.

Selon les parents des élèves de cet établissement, ce n’était pas la première fois que l’enseignant maltraitait ses écoliers.  Certains parents avaient déjà averti la direction de cette école, mais rien n’a changé.

Pour Ferdinand Simbaruhije, secrétaire général de la fédération nationale des associations engagées dans le domaine de l’enfance au Burundi (Fenadeb), ce cas constitue l’une des violences que les élèves subissent au quotidien par  ceux qui sont censés les protéger et les instruire.

« La Fenadeb ne se lassera jamais de dénoncer les maltraitances physiques utilisées comme sanctions infligées à l’encontre des élèves pour les erreurs commises en milieu scolaire ».

M. Simbaruhije tient à rappeler que l’école constitue un milieu d’épanouissement pour les enfants. Il demande au ministère de l’Education de prendre des mesures appropriées pour éradiquer la pratique des punitions corporelles en milieu scolaire. « Il faut punir exemplairement les enseignants qui passent outre ces mesures ». Et de demander à la justice de punir cet enseignant pour décourager un tel comportement à l’avenir.

Signalons que cet enseignant  Mathieu Mbarushimana s’est rendu à la justice échappant ainsi à une foule qui voulait se faire justice.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

Non au rapatriement forcé

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Non au rapatriement forcé

Les réfugiés burundais vivant dans les camps en Tanzanie sont sommés de revenir au bercail « de gré ou de force ». Un accord de rapatriement a même été conclu entre les ministres burundais et tanzanien de l’Intérieur. Ce document qualifié de (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 207 users online