Vendredi 09 décembre 2022

Politique

Gervais Ndirakobuca : de super ministre à Premier ministre

07/09/2022 9
Gervais Ndirakobuca : de super ministre à Premier ministre
Sa candidature au poste de Premier ministre approuvée par l’Assemblée nationale à l’unanimité

A 52 ans, le destin de ce natif de la colline Kibaya, en zone Ndora en commune Bukinanyana dans la province Cibitoke vient de basculer ce mercredi 7 septembre 2022 : l’Assemblée nationale burundaise a approuvé le Lt Gén de Police, Gervais Ndirakobuca à 100 % au poste de Premier ministre. Un poste occupé jusque-là par Alain Guillaume Bunyoni, à maintes reprises désapprouvé à demi-mot ou dans des termes à peine voilés par le Chef de l’Exécutif.

Gervais Ndirakobuca a fait l’école primaire à Gihango avant de poursuivre ses études secondaires (cycle inférieur) au lycée de Cibitoke. Il fera le cycle supérieur au lycée Ngagara. En 1993, il est en 2ème année à l’université du Burundi, dans la faculté des sciences (chimie) quand la crise éclate. Il rejoint la rébellion où il sera surnommé « Ndakugarika », (Je vais te terrasser NDLR).

Avec l’arrivée au pouvoir du CNDD-FDD en 2005, il va gravir tous les échelons au sein des services de sécurité. Il va occuper plusieurs postes de responsabilité  : il a été notamment chef de cabinet de l’administration présidentielle chargé de la police nationale, chef de cabinet du Service national de renseignements (SNR) avant sa nomination comme ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique. Sur le plan professionnel, son entourage dit qu’il est « dur » mais aussi très « travailleur. » En 2013, il a obtenu une licence en droit à l’Université Espoir d’Afrique. M. Ndirakobuca est père de sept enfants, trois garçons et quatre filles.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. Maniratunga

    Donner le bénéfice du doute aux nouveaux arrivants et jugeons par les actes.

  2. Abou seleiman

    Le nom ou le surnom Ndakugarika le vrai sens ça veut dire (je te tue)😴😴😴

  3. Samandari

    Changer sa région?
    Et pourquoi changerait il uniquement sa région? Il était super ministre de tout le Burundi.
    Qu’y a t IL d’extraordinaire à Cibitoke ? Y a t IL moins de 75% de gens vivant en dessous du seuil de la pauvreté?

  4. Eman Newman

    Ndirakobuca moi personnelement je le connais comme quelqu’un qui n’a pas des prestiges ou comportement de complexes. Il travaille durement et surtout pour des interets communs et non pour des interets individuels. Un exemples typique c’est qu’il a changé de façon inedite sa region natale où on peut observé un dévelopement inattentu grâce à son courage et habilité donc je suis optimiste dans son travail à venir.

    • Yan

      On te croira à l’épreuve du temps

    • Yan

      « Un exemples typique c’est qu’il a changé de façon inedite sa region natale où on peut observé un dévelopement inattentu »

      On lui donne les moyens de l’Etat pour développer le pays et il développe sa région. Bravo, il a bien travaillé. A Rutovu on faisait pareil. Ce n’est pas si original que cela!

      • Margarita

        De quel Rutivu parlez vous?
        Rutovu de Bururi? Ou Rutovu de Ngozi?
        Que deviennent les immeubles et stades mirobolants de Mvumba????
        Dernièrement, j ai vu des photos de Gbadolite.
        Pathétique afrique. Mobutuavait aussi élevé au title d’un Dieu ou guide Supreme

        • Yan

          @Margarita
          Je crois qu’on commence à se comprendre: Rutovu, Mwumba, bientôt Cibitoke (peut-être), Gbadiloté, Yamousoukro, …, quelle tristesse!

          • maragarita

            L Afrique est maudite à des degrés divers.
            La Ou je suis réfugié, je ne peux jamais regarder dans les yeux les chinois, coréens, indiens, juifs. Et on se vante de partager le meme dieu. Ce sont nous africains qui remplissons les chapelles évangélistes. Chantons à tue tete que nous sommes bénis.
            Triste et triste

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 917 users online