Samedi 04 février 2023

Politique

Fouille au quartier de Kabondo

15/12/2016 18

La police a opéré le matin de ce jeudi 15 décembre une fouille dans les appartements « du quartier belge » à Bujumbura. « J’ai remarqué tôt le matin la présence policière » confie un habitant de ce quartier. Cette fouille a été menée, en présence du consul, par un agent du SNR: « Il était en tenue civile et n’avait pas d’arme. Il présentait sa carte de service à chaque occupant. Il a fouillé appartement après appartement. » Selon cette source, cette fouille visait la recherche de ce qui peut troubler l’ordre. « Il contrôlait aussi les passeports et aucun agent de la police n’est entré dans le périmètre de ce quartier » A-t-il ajouté.

Contacté, le porte-parole de la police a indiqué qu’il réagira plus tard.

Forum des lecteurs d'Iwacu

18 réactions
  1. Kimaranyi Gloriose

    Je peux savoir pourquoi iwacu a refusé de publier mon commentaire ? Pourtant il était modéré . Est-ce par ce que j’ai dit que selon l’article 1du statut du SNR stipule que le SNR dépend du président de la République et que par conséquent ils reçoivent d’ordre que de là ? Mais c’est une triste réalité

  2. Nganji

    Aucune loi n’a été violée. Personne n’a été traqué. Le reste n’est routine. Cela peut se passer meme à Bruxelles ou Viennes.

  3. erice

    il faut etre englophone car:
    – on est en afrique de l’est community.
    -on perd du temps derriere ces belges .Ils ont fain et sont diviser eux meme ils ne nous donneront jamais la paix de generation en generation DO NOT DREAM SOME REAL GOOD FROM THEM.
    1900?!! do’nt you open your eyes??,how long they play with US dividing US? shame!! they don’t love tutsi or hutu .They love our division .Is a system : They call it ying yeng.
    -francophonie is more on NGOS and social programs and slow on development but anglophone attract more investment.
    -this is the chance to come out of these freemasonry Avignon french organizations
    -its takes courage but it is far better

  4. Mais, les Belges recompensent les opposants Burundais sous forme de prix pour que ces derniers puissent acheter des grenades a lancer dans les milieux publics. Tout le monde est au courant de cette strategie. Il faut aussi se rassurer que ces gens ne possedent pas des armes a distribuer aux ennemis du peuples Burundais.

    • Yves

      @Iwacu : sincèrement, je ne comprends pas pourquoi vous vous acharnez à continuer à publier les déjections verbales de ce triste individu. La sacro-sainte  » liberté d’expression  » et d’opinion j’imagine… Mais à force de laisser les trolls pourrir les débats avec leurs mono-arguments « copier-coller », vous risquez de lasser les intervenants qui espèrent réellement pouvoir bénéficier d’un débat contradictoire, chose impossible avec cet Hima qui ne répond jamais à rien et se contente de vomir sa haine des belges / des tutsi / des opposants et puis de repartir. Où est la plus-value pour votre journal ? Et auriez-vous l’amabilité de répondre publiquement afin que tout le monde comprenne votre position ?

      Note de la rédaction

      Nous allons être plus rigoureux avec les commentaires souvent déplacés de ce monsieur. La liberté d’expression ne permet pas tout. Et ces écrits ne font pas avancer les débats. Au contraire !

      La direction

      • Ayuhu Jean Pierre

        Encore une chose Cher Monsieur Yves, en relisant la prise de position de M. Hima, je ne vois aucune mention « tutsi ». Comme quoi, on peut se trahir gratuitement

        • Yves

          @J-P : les prises de position anti-tutsi de ce sinistre individu sont légions mais concernent d’autres articles. Et vous le savez très bien, mais vous jouez une nouvelle fois le rôle de l’innocent
          @Bakari : la politesse se mérite
          @Iwacu : merci

      • Bakari

        @Yves
        « … à publier les déjections verbales de ce triste individu. »

        Quelle politesse! J’imagine qu’il y aurait une autre manière de lui faire comprendre que vous n’êtes pas d’accord avec ses opinions!

      • Je m’excuse mon cher Kaburahe. Toutefois, il faudrait me montrer ce qui n’est pas vrai dans tout ce que j’ai dit. Tout simplement la verite blesse. Il faudrait effectivement enseigner Mr Yves la culture democratique. De toutes les facons tout le Peuple Burundais ne doit pas penser comme Mr Yves. Merci

        • Yves

          @HIMA. Tiens donc, vous sentant menacé de disparition, vous voilà soudainement capable de répondre à un commentaire. C’est magique 🙂 Quant à la « culture démocratique » qui vous est si cher, vous démontrez l’inverse dès la phrase suivante en expliquant que le « peuple Burundais ne doit pas penser comme Mr Yves ». Voilà, vous venez de faire la démonstration de ce que je dis depuis le début ! Vous êtes incapable de soutenir un débat contradictoire et le peuple NE DOIT PAS PENSER comme untel (ou, encore mieux, il ne doit pas penser du tout).

  5. MUGABARABONA

    Qui pourrait nous expliquer la différence entre les missions de la Police et celles du SNR ? Merci.

    • Kariyo Pierre

      Bataye umutwe! Ntibama bavuga ngo ni amahoro masa. None abo ba biligi babaronderako iki?

      • Uwayo Béata

        @Kariyo Pierre
        Harya ngo batay’ umutwe, ahubwo uraraba neza ko atari wewe wawutaye none ikibazo ufise nikihe? Bakoze akazi bashinzwe ubabazwa n’iki?. Harya ngo bama bavuga ngo n’ amahoro masa,ayo mahoro nyene bagomba kuyabungabunga kuri ngo abansi batayahungabanya.

    • Eux-meme ne le savent pas

    • Dexta

      Leur mission est une: « Sécurité Nationale »

    • Philibert

      @ Mugabarabona
      Dans un Etat totalitaire comme le notre le SNR a tout les pouvoirs , personne d’autre n’a le pouvoir à l’exception du commanditaire en chef . Dans un Etat démocratique , il existe au moins deux services de renseignements ( intérieur et extérieur). Il peut y avoir plusieurs services de renseignements à l’interne mais aussi plusieurs services de renseignements à l’externe , c’est le cas de la France . Aux Usa , il y a le FBI ( intérieur) et la CIA ( extérieur). C’est aussi un tout petit peu le cas de la belgique avec la « Sureté de l’Etat » et le SGRS ( service de renseignement et de sécurité)avec un aspect essentiellement militaire. Mais il y a d’autres pays , en particulier les petits pays ils ont un seul grand service chargé des renseignements en interne comme en externe mais les départements sont nettement séparés (ex AIVD en Hollande). J’en reviens maintenant à l’essentiel . Quelle est la différence entre le SNR – un service de renseignement d’une dictature et un service de renseignements d’un pays démocratique? Dans les pays démocratique la police joue un role important dans la prévention et le démentalement des activités criminelles , elle peut le faire sur base d’informations des services de renseignements généraux ou en utilisant ses propres bases de données qu’elle peut communiquer ou pas à aux renseignements généraux . Dans une dictature , tout dépend d’un seul homme ou d’un petit groupe d’individus( une clique), ici la police est un vulgaire figurant et applique les ordres recus. Ce qui est plus grave ici est qu’il n’existe aucune continuité oui suivi au sein des services de sécurité , car ils ne partagent pas d’information , c’est la caractéristique même d’un régime dictatorial.

    • Ce n’est pas cette difference qui interesse le peuple Burundais. Ce qui est important est que la securite du peuple Burundais soit garantie, On connait le role de ces gens pendant les differentes crises qui ont endeuillees le Peuple Burundais.

      • Comme si vous ne les avez jamais suivis. Ingratitude quand tu nous tiens!

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Allo ? Econet Wireless ? Ne raccrochez pas

« La téléphonie mobile, facteur de développement. » Au moins dans deux ateliers, les professionnels des compagnies de téléphonie mobile démontraient noir sur blanc le lien entre sa pénétration et la croissance économique. Entre autres avantages : investissements directs, rentrées fiscales, inclusion financière, (…)

Online Users

Total 3 398 users online