Société

«Etre handicapé ne signifie pas être condamné à la mendicité»

21/01/2020 Alain Majesté Barenga Commentaires fermés sur «Etre handicapé ne signifie pas être condamné à la mendicité»
«Etre handicapé ne signifie pas être condamné à la mendicité»
Jean Miburo derrière son étal attendant des clients

Au Burundi, la plupart des handicapés physiques ne sont pas pris en charge par des institutions publiques. Il y en a qui sont assistés par leurs familles mais bon nombre d’entre eux sont abandonnés à leur sort se livrant à la mendicité. D’autres refusent ce mode de vie.

Livrés à eux-mêmes, plusieurs personnes en situation d’handicap se retrouvent dans la rue à faire le manche pour pouvoir trouver de quoi mettre sous la dent et subvenir à d’autres besoins.

Affligées, vulnérables et stigmatisées, elles quittent leurs villages ou leurs quartiers pour la ville en quête d’âmes charitables. C’est pour la plupart d’entre elles, le seul moyen d’éviter de devenir une charge pour les autres notamment leurs familles et de conserver une certaine dignité.

Cependant, certaines personnes courageuses vivant avec handicap refusent de vivre dans la précarité se contentant de la mendicité. Elles créent leurs propres activités génératrices de revenus malgré leur vulnérabilité en s’adonnant au petit commerce.

C’est le cas de Jean Miburo, la trentaine. Il est marié et père de deux enfants. Il est handicapé depuis 10 ans, il a entrepris son petit business de plastification des documents administratifs comme les cartes d’identités, les passeports et autres. Parallèlement, il vend quelques articles.

Il fait savoir qu’il parvient, plus ou moins, à subvenir aux besoins de sa famille et joindre les deux bouts du mois sans recourir à la mendicité. Cependant, il confesse que tout soutien est le bienvenu. « J’ai pris la décision de n’est pas croiser les bras et de lutter pour ma survie. J’ai pris l’option de faire du petit commerce et je n’ai pas de problème financier. Je vis grâce à mon travail mais toute aide serait une bouée de sauvetage».

Selon lui, il faut un coup de pouce de pouvoirs publics pour que leurs activités génératrices de revenus ne tombent pas à l’eau. «Nous avons besoin de soutien pour démarrer certains petits projets, les diversifier».
Jean Miburo ne digère pas ceux qui considèrent des personnes à mobilité réduite comme des citoyens de seconde zone, en situation de vulnérabilité. Pour lui, tout le monde devrait se mobiliser pour lutter contre ce genre de stéréotypes.

« Même s’il nous est difficile de nous mouvoir, cela n’empêche pas que nous réalisons des projets car nous avons des idées comme tout le monde. Nous pouvons faire du petit commerce comme d’autres personnes, nous pouvons travailler comme d’autres sans contrainte», fait-il savoir.

Il se dit porteur d’un message pour d’autres personnes vivant avec un handicap : « Je leur demande de ne pas croiser les bras. Nous pouvons faire plusieurs métiers une fois soutenus ».

Selon les chiffres fournis par l’Union burundaise des personnes vivant avec handicap (UPHB), 15% de la population burundaise vivent avec handicap. Une bonne moitié de toutes ces personnes vivent de la mendicité.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 077 users online