Mardi 18 juin 2024

Société

Gitega : La population fustige le manque d’équité dans la distribution du sucre

22/05/2024 1
Gitega : La population fustige le manque d’équité dans la distribution du sucre
Les habitants de la zone Mubuga, commune Gitega s’insurgent contre le manque de transparence dans la distribution du sucre

La population de la commune Gitega, zone Mubuga demande plus d’équité et de transparence dans la commercialisation du sucre. Pour elle, l’administration doit s’assurer que tout le monde est servi.

Certains habitants de la colline Mirama, zone Mubuga, commune Gitega se plaignent de l’injustice qui entoure la commercialisation du sucre dans leur localité. « Il n’y a jamais de transparence ni d’équité. Certains en bénéficient tandis que d’autres ne sont jamais servis. C’est un produit qui attire les affairistes. Il est vendu à partir des coups de téléphone entre amis et entre des gens qui ont les mêmes convictions politiques », se désole une habitante.

Une autre habitante s’insurge contre le manque d’équité dans la distribution de ce produit. Elle affirme n’avoir jamais vu du sucre. « Je ne sais même pas quand il est distribué. Ce qui est étonnant est pour les travaux de développement communautaire on mobilise tous les ménages tandis que la commercialisation du sucre se fait en secret ».

Ester Kami reconnaît avoir bénéficié du sucre mais difficilement. Elle dit avoir surpris des gens qui étaient en train de faire la liste et qu’elle s’est faite inscrire.« On payait à l’avance. On nous demandait d’ajouter 150 FBu pour le sachet et 100 FBu pour le déplacement sur le prix officiel. C’est frustrant ».

Jean Marie Ndayizeye ne le voit pas de cette manière. Il indique bénéficier du sucre chaque fois que de besoin. Son secret, participer dans les travaux de développement communautaire et s’approcher des autorités. « C’est vrai que la quantité est insuffisante, mais je ne manque jamais du sucre », se réjouit-il.

Les habitants de Mirama indiquent que le manque de transparence et d’équité dans la distribution des ressources disponibles peut avoir des conséquences graves. Ils estiment en effet que cet état des faits sème la méfiance et les suspicions entre ceux qui sont servis et ceux qui ne le sont pas. « Un groupe de gens non servis se sentent exclus. Cela peut provoquer la polarisation car tout le monde a droit de bénéficier de ce produit », font-ils savoir.

Combattre la spéculation

Ils appellent l’administration à combattre toute forme de spéculation dans la commercialisation du sucre. Ils considèrent que l’équité, la transparence et la bonne gouvernance doivent guider leurs actions. « La quantité disponible quoi que minime doit être distribuée équitablement », insistent-il.

Vincent Hakizimana, conseiller chargé des questions politico-administratives et socioculturelles dans la commune Gitega reconnaît que tous les demandeurs de sucre ne sont pas servis. La quantité qui est destinée à notre commune est insuffisante.« Toute la quantité reçue est distribuée. Nous faisons de notre mieux mais c’est difficile. Ceux qui ne sont pas servis sont frustrés et crient à l’injustice ».

Il fait aussi savoir que certains habitants ont également tort. Les bénéficiaires ont aussi tort. Ils se présentent sur deux ou trois collines pour avoir des quantités de sucre à vendre aux spéculateurs. « Ceux qui sont démasqués rentrent bredouilles », précise-t-il.

Le conseiller Hakizimana demande au gouvernement d’augmenter la quantité destinée à sa commune pour qu’on puisse servir tout le monde.

Fabien Nsengimana est expert en leadership. Il souligne que le manque d’équité dans la gestion des ressources disponibles, en l’occurrence le sucre, a des conséquences graves. L’insatisfaction des acteurs, précise-t-il, provoque la méfiance. « Le tissu social se retrouve déchiré à cause de l’injustice sociale. En définitive, si les rapports sociaux ne sont pas ce qu’ils étaient censés être, il est difficile de penser au développement. La population est divisée entre les favoris et les exclus. Cette situation sape tous les efforts de développement. La société en pâtit », fait-il remarquer.

Il trouve que les autorités ne doivent pas considérer la rareté des produits stratégiques comme une opportunité de s’enrichir avec la spéculation. « Les produits disponibles doivent être partagés équitablement pour éviter des conflits et violences potentiels. », insiste-t-il. Dans la gestion des ressources comme le sucre, il faut marier le leadership et la gouvernance. « Il ne sert à rien d’exclure les gens alors qu’ils en ont droit. C’est une chose élémentaire à faire », conclut-il.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« Son secret, participer dans les travaux de développement communautaire et s’approcher des autorités… »
    2. Mon commentaire
    a. Les hautes autorites burundaises sillonent le pays disant que c’est le bon dirigeant qui doit se rapprocher du peuple pour mieux le servir/KUBA UMUSUKU W’ABANYAGIHUGU.
    b. « Le discours de Gettysburg, ou parfois l’adresse de Gettysburg1 (en anglais : the Gettysburg Address), est le discours, resté célèbre, que prononce le président Abraham Lincoln le 19 novembre 1863 à Gettysburg lors de la cérémonie de consécration du champ de bataille qui a fait 7 863 victimes parmi les soldats de l’Union et de la Confédération entre le 1er et le 3 juillet 1863…
    Lincoln énonce le principe du « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » repris entre autres en 1946, à l’ordre des prépositions près, à l’article 2 de la Constitution de la Quatrième République française3 puis, mot à mot, dans le discours prononcé par Winston Churchill devant la Chambre des communes le 11 novembre 19474 et à l’article 2 de la Constitution française du 4 octobre 1958… »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_Gettysburg

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 228 users online