Jeudi 25 avril 2024

Économie

Fixation du prix de café cerise : « Que les caféiculteurs soient consultés »

21/03/2023 8
Fixation du prix de café cerise : « Que les caféiculteurs soient consultés »
Le ministère de l’Agriculture propose la fixation du prix du café cerise à 1200 BIF pour la campagne 2023-2024

Dans le Conseil des ministres de ce 15 mars, le ministre de l’Agriculture a présenté une note proposant la fixation du prix de café cerise à 1200 BIF par kg pour la campagne 2023-2024. Pour l’association CNAC-Murima w’isangi, le prix devrait tenir compte des moyens investis par les producteurs.

Selon le communiqué du Conseil des ministres, le prix de 1200 BIF par kg de café cerise a été calculé en tenant compte des paramètres clés notamment la production du café par qualité, le niveau des cours de café à New York dans les conditions normales de la production mondiale, les coûts de production de différents maillons de la filière-café, les frais de développement de la filière café, la taxe communale ainsi que le taux de change du dollar américain par rapport au franc burundais.

Le Conseil des ministres a recommandé la révision des coûts dans toute la chaîne depuis le producteur jusqu’à la vente du café et fixer un prix au producteur plus rémunérateur.

Ainsi, une commission faite de deux représentants du ministère de l’Agriculture, un représentant du ministère du Commerce et un représentant du ministère des Finances travaillera sur ce dossier et transmettra le rapport à la Primature pour décision. « Le même exercice de l’analyse du coût de production pour la fixation d’un prix plus rémunérateur au producteur devra être fait pour toutes les autres cultures d’exportation ».

Pour le Conseil des ministres, il faut envisager l’étude de la chaîne de commercialisation de tous les produits pour faciliter la fixation d’un prix au producteur plus rémunérateur en réduisant le maillon de la chaîne des commissionnaires qui porte préjudice au producteur et au consommateur. Il faut aussi suivre de près le dossier des opérateurs qui ont exporté le café et n’ont pas rapatrié les devises et penser à la constitution d’un fonds de stabilisation des prix des cultures d’exportation.

« Le prix reste insuffisant »

Pour la Confédération nationale des associations des caféiculteurs (CNAC-Murima w’isangi), 1200 BIF par kg de café cerise proposé par le ministère de l’Agriculture reste insuffisant : « Suite à la hausse exponentielle des prix de plusieurs produits, le coût d’investissement pour le caféiculteur a énormément augmenté. Cela devrait être pris en considération ».

Selon le secrétaire exécutif de CNAC-Murima w’isangi, Bernard Ntabiriho, le Conseil des ministres s’est réuni avant qu’une réunion prévue entre l’Office pour le développement du café (ODECA) et les opérateurs dans ce secteur se tienne pour échanger sur les prix : « Nous n’avons pas été finalement consultés avant la fixation de ce prix ».

Pour lui, les producteurs de café devraient en principe être représentés dans la commission de fixation du prix pour présenter leur vécu et les moyens investis dans cette culture. Il appelle le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage à consulter les caféiculteurs avant de fixer le prix au producteur de café cerise.

Contactés, certains caféiculteurs en province Kayanza apprécient que le gouvernement ait pensé à revoir le prix à 1200 BIF : « Même si ce prix n’est pas suffisant, il faut apprécier cette volonté du gouvernement de récompenser nos efforts et moyens investis dans la culture du café ». Il demande que le prix par kg de café cerise soit fixé à 2000 BIF pour la prochaine campagne.

Rappelons que pour la dernière campagne 2022-2023, le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage avait fixé le prix au producteur de café cerise A à au moins 800 BIF et à 400 BIF pour le café cerise B.

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Kabizi

    Je vous demande.
    Expliques moi pourquoi le café coûte 3 fois plus Cher au Rwanda?
    Nous sommes quasiment 3 fois plus médiocres que le Twanda.
    Du temps de Havyarimana et Bagaza, twarangana

    • Stan Siyomana

      @Kabizi
      J’avais lu quelque part que le Rwanda a une facon de preparer son cafe et de faire du marketing pour que son cafe puisse vendu comme speciality coffee. Cela pourrait leur permettre de payer plus pour les cerises.

  2. Jereve

    J’apprends que dans les pays occidentaux où ce café est exporté, une petite tasse de café coûte plus ou moins 3 dollars. Dans un kilo de café graines, une fois toutes les opérations de transport et transformation terminées, on obtient plus d’une cinquantaines de tasses. Le prix du kilo chez le paysan – à peu près 0.30 dollars- prend de la valeur jusqu’à plus de 200 dollars sur le marché mondial! Entre les deux, il y a un déséquilibre vertigineux: n’est-ce pas qu’il est temps de rémunérer le paysan à la juste mesure du temps et de l’énergie qu’il consacre à cette culture?

  3. Ndemesha

    Y aurait il quelq’un qui peut m’expliquer pourquoi je cultiverais du café à la place du haricot?
    Un kg de haricot coûte maintenant 2500 bif lorsqu’un kg de café ne coûte que 1200 bif

  4. Kanda

    Si le prix de 800FBu avait été fixé alors que le dollar américain s’échangeait contre 2000 FBu et qu’il vient d’être fixé à 1200FBu alors que le dollar est à 4000FBu, il n’y a toujours pas de hausse. En effet, 800/2000 = 0.4 et 1200/4000 = 0.3. Donc, le prix ne fait que baisser [de 25%] depuis pour l’agriculteur. On a juste essayé de le réajuster à un niveau relativement proche de son ancien niveau.

    • ndimanya

      Comparons ce qui est comparable si non on risque de désorienter les producteurs. Un de cerise de 800 BIF donne 160 g de café vert forme sous laquelle le produit est vendu sur le marché international la graine de haricot évoqué est prête pour la consommation. Le café est un produit dont la gouvernance dépend des règles à l’oeuvre sur le marché global. Comment se prémunir contre les pertes potentielles si le marché n’offre pas les prix à la hauteur des coûts calculés surtout qu’il s’agit d’un marché réputé pour sa volatilité……

      C’est bien de soutenir les revenus de 800 000 familles dans un contexte qu’on connaît et aussi assumer le coût d’éventuelles évolutions défavorables

      • Kabizi

        Comment font les Rwandais pour offrir un prix 3 fois plus élevé.
        Nous exportons sur le même marché.
        Pour quelles raisons fondamentales , continuer à imposer au paysan de cultiver le café.

      • Kanda

        Qu’est-ce qui n’est pas comparable dans mon commentaire précédent. Tu n’as fait que diversion sans répondre à la question posée et tu en as suscité d’autres. J’espère que tu vas revenir répondre à celles-ci et celles de Kabizi. Apparemment pas apprécié la comparaison du prix du café en FBu au Dollar US. Est-ce que le café burundais est vendu en FBu sur le marché international?

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 605 users online