Mercredi 30 novembre 2022

Société

ENS : des étudiants se plaignent du retard de paiement du prêt-bourse

15/11/2022 0
ENS : des étudiants se plaignent du retard de paiement du prêt-bourse
Ecole Normale Supérieure campus Kigobe.

Des étudiants de l’Ecole normale supérieure (ENS) fustigent le retard de paiement du prêt-bourse. Ils se lamentent de vivre dans des mauvaises conditions suite à la hausse des prix des produits de première nécessité.

« Le prêt-bourse tarde alors que nous tirons le diable par queue », se lamente une étudiante de Bac 3 Physique-Technologie, ce lundi 14 novembre. Cette étudiante indique que trois mois viennent de passer sans que les étudiants ne perçoivent le prêt-bourse. « Nous avons reçu le prêt-bourse au mois d’août et nous avons concomitamment signé un autre contrat vers la fin de ce mois mais nous avons attendu en vain », fustige un autre étudiant de Géographie Bac 3. Selon ces étudiants, les clauses du contrat stipule qu’ils doivent percevoir ce prêt à la fin de deux mois.

Avec ce retard, les étudiants vivent dans des conditions précaires. « La hausse des prix qui secoue le pays aggrave la situation, l’approvisionnement en nourriture devient de plus en plus dur. Nous faisons un petit stock de grain de maïs, de haricot, farine de manioc et de l’huile de palme », confie un étudiant de Physique-Technologie. Il témoigne que suite à la montée des prix des produits alimentaires, le prêt-bourse ne couvre pas deux mois.

Ces étudiants font savoir que 1 kg de grain de maïs coûte actuellement 2100 et 1 Kg de farine de manioc est vendu entre 1200 et 1400 BIF. Ils confient qu’ils vivent au rythme de petit crédit et mangent rarement à leur faim. Ces étudiants doivent réduire les dépenses pour qu’ils puissent survivre. « Nous habitons une maison d’une chambre et un salon qu’on partage à cinq. Nous la louons à 70 mille francs, ce qui nous fait 14 mille à payer chacun à la fin du mois ».

Des mésententes se produisent entre les colocataires lorsque l’un parmi eux n’arrive pas à payer les frais de location mensuelle.
Les étudiants accusent le Bureau des bourses d’études et des stages de traiter lentement des dossiers des demandeurs de prêt-bourse.
Contacté, Alexandre Mfisumukiza, directeur du Bureau des bourses et stages, a promis de s’exprimer ultérieurement.

ENS

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Je suis Misago. Ou presque

Après sa tribulation, sa réapparition, lundi 21 novembre vers midi après deux jours d’inquiétude, suivi d’une sorte d’arrestation par des agents du Service national de renseignements (SNR) dans les montagnes ’’sacrées’’ de Magara, devenues un lieu de pèlerinage pour quelques (…)

Online Users

Total 844 users online