Samedi 04 février 2023

Iwacu Web Radio RNW Media

Au sommaire de l’édition de ce mercredi 1 mars 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

[wonderplugin_audio id="141"]
01/03/2017 Edition : Commentaires fermés sur Au sommaire de l’édition de ce mercredi 1 mars 2017 du journal ’’Amakuru y’Iwacu’’

femme-de-karagaragara-evanouie• Plusieurs familles chassées, il y a plus d’une semaine, de la localité de Kagaragara en zone Buringa, commune Gihanga de la province Bubanza, par l’administration, sont dans le dénuement total.

«Nos enfants vont mourir de faim, et ce qui est désolant c’est que même l’administration n’autorise pas les bienfaiteurs à venir nous assister», accusent ces familles, la plupart sont dans la rue.

L’administrateur de la commune Gihanga, Léopold Ndayisaba rejette ces accusations. Selon lui, les familles ont toujours bénéficié de son attention. «Nous sommes en train de voir comment aider celles qui sont originaires de notre communes».

• Les étudiants de l’Université du Burundi(UB) et de l’Ecole normale supérieure(ENS) digèrent mal le décret régissant le prêt-bourse. D’après leurs représentants, avec cette mesure, il y a tout simplement risque de suppression de la bourse pour les étudiants. «Nous ne sommes pas sûr que le pré-bourse sera octroyé», redoutent-ils.

Pour Eric Nirera, représentant des délégués de l’Ecole normale supérieure ce décret sera une source de division entre étudiants. «Certains étudiants pourront suivre les cours au moment où d’autres seront incapables».

Ces représentants des étudiants demandent que la mise en application de ce décret soit reportée afin qu’il y ait consultations entre toutes des parties prenantes.

Ce nouveau décret présidentiel stipule dans son article 8 que «la bourse d’études est accordée sous forme de contrat passé entre le gouvernement du Burundi et le bénéficiaire. Celui-ci s’engage à respecter les termes du contrat».

Selon ce décret, il y aura des étudiants qui bénéficieront de la bourse tandis que d’autres se retrouveront demandeur de ce prêt-bourse pour pouvoir faire leurs études.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.