Mercredi 05 octobre 2022

Publireportages

Enabel : le Programme UE-PASS- FBP contribue à l’amélioration de la santé maternelle et infantile

07/02/2022 Commentaires fermés sur Enabel : le Programme UE-PASS- FBP contribue à l’amélioration de la santé maternelle et infantile
Enabel : le Programme UE-PASS- FBP contribue à l’amélioration de la santé maternelle et infantile
Plus de 200 % des femmes enceintes et enfants de moins de 5 ans fréquentent les centres de santé et les hôpitaux.

Grâce à la contribution de l’Union Européenne à travers le Programme d’Appui au Système de Santé (UE-PASS-FBP) exécuté par Enabel, les indicateurs de santé maternelle et infantile ont été améliorés. Les fonds octroyés dans le paiement des prestations des formations sanitaires dans le cadre du FPB couplé à la gratuité ont généré des résultats satisfaisants. Ce Programme à sa deuxième phase, porte déjà des fruits éminents selon les témoignages des bénéficiaires.

« Plus de 200 % des femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans consultent les centres de santé et les hôpitaux précocement grâce à ce programme. Le taux de mortalité maternelle et infantile a baissé. Il y a une très grande différence. Au paravent, ils étaient obligés de payer les frais de soins. À cause de la pauvreté qui s’observe, certaines femmes enceintes et certains enfants de moins de 5 ans mouraient, car ils n’avaient pas les moyens pour se faire soigner », témoignage de Madame Espérance Ndayishimiye titulaire du Centre de santé de Kaniga dans la province de Muramvya.

Depuis juillet 2016, le Programme PASS– FBP cofinance le secteur de la santé avec un montant de plus de quarante-deux millions d’euros (42 522 846 €) pour la première phase et plus de 27 millions d’euros (27.750.000 €) pour la phase en cours dont plus de 22.630.307 euros prévus pour le cofinancement du paiement des factures des FOSA, sont destinés au financement des formations sanitaires du Burundi en vue de garantir l’accès aux soins de santé des femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans.

Selon l’Intervention Manager du Programme d’appui au système de santé, Docteur Mahaman Sani Abdoulaye, ce programme est destiné à soutenir les plus vulnérables en vue d’améliorer leur accès aux soins de santé de qualité : « Le Programme a pour objectif de contribuer à l’amélioration de l’état de la santé de la population burundaise par l’accès aux soins de santé de qualité pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans dans toutes les provinces du Burundi. Cette contribution vient appuyer la stratégie de la gratuité des soins couplée à la FBP initié par le gouvernement du Burundi à travers le Ministère de la Santé publique et de Lutte contre le Sida en vue de garantir l’accès aux soins et services de santé de qualité», a-t-il expliqué

Abdoulaye en exprimant sa satisfaction, ajoute aussi que le Programme a 4 résultats , le premier est le cofinancement qui est de 917 000 euros par mois , le deuxième est de contribuer à l’amélioration de la qualité des soins et la gestion administrative et financière performante avec la mise en place des outils , le troisième est l’appui aux structures de santé et le dernier est la communication pour le développement et la communication pour la covid .

Les médecins et les responsables des CDS en témoignent

Les centres de santé ont acquis des investissements humains et matériels avec la contribution de ce programme au fond FBP et gratuité bénéfique à la population. Comme le font savoir les responsables des centres de santé et médecins des provinces Kirundo et Muramvya, ils ont acheté des outils de qualité pour faciliter l’accès aux soins et services de santé de qualité.

« Grâce à ce financement, nous avons pu acheter une table d’accouchement, car l’autre était abîmée. Nous avons aussi acheté une moto pour le déplacement pour atteindre les zones les plus reculées dans les campagnes de vaccination. Nous avons construit différentes salles notamment celle d’accueil et la salle de laboratoire » disait le titulaire du CDS de Burara dans la Province Sanitaire de Kirundo

« A l’hôpital de Muramvya, nous avons construit un bloc de pédiatrie qui compte 7 chambres et 42 lits avec des draps pour améliorer les conditions d’accueil des patients. Grâce à ces financements, nous achetons des médicaments, nous payons un personnel supplémentaire. Aujourd’hui nous n’avons plus un problème de pénurie de ces derniers », a fait savoir le Directeur Administratif de l’Hôpital de Muramvya.

Ils ajoutent que ce programme a une contribution capitale, car cela, leur permet de bien répondre aux besoins des patients. Ils notent que ces fonds leur permettent de renforcer les ressources humaines, y compris le paiement de certaines factures : « Quand on constante qu’on a besoin d’un personnel d’appui, nous sommes capables, avec ces fonds, de recruter une unité selon le besoin. Nous sommes aussi capables de payer les salaires du personnel sans retard. On est à mesure de réaliser d’autres activités planifiées sans barrière ».

Même son de cloche pour le Médecin Directeur de la Province Sanitaire de Muramvya Dr Polycarpe Ndayikeza : « Je peux témoigner les bienfaits de ce programme. Avant les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans ne se faisaient pas soigner dans les milieux des soins. Concernant le curatif, auparavant c’était moins de 100 % voire moins de 80. Mais actuellement, nous avons le curatif qui dépassent 250%. Concernant la santé de la mère, le taux d’accouchement en milieu des soins a augmenté, au départ, il était moins de 50% mais avec ces appuis de la FBP, il dépasse 82%. Les décès néonatals et maternels ont sensiblement diminué car les structures ont eu des sous pour améliorer les conditions d’accueil des patients », a-t-il mentionné.

Docteur Jean Kamana « Nous sommes reconnaissants des réalisations de ce programme »

Le Docteur Jean Kamana, Coordinateur de la Cellule Technique FBP au MPSLS a révélé les changements apportés par cette politique : « Le personnel du secteur de la santé a été motivé et stabilisé, de nouvelles infrastructures ont été construites et rénovées, la gestion des FOSA a été renforcée avec une autonomie des FOSA, avec renforcement des Districts Sanitaires et les bénéficiaires ont été impliqués, en tout état de cause, la plupart des indicateurs de santé ont connu une évolution progressive. Depuis 2015, il y a eu accroissement des accouchements assistés et césariennes y compris, les enfants vaccinés ont complètement augmenté, les consultations pré et post natales de même. Au niveau de la qualité des soins, le score global a augmenté, je donne souvent un exemple, il y a 15 ans, vous allez dans une structure de soins, vous sentiez l’odeur des médicaments mais aujourd’hui cela a changé », a-t-il fait savoir.

Un ouf de soulagement pour les patients cibles

Un bloc de pédiatrie construit à l’hôpital de Muramvya grâce à ce programme.

La majeure partie de la population avait de la peine à fréquenter les formations sanitaires par manque de moyens pour payer les prestations. Cet appui a été fortement apprécié par les différentes couches de la population burundaise qui étaient confrontées à des actes d’emprisonnement des patients dans les formations sanitaires du pays : « Aujourd’hui, nous n’avons pas peur d’aller consulter un médecin quand nous avons une grossesse depuis trois mois car tout est gratuit même les médicaments. Cela a réduit en tout état de cause la mortalité des femmes dans nos communautés. Nous souhaiterions que cette politique continue ainsi que le programme qui l’appuie, car beaucoup de familles en bénéficient », témoigne une femme enceinte interrogée.

Pour rappel, le Programme d’Appui aux Systèmes de Santé « PASS- FBP » exécuté par Enabel en partenariat avec le Ministère en charge de la santé, assure le cofinancement du secteur de santé avec le paiement des factures des formations sanitaires et l’appui aux FOSA en vue de garantir une offre de soins de qualité et une gestion financière performante, les renforcements des capacités, le contrôle interne, les évaluations de la qualité des soins à l’improviste, les audits cliniques dans les hôpitaux, ou la contre-vérification.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 426 users online