Mercredi 12 mai 2021

Politique

Filippo Grandi : «Me voici avec des gens qui rentrent parce qu’il y a la paix au lieu des gens fuyant la guerre»

29/04/2021 1
Filippo Grandi : «Me voici avec des gens qui rentrent parce qu’il y a la paix au lieu des gens fuyant la guerre»
Filippo Grandi : « Pour ceux qui rentrent au pays, le critère fondamental, c’est la sécurité»

Selon le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés venu ce mardi 28 avril avec 159 rapatriés burundais en provenance du Rwanda, son message est que la Communauté internationale est prête à continuer d’accompagner le Burundi dans le processus de rapatriement et de réintégration.

Pour Filippo Grandi, il faut que le processus de rapatriement soit bien géré. « Il faut que le retour soit sur une base volontaire. C’est très important les rapatriés doivent se sentir en sécurité », tient-il à souligner.

Répondant à la question de l’insécurité rapportée par plusieurs ONG de défense des droits de l’Homme, dans les camps des réfugiés burundais en Tanzanie, voire de rapatriements forcés, le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés reconnaît qu’il y a eu des problèmes dans ce pays.

« Il nous faut nouer un dialogue avec le nouveau président pour que le processus de rapatriement se fasse de la manière la plus correcte. Il faut faire attention, tout retour doit être bien géré », fait-t-il savoir.

Selon lui, il faut également tenir compte de la covid-19. « Pour le Rwanda, tous les rapatriés ont été testés négatifs à la covid-19. Maintenant qu’il y a un gouvernement en Tanzanie qui reconnaît qu’il faut tenir en considération cette pandémie de manière prudente, cela va avoir un effet positif sur la gestion du rapatriement ».

Au moment où certaines ONG de défense des droits de l’Homme dénoncent la diminution, voire la coupure des rations dans différents camps comme stratégie d’amener les réfugiés à regagner leur pays, Filippo Grandi promet « de corriger cette situation préoccupante et de voir avec les donateurs et le PAM comment remédier à cette tendance à la baisse des rations alimentaires pour les réfugiés ».

Il ne faut plus que les gens fuient leur mère patrie

Mais pour le Haut-Commissaire des Nations unies aux réfugiés, « Le critère fondamental, c’est la sécurité pour ceux qui rentrent au pays, ce n’est pas la diminution de la ration alimentaire».

Il insiste sur l’importance de bien réussir la réintégration : « D’habitude, je me retrouve dans des situations d’urgence où les gens fuient la guerre ou la violence, pour le moment, je me retrouve avec dans une situation opposée où les gens retournent chez eux parce qu’il y a la paix ».

Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés salue la décision de ces Burundais de regagner leur pays. « Le HCR sera à vos côtés pendant cette première période de retour. Mon message au gouvernement est que le HCR appuie les efforts de rapatriement. Ce n’est jamais facile de rentrer après une longue période à l’étranger ».

Pour leur réintégration, le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique invitent les rapatriés à ne pas hésiter à partager leurs soucis avec leurs voisins et d’avoir confiance aux administratifs pour bâtir un pays sûr pour tout le monde.

« Il faut donner un coup de main à vos compatriotes dans la lutte contre la pauvreté. Il faut vous joindre à ceux qui sont restés sur vos collines dans les associations et je vous assure que vos administrateurs ainsi que tous les Burundais sont prêts à vous accueillir et à partager toutes vos préoccupations pour qu’elles soient résolues », promet le ministre Gervais Ndirakobuca.

D’après lui, dans sa vision, le gouvernement ’’laborieux et responsable’’ compte construire un pays où il n’y aura plus des gens qui fuient leur mère patrie, ce que tous les rapatriés applaudiront des deux mains.

Signalons que cet hôte de marque a rencontré ce mercredi le ministre burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique. Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés a également rencontré le président de la République. Il a promis de mobiliser d’autres partenaires pour accompagner le retour massif des réfugiés.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Magara

    ”Me voici avec des gens qui rentrent parce qu’il y a la paix”! A votre retour à Genève, faites passer le message à un certain Doudou Diène, monsieur Grandi! Il n’en croira pas ses oreilles!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 377 users online